Spartacus 2022
Romancier Jardinier et doux réveur
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2019

Jupiter à Mayotte, les mensonges continus.

Mon grand-père de Tizi-Ouzou disait « Celui qui a une grande gueule, doit savoir se battre comme un lion ». Pourtant, se prendre pour un lion et gouverner comme un âne, est le signe évident d'une usurpation d'identité. Il disait aussi « Si tu parles comme le vent, tu finiras gardien des seaux et des moutons ». Comprenne qui pourra.

Spartacus 2022
Romancier Jardinier et doux réveur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jupiter à Mayotte.

Je ne peux que me souvenir de la visite de Jupiter au CROSS d'Étel (centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage) dans le Morbihan (01/06/2017) quelque temps après son élection. Ce jour là, si j'avais eu un doute sur les qualités humanistes et intellectuelles du président fraîchement élu, les propos qu'il a tenus devant le personnel et des journalistes m'ont prouvé que mes craintes étaient plus que fondées. Elles étaient légitimes. En effet, pour ceux qui auraient oublié, Jupiter a fait une blague plus que contestable sur les kwassa-kwassa, les frêles embarcations que les comoriens utilisent pour fuir la misère. Aujourd'hui, oubliant sa mauvaise blague, il débarque à Mayotte et promet par un coup de baguette magique de résoudre tous les problèmes de ce bout de France. Le voilà déjà en campagne désignant de facto Marine Le Pen comme son principal outsider. La Réunion est aussi un autre territoire négligé tout comme la Guyane qui n'est pas une île, ce que Jupiter semblait ignorer lors de la campagne présidentielle 2017 tout comme les guadeloupéens ne sont pas des « expatriés ». Ce n'était pas à l'époque des bourdes mais de l'inculture caractérisée. Bien sûr, quelques conseillers ont cru bon d'ajouter que le président faisait un trait d'humour. L'humour prend parfois des formes proches de l'indélicatesse ou du racisme primaire. Le décor est planté : des palmiers, des rivages ensoleillés, du sable fin et des cocotiers sauf que la misère est l'autre côté sombre de la médaille. Une misère qui ne date pas d'hier mais qui est indissociable des DOM-TOM depuis des dizaines et des dizaines d'années. Si j'y attache une importance particulière, c'est que mes enfants ont une partie de leurs racines à la Réunion, département d'outre-mer dans l'océan indien et, non loin de Mayotte.

Le discours prononcé à Mayotte se voulait régalien et surtout offensif contre l'immigration clandestine. Marine Le Pen n'a qu'à bien se tenir, Jupiter est de retour avec son sabre laser et sa valise magique. Alors il promet tant et plus que bientôt Mayotte va ressembler à Saint-Tropez, Brigitte Bardot en moins. Arrêtons les mensonges et les balivernes, arrêtons de disperser de la poudre de perlimpinpin comme s'il pleuvait des millions d'euros. Les bobards ont assez duré. Pour cela quelques chiffres éloquents : on dépense 2 fois moins pour l'école à Mayotte qu'en métropole, trois fois moins pour la santé et le taux de mortalité est quatre fois plus élevé. Jupiter ventile si bien et si fort qu'un jour Météo-France va finir par donner son nom à un cyclone. En métropole, il manque des financements dans tous les secteurs publics, écoles et hôpitaux pour ne citer que ces deux-là, et voilà que sur le sol mahorais la bourse est pleine et l'emphase grande. Il distribue du rêve et rien d'autre car en réalité ce sont des miettes que recevra Mayotte. Je veux les voir ces 800 classes supplémentaires. Je veux le voir ce nouvel hôpital sortir de terre. Je veux la voir cette piste d'atterrissage rallongée. Comment pourrait-il réaliser tous ces miracles si dans le même temps il réduit les impôts ? Où donc va-t-il trouver l'argent ? Ah oui, j'avais oublié, il vend la France en pièces détachées, ici la Française des Jeux, là-bas les barrages, plus loin ADP. Il vend notre patrimoine qui pourrait nous servir plus utilement à investir dans les DOM-TOM mais pour cela faut-il avoir des projets et un plan, une vision à long terme ce qui n'est visiblement pas le cas chez Jupiter, l'affabulateur. Allez demander aux antillais de Saint-Barths ou de Saint-Martin ce qu'ils en pensent des promesses faites suite à la tornade qui a ravagé leur île. Et comme disait mon grand-père de Tizi-Ouzou, « Celui qui cause trop, finit toujours par mourir de soif ». C'est ce qui va lui arriver, car après Mayotte, la Réunion va recevoir le bonimenteur en chef. Là encore, il va promettre monts et merveilles. Rien ne sera alors trop beau, trop grand, trop séduisant pour convaincre les réunionnais de lui faire confiance. Je propose qu'il entame son speech de la manière suivante « Je suis Jupiter, votre dieu, votre sauveur, votre président » et puis qu'on le jette illico presto dans l'océan indien avec les requins. Je voudrais savoir qui des requins ou de Jupiter sortira vainqueur car comme disait mon grand-père de Tizi-Ouzou « Celui qui a une grande gueule, doit savoir se battre comme un lion ». Je parierai pourtant sur les requins car, se prendre pour un dieu et gouverner comme un âne, est le signe évident d'une usurpation d'identité.

À la Réunion, où sa visite débute par une grève générale, les problèmes ne manquent donc pas. Ils sont innombrables, colossaux. Tout d'abord, le chômage est l'une des plaies de cette île merveilleuse qui a tout pour plaire, fallait-il au moins avoir la volonté de la développer dans différents secteurs d'activité. Cela fait plus de 40 ans que cette question insoluble me taraude. On ne peut pas éternellement compter sur « l'argent braguette », les réunionnais me comprendront. Cela n'a aucun sens. Le tourisme aurait dû être l'une des pierres angulaires du développement. Macron va venir en César et en César n'aura de cesse de répéter devant des ultramarins triés sur le volet, comme il le fait si souvent, « Veni, vidi, vici »... Sauf que, jamais il ne vaincra le chômage ou la pauvreté car ce sont des milliards d'euros qu'il serait nécessaire d'investir et non des miettes. Et de cela, il n'en est pas question. Jupiter sert les cordons de la bourse. Il parlera donc du haut de son estrade avec l'air affecté des gens qui savent, qui comprennent. Mais comme partout ailleurs, ce ne sera qu'un jeu de rôle parfaitement rôdé. Il faut dire que Brigitte l'a entraîné depuis son adolescence à tromper son monde comme quoi quelques cours de théâtre peuvent être utiles devenu adulte. Et ainsi que le disait mon grand-père de Tizi-Ouzou « Si tu parles comme le vent, tu finiras gardien des seaux et des moutons ». Comprenne qui pourra.

À quoi vont donc servir ces déplacements ? Simplement à confirmer le prestige de la France dans cette partie du monde ce qui a été une constance dans la politique française. Pour le reste, c'est à dire le développement économique, le chômage, la santé, l'éducation et j'en passe, les ultramarins peuvent encore et toujours se brosser le coquillard et prier le bon-dieu. En effet, que cela soit en Guyane, aux Antilles ou dans les Mascareignes, les visites de Jupiter ne servent qu'à parler pour ne rien dire. Et si vous ne voulez pas devenir un mouton ou finir noyé dans un seau, n'écoutez pas tous ces bonimenteurs de foire qui sont capables de vous vendre un bermuda pour des vacances au pôle nord.

Je salues les familles Fontaine de Bellevue, du Tampon et de Saint-Louis.

On ne lâche rien.

Spartacus 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro