Spartacus 2022
Romancier Jardinier et doux réveur
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 janv. 2020

Démocratie en danger, le passif de Macron est lourd.

Oyez, oyez, citoyennes et citoyens. Devrais-je donc rappeler à ce président méprisant et à ses sbires tout ce qui met notre démocratie en danger ? Ce sera un bilan sans concessions, désastreux, pire, une honte à notre démocratie.

Spartacus 2022
Romancier Jardinier et doux réveur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Démocratie en danger, le passif de Macron est lourd.

Quelques manifestants opposés à la Réforme des retraites entrent au siège de la CFDT et voilà que la démocratie est en danger... Le secrétaire de ce syndicat, Laurent Berger, par ailleurs très favorable au gouvernement ce qui peut expliquer cela, décide de porter plainte. Oui, la démocratie est en danger, pire la France vacille sur sa base... Alléluia. Mais pour qui nous prend-t-on ? Cerise sur le gâteau, Tartuffe se sent obligé d'en rajouter. Ai-je besoin de préciser que Tartuffe est, comme le souligne un journaliste de La Provence, « ce président en stage de formation » qui vit à nos crochets. Un assisté ou un parasite, devrais-je dire, car les avis sont sûrement partagés en ce début d'année. Macron ose tout, c'est du reste à cela que l'on reconnaît les cons comme disait la célèbre formule devenue culte des « Tontons flingueurs ». Non Macron, ce n'est pas cette intrusion au siège d'un syndicat qui est une honte à la démocratie. La honte a été atteinte depuis fort longtemps.

Sur un plan strictement humain, ton élection est déjà une honte à la fraternité. En effet, tes insultes répétées et ton mépris sont une honte à la démocratie et à ses fondements en plus d'être un manque de respect à l'ensemble du peuple français. C'est aussi un comportement non-civilisé, violent et inacceptable digne d'un butor qui se prend pour un dieu.

Le grand débat est un dénaturation de la démocratie car il n'a été que consultatif, non décisionnel et, depuis longtemps, passé par pertes et profits.

L'action des forces de l'ordre tant individuelle que collective est une honte à la démocratie. L'impunité dont elle bénéficie par la mansuétude de l'IGPN est une honte à la démocratie et une forme d'intimidation inadmissible envers les manifestants.

La sévérité excessive de la justice contre les Gilets Jaunes est une honte à la démocratie, aux magistrats, aux avocats et une atteinte à l'état de droit. C'est une justice aux ordres contraire à la démocratie.

Empêcher certains journalistes d'exercer leur métier, les intimider ou réclamer leurs sources est une honte à la démocratie et une atteinte à la liberté de la presse garantie par la constitution.

Brigitte Macron et les 400 000 euros attribués à son seul cabinet est une honte à la démocratie et à la mémoire du général de Gaulle. Le changement de vaisselle pour un coût de 500 000 euros est une honte à la démocratie et une offense à la pauvreté.

Le pourrissement du dialogue social est une honte à la démocratie, à la représentation syndicale et aux travailleurs sans parler des corps intermédiaires méprisés.

La situation des EHPAD et des urgences hospitalières sont une honte à la démocratie et aux personnels de soin qui quotidiennement dévouent leur vie au bien-être des malades et des personnes âgées.

La réforme du code du travail et la régression des droits des travailleurs sont une honte à la démocratie et à la justice sociale.

L'affaiblissement des services publics avec la fermeture des maternités par exemple est une honte à la démocratie et à l'égalité des territoires.

La loi sur la sécurité intérieure en faisant d'une loi d'exception une loi commune est une honte à la démocratie, à la justice et à l'humanité dans son ensemble.

Que les 10% les plus pauvres aient 13 années d'espérance de vie en moins comparée aux 10% les plus riches est une honte à la démocratie et à l'égalité des chances.

Vivre sa retraite avec moins de 800 euros par mois est une honte à la démocratie et aux respects des anciens.

La réforme sur les retraites est une honte à la démocratie et à la solidarité nationale.

Laisser vivre des famille dans la rue est une honte à la démocratie, aux droits humains en plus d'être un parjure à la parole donnée. Des SDF morts dans l'indifférence est une honte à la démocratie et à la générosité collective.

Voir en 2018, 400 000 personnes en plus sous le seuil de pauvreté est une honte à la démocratie et à la bonne gouvernance.

Retirer 5 euros d'APL est une honte à la démocratie et une injustice caractérisée.

Avoir supprimé l'ISF est une honte à la démocratie et une injustice sociale.

L'inaction climatique est une honte à la démocratie et un préjudice fait aux générations futures.

Favoriser les lobbies est une honte à la démocratie, un désaveu du parlement et un outrage à la probité et à l'état de droit.

Favoriser la privatisation d'ADP et oublier en même temps de parler du RIP sont une honte à la démocratie et aux droits à l'information des citoyens.

Ne rien faire contre l 'évasion ou l'optimisation fiscale est une honte à la démocratie et une atteinte aux finances publics.

Je pourrais ainsi énumérer tout ce qui viole ou met en danger notre démocratie durant de longues minutes. Le pire dans tout cela est de voir ce président pétochard et nombriliste ainsi que sa clique de bons à rien s'autoriser à nous faire la morale alors qu'ils ont eux-mêmes allumé le feu de la révolte. Le passif de ce pouvoir est donc lourd et rien n'est prévu pour calmer cette crise sociale que l'on pourrait comparer à une révolution citoyenne participative tant le nombre de professions, de secteurs, de lieux sont concernés et affectés. Il faut donc savoir fermer sa gueule mais comme l'intelligence est inversement proportionnelle au narcissisme jupitérien, je vous laisse deviner le nombre de conneries que nous devrons encore supporter avant son départ. Pour tous ceux qui ne veulent plus ou refusent de voir notre démocratie mise en danger par celui qui est censé la protéger, je rappellerai qu'au royaume des aveugles, le borgne est roi. Ouvrez donc les yeux avant qu'il ne soit trop tard. Vous avez encore le choix. Ne soyez pas les collabos ou les pétainistes de demain car si une guerre se joue aujourd'hui, c'est bien une guerre contre la démocratie avec l'effondrement de ces trois piliers qui sont la liberté, l'égalité et la fraternité. Défendons ce que nos aïeux ont patiemment bâti en sacrifiant parfois leur vie. Luttons.

Spartacus 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe