Emmanuel Pétain Macron : ni pardon, ni oubli, ni réconciliation. La messe est dite.

Est-ce Bormes-les-Mimosas et son climat, la célébration du débarquement en Provence, la consommation de substances illicites ou bien, une énième trahison qui peut expliquer cette soudaine envie de réconciliation de la part d'Emmanuel Macron.

Emmanuel Pétain Macron : ni pardon, ni oubli, ni réconciliation. La messe est dite.

Est-ce Bormes-les-Mimosas et son climat, la célébration du débarquement en Provence, la consommation de substances illicites ou bien, une énième trahison qui peut expliquer cette soudaine envie de réconciliation de la part d'Emmanuel Pétain Macron dit sobrement le Pékinois du Touquet ?

Lorsque cette demande discrète teintée de duplicité me parvint aux oreilles, j'ai aussitôt revu cet homme derrière son bureau essayant de se composer un rôle que je qualifie d'hypocrite et de sournois. Tout était faux ; la voix, le visage, le texte, l'allure. Aujourd'hui, le Mouvement des Gilets Jaunes n'est toujours pas fini. Je dis bien Mouvement et non crise car la crise est pour Emmanuel Pétain Macron et son gouvernement qui tente par un tour de passe-passe de faire oublier 9 mois de lutte contre un système inégalitaire socialement et fiscalement. Je pourrais lui indiquer une bonne glu capable de recoller les morceaux d'une France éclatée par son aveuglement et son arrogance. Je pourrais tout autant lui indiquer un bon psy pour lui dire qu'il n'a rien compris à notre pays. Mais cet homme est sourd, suffisant et, de surcroît, grandiloquent. Fort heureusement cette qualité digne d'un Tartarin de Tarascon ne nous a jamais trompés.

Sache qu'on ne se résigne pas car notre travail de mémoire nous le faisons tous les jours. Il y a tout d'abord nos blessés, nos éborgnés, nos amputés et nos morts car, que tu le veuilles ou non, il y a bien des morts. Il y a ces milliers d'arrestations et de condamnations archétypes d'un système arbitraire. Il y a notre dignité qui ne sera jamais à vendre. Il y a nos enfants qui nous regardent. Il y a l'avenir qui nous porte et nous portera longtemps. Il y a surtout l'envie de te voir juger à ton tour pour de multiples manquements liés à ta charge comme autoriser la vente d'armes utilisées contre les populations civiles du Yemen. La fonction fait l'homme et l'homme fait la fonction. Là-dessus, tu ne seras jamais l'égal d'un de Gaulle mais plus simplement l'égal d'un petit Rastignac de province qui s'est vu trop beau. Oui, Le grand moment de notre histoire sera de te voir à la barre d'un tribunal et jugé comme cela va être le cas pour Sarkozy, un ancien président qui se croyait au-dessus des lois. J'espère que ton ministre de l'Intérieur, dans un authentique acte de réconciliation nationale, t'accompagnera pour divers motifs d'inculpation comme par exemple « usage arbitraire de la violence d'état ». Donc le pardon n'est pas encore de ce monde.

Cette annonce de réconciliation est tout d'abord une erreur politique indéniable. Il aurait fallu tactiquement la faire précéder d'une amnistie générale ce que tu n'as pas fait. D'autre part, imagine-t-on un seul instant de Gaulle renoncer à ses idées sur la demande insistante de Pétain ? La réponse est non, définitivement non.

C'est aussi un manque de maturité. Tu es et resteras jusqu'à la fin de tes jours l'enfant de ta professeure de théâtre qui s'imagine par quelques paroles du genre « je mets les pouces » se sortir d'une situation dramatique. Nous ne sommes pas dans une cour d'école à jouer aux gendarmes et aux voleurs. Reviens à la réalité des faits qui sont d'une gravité exceptionnelle. Par contre si tu espères te concilier les faveurs de quelques Gilets Jaunes, tes espérances seront vites déçues. Les judas ne sont pas légions chez nous alors que chez tes députés et tes ministres, on en compte un certain nombre et non des moindres. Tu peux escompter retourner en ta faveur l'opinion publique. Là encore, tu vas vers un fiasco. L'opinion n'est plus dupe de tes impostures passées et à venir. Pour cela il y a eu l'ISF, la CSG, les APL... et bientôt les retraites, ADP... La liste est longue de tes forfaits sans oublier tes mots et ton mépris qui, d'une manière indélébile, ont entaché ton personnage et ta fonction. Tu peux aussi pour te rassurer et entretenir l'illusion, faire venir à tes bains de foule des comédiens bagués comme des pigeons. Là encore ces spectacles piteux ne prennent plus. Néanmoins, n'oublie pas un service d'ordre pour te protéger, on ne sait jamais, tes tomates peuvent venir du ciel. Et souviens toi encore de ce « super héros » en bras de chemise qui allait dans les usines porter la bonne parole du futur président. Aujourd'hui, les salariés de ces usines comme Whirlpool sont obligés de constater que les promesses de ce bonimenteur n'ont pas été suivis d'actes. Pour résumer, tout est faux chez Emmanuel Pétain Macron sauf deux choses, l'amour que tu portes à la finance et la haute estime que tu t'accordes. Sur ces deux sujets, on peut te faire confiance, tu es réconcilié avec toi-même.

Dernier point. Les manifestants de Hong-Kong demandent que l'on retire sa légion d'honneur à la cheffe de l'exécutif du territoire. Alors, au lieu de tenter de redorer ton blason par une demande inacceptable de réconciliation avec les Gilets Jaunes, fait ce geste que l'on te demande à moins que Rastignac ne soit l'autre nom de Ponce Pilate. Pour ma part, tu es et resteras le pire président de la Ve République, mon cher Emmanuel Pétain Macron.

Spartacus 2022

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.