Griveaux, tu es le maillon faible

Si tous les politiciens se mettent à défendre Griveaux, le peuple va se demander si finalement ils ne tentent pas collectivement de s'amnistier. Morale et politique doivent être inséparables. Donc après le péché d'orgueil de Macron, de gourmandise de de Rugi, voilà le péché de luxure de Griveaux. A quand les péchés d'envie, de jalousie... Il faut attendre.

Griveaux, tu es le maillon faible.

Dans son ensemble, la classe politique de droite comme de gauche, condamne la diffusion de la vidéo sexuelle de Griveaux. Il est évident qu'elle peut et doit choquer à plus d'un titre. Certains y voient un geste indigne d'une démocratie, d'autres une atteinte à la vie privée. Les deux sont recevables, le geste et l'atteinte !!! En effet, la démocratie mérite mieux que cela comme elle ne mérite pas que l'on éborgne des citoyens et citoyennes, qu'on les nasse et qu'on les frappe. Ceux qui aujourd'hui se drapent d'une indignation toute républicaine, oublient une chose importante et non moins paradoxale c'est le fait que depuis longtemps les politiciens ont instrumentalisé leur vie privée. Faire la une des magazines est devenu pour eux une sorte de jeu et de copinage assez inquiétant pour la démocratie. Il faut leur rappeler que médiatiser sa vie vie privée comporte des risques. J'invite donc les Tartuffes du micro et de la plume à relire Molière car un sein est un sein et un pénis reste un pénis ou une bite selon le Petit Robert 2011, page 261. S'afficher avec son épouse pour, semble-t-il prôner des valeurs familiales, puis apparaître ensuite comme un disciple d'Onan avec une belle Odalisque pour une petite branlette (Petit Robert 2011, page 297) a de quoi étonner. Je ne savais donc pas que Monsieur Prétentieux pratiquait la masturbation filmée. Quand on met le doigt et, plus si affinité, dans l'engrenage médiatique sachez dès à présent que cela comporte des risques. Sachez aussi que les boules puantes ont toujours existé. Ce n'est pas un fait nouveau. Griveaux, alors ministre, s'est cru tout puissant et intouchable. Il a fauté par péché d'orgueil. Son impudence et son imprudence lui coûtent cher. Il voulait mettre la main sur la Mairie de Paris, le voilà obligé dès à présent de les garder dans les poches de son pantalon où elles seront mieux à même d'être utilisées. Il perd de surcroît, comble de malchance, son honneur. Je ne vais pas m'en plaindre. Que Franck Riester, dans un élan partisan se porte à son secours en demandant que la justice sanctionne illico presto l'activiste Piotr Pavlenski est en soi condamnable. Il outrepasse sa fonction ministérielle qui exige de lui une certaine réserve et prudence. Mais les ministres macroniens ne perdent jamais une bonne raison de se taire. Assurément, il leur faut exister aux yeux de leur grand manitou qui est bien silencieux en ce moment. Il fut un temps où beaucoup de personnes étaient à la recherche de leur quart d'heure de célébrité, voilà que les politiciens ont droit à leur quart d'heure de vérité. Qui s'en plaindra sinon les intéressés eux-mêmes qui ont joué et perdu. Ainsi les supporters du macronisme qui se voulaient les chantres du renouveau, se trouvent plongés dans la triste réalité d'un pays qu'ils ignoraient. Ils ont prophétisé à grand renfort de sirènes et de mensonges tout à la fois la moralisation de la vie politique et l'unité de notre pays. Le temps de la Start-up Nation arrivait avec à sa tête une intelligence supérieure, Jupiter lui-même. Il est temps que l'escroquerie cesse. Jupiter est un escroc et un menteur, plus proche de Janus et d’Éole que de l'image qu'il voulait se donner. Les macronistes ne laisseront finalement de leur passage au pouvoir qu'un pays fragmenté, révolté, courroucé, fatigué, divisé et en manque de probité. Ils ne laisseront de leur moralité à deux balles que des affaires louches, troubles. Griveaux est l'exemple même de l'arriviste qui s'est vu plus intelligent qu'il ne l'était réellement. C'est le principal défaut de ce parti qui est de péter plus haut que son cul (Petit Robert 2011, page 601). De cette supposée supériorité intellectuelle découle une campagne parisienne sans stratégies, sans dynamisme, sans élan., sans charisme. En méprisant ses adversaires, Griveaux a sombré corps et âme. Le plus grave pour lui est à venir. En effet, si la confiance est un facteur de réussite en politique, le ciment entre l'électeur et le tribun, entre le peuple et le président, il est aussi un des liens charnels entre l'époux et l'épouse. Il reste à Griveaux à reconstruire ce lien hors du champ politique. Qu'il retourne à ses anciennes occupations. Pour nous, françaises et françaises, il est primordial aujourd'hui de ne plus confier les clés de notre pays à des hommes incapables de se mettre à la hauteur de leur fonction, de confondre piédestal et paillasson, de mélanger vie privée et vie publique. N'oublions pas que la fonction fait l'homme mais qu'en retour l'homme fait la fonction. Griveaux est coupable de cet échec aux municipales de la ville de Paris mais que dire de Macron qui n'a pas su s'entourer de gens compétents, qui n'a pas vu les défauts et les tares de ceux qu'il a choisis, nommés, désignés. Lui est le véritable fautif de ce désastre politique et social annoncé depuis fort longtemps. Griveaux n'est que l'arbre qui cache la forêt. Il est le maillon faible. Qui sera le suivant de cette mascarade ?

Parlons un peu de morale car c'est le sujet sur lequel les commentateurs de tous poils sont les plus prolixes. On ne cesse de nous dire qu'il ne faut pas mélanger vie privée et vie publique mais qui s'en plaindrait ? Pas moi. Griveaux fait ce qu'il veut de son pénis en revanche se présenter comme le défenseur des valeurs familiales en exposant sa famille n'est pas audible à moins de s'appeler Tartuffe. Je pense, sûrement à tort, que ces commentateurs n'ont pas encore compris le dégoût qu'éprouve une majorité de français vis à vis de cette classe politique qui leur dit sans cesse « faites ce que je dis » en s'autorisant eux-mêmes à beaucoup d'excès. La parole commande l'action. Dire et faire sont aujourd'hui indissociables. Le législateur, compte tenu de dérives inquiétantes et d'abus inacceptables, a moralisé par différentes lois la vie politique. Il y a donc bien une demande. Si tous les politiciens se mettent à défendre Griveaux, le peuple en général va se demander si finalement ils ne tentent pas collectivement de s'amnistier. Morale et politique doivent être inséparables. C'est à ce prix que les français reprendront confiance dans la classe politique. En 2020, la société, par ou à cause des réseaux sociaux, est plus transparente. On ne peut donc faire abstraction du milieu dans lequel on vit. La prudence est recommandée. Les hommes et femmes politiques auraient dû déjà le comprendre. Voir des homards sur la table d'une puissant alors que la pauvreté augmente choque. C'est le péché de gourmandise. Réaliser une vidéo à connotation sexuelle est le péché de luxure. Traiter les françaises et les français de « gens qui ne sont rien » est le péché d'orgueil. Il nous reste donc quatre péchés macronistes à venir ; l'avarice, la colère, l'envie et la paresse. J'aurai bien quelques idées sur certains comme par exemple l'envie avec le désir inavoué pour quelques uns de remplacer l'infortuné et concupiscent (Petit Robert 2011, page 500) Griveaux, mais laissons le temps faire son œuvre. Il nous reste encore deux ans pour voir éclore de nouveaux talents émerger de ce parti en complète liquéfaction. J'attends donc le prochain maillon faible car la macronie n'a pas besoin de nous pour se tirer une balle dans le pied. À suivre...

Spartacus 2022

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.