Spartacus 2022
Romancier Jardinier et doux réveur
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 août 2019

Le G7 : Le bal des faux-culs, des hypocrites et des tartufes a commencé.

Le G8 avait comme ambition première de réduire les inégalités. Là aussi nous ne pouvons que constater l'échec cuisant de cette belle idée. Un auteur inconnu dit un jour « La nature a créé des différences, l'homme en a fait des inégalités ».

Spartacus 2022
Romancier Jardinier et doux réveur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le G7 : Le bal des faux-culs, des hypocrites et des tartufes a commencé.

Voilà que sonnent à Biarritz, les cloches annonçant la venue de sommités pour un concile de sous-papes et de charlatans. Ce n'est pas le point G qui nous ferait bander comme des centaures promis à de voluptueuses réjouissances mais simplement le G7 où, de tristes politicards se prétendant les maîtres du monde, tentent de nous convaincre de leur utilité. De quel monde, parle-t-on ? Du monde de la finance et de la destruction, du monde des orgueilleux et des profiteurs. Il y a bien longtemps que les sirènes s'inquiètent de voir leurs océans pollués de notre vanité, il y a bien longtemps que le gai rossignol ne chante plus son amour. Mais les vaniteux comme Jupiter, Donald ou Boris se foutent pas mal des ondines et des oiselles du moment que leurs amis du Dow Jones, du CAC40 et du Nikkei engrangent les dividendes sur la mort de nos amis. Comble de l'ironie, voilà que Jupiter fait la morale à Bolsonaro. C'est à mourir de rire. Le G7 va nous coûter la bagatelle de 36 millions d'euro, une belle somme qui aurait été plus utile dans un hôpital ou un EHPAD. Non, rien de cela car leur vanité ne peut se satisfaire d'humanisme. Au contraire, elle a besoin de faste inutile, de dorures et de paillettes, de militaires et de clôtures pour bunkériser leur insignifiance. Ils doivent se protéger de tous les gueux et de tous les manants, des non-productifs et des lanceurs d'alerte, des ONG et de tous ceux qui ne veulent pas vivre dans un monde où l'argent serait la valeur absolue de toute chose. Je veux un monde qui soit beau, parfois ensoleillé, d'autre fois pluvieux mais un monde où chacun aurait sa place et surtout un avenir, où le gai rossignol courtiserait une belle ondine.

« Quand nous chanterons le temps des cerises

Et gai rossignol et merle moqueur... »

Le G8 avait comme ambition première de réduire les inégalités. Là aussi nous ne pouvons que constater l'échec cuisant de cette belle idée. Un auteur inconnu dit un jour « La nature a créé des différences, l'homme en a fait des inégalités ». En 2019, cette phrase prend toute sa funeste mesure. Rien n'a changé, ni la rhétorique des puissants pour nous demander d'attendre pieusement des jours meilleurs au Paradis des humiliés, ni le mercantilisme des multinationales qui surexploitent les ressources naturelles, ni ce qui en découle c'est à dire la destruction continuelle de notre environnement. Pour ces prétentieux et leurs amis, il y a deux mondes, le leur fait de libations, de voyages, de luxe et d'avantages. Et puis il y a l'autre monde, celui que l'on ne veut pas voir, pas entendre ; le monde des pauvres qui doit se contenter des miettes du « progrès » made in USA. Depuis l'antiquité, cela n'a guère changé sauf qu'aujourd'hui cette logique de domination-soumission arrive à son terme. Notre maison se meurt de trop de prédations. Il serait vain de dire combien les avertissements ont été nombreux tant du côté des scientifiques que des ONG. Le GIEC, Greenpeace, WWF nous alarment depuis des dizaines d'années des graves conséquences de notre mode de vie auquel il faut bien donner un nom : le capitalisme. Vous pouvez y joindre quelques autres qualificatifs comme financier, spéculatif ou productiviste mais c'est bien tout le système de pensée du monde occidental qui est foutu. Nous somme en sursit.

« Quand nous chanterons le temps des cerises

Et gai rossignol et merle moqueur... »

Jupiter, bouffi d'orgueil depuis son élection, va profiter du G7 pour se présenter comme le nouveau messie. Lui seul aurait selon ses dires les solutions aux différents problèmes de notre monde mais n'est pas Jésus qui veut. Jésus n'avait aucune armée, n'avait condamné personne ni encore moins éborgné des innocents en envoyant sa milice contre le peuple ou simplement érigé des barrière entre lui et ses fidèles. Au contraire, il écoutait, soignait, réconfortait. Jupiter n'est en réalité qu'un guignol, un escroc, un démagogue, un clown pitoyable qui comme le prince de Salina dans le « Guépard » de Visconti « veut que tout change pour que rien ne change ». Finalement, le G7 n'est qu'une grande messe libérale faites pour se donner du bon temps au frais du contribuable. La vérité s'est qu'il nous faut une véritable révolution copernicienne capable de changer tous les paradigmes de notre monde capitaliste. Macron étant le laquais indéfectible de ces grands saigneurs et exploiteurs, ses paroles ne sont que de purs mensonges dont le but est de profiter de la naïveté humaine.

« Quand nous chanterons le temps des cerises

Et gai rossignol et merle moqueur... »

Quand je parle de révolution copernicienne, il s'agit bien de faire table rase de nos idées, de nos vérités, de nos croyances, de nos préjugés mais aussi de réorganiser le système bancaire, de limiter le pouvoir des multinationales, de remodeler les structures de nos états... Il y a tant à faire que la liste ne peut être exhaustive. Si l'on ne fait que du replâtrage de façade pour aveugler les peuples ce sera fini de notre monde. Des communicants, des journalistes, des chroniqueurs vont s'insurger contre cette idée la jugeant révolutionnaire mais c'est bien de révolution dont je parle. Il est fini le temps de colloques à expliquer pourquoi les hérissons ne se reproduisent plus ou bien pourquoi les abeilles meurent par millions. Tout cela, on le sait depuis si longtemps que toutes les personnes se contentant de commenter le désastre à venir sans vouloir changer radicalement de paradigmes sont des criminels. Ils assassinent leurs enfants et toutes les générations futures mais plus que cela ils participent à l'extinction par centaines de milliers d'espèces animales ou végétales qui n'ont rien demandée. Le G7 est une caricature de démocratie, une honte à laquelle participent des hommes et des femmes pour se donner bonne conscience. Un jour, il y aura des coupables à chercher pour expliquer notre extinction. Jupiter, Boris, Donald, Xi Jinping ou Bolsonaro seront en tête de la liste des coupables. Ils auront participé directement ou indirectement à la sixième extinction sans avoir osé prendre des mesures radicales pour protéger les peuples qu'ils devaient défendre.

« Et dame Fortune en m'étant offerte

Ne pourra jamais fermer ma douleur

J'aimerai toujours le temps des cerises

Et le souvenir que je garde au Cœur »

Spartacus 2022

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone