Lettre d'un Gilet Jaune à un ami Insoumis.

La France Insoumise est morte. Ce n'est plus qu'une coquille vide. Son créateur, imbu de sa personne, a détruit l'espérance de millions de français. Les Gilets Jaunes sont demandeurs d'un projet pourvu que celui-ci soit soit sincère et fidèle à leur demande que l'on peut résumer en « plus de justice sociale ». Demain, qui portera l'espoir ?

Lettre d'un Gilet Jaune à un ami Insoumis.

Demain, il nous faudra de nouveau faire un choix de société. Nous serons alors en 2022. Aujourd'hui, ce qui motive mon choix d'être Gilet Jaune, c'est le combat pour un monde meilleur. Je me bats donc contre les inégalités, contre les injustices, contre la vision libérale de Jupiter qui ne profite non pas à toute la société mais à une minorité qui refuse le partage des richesses. Je milite pour une révolution sociale qui profite au plus grand nombre. Je suis aussi militant de gauche et je le revendique bien fort. Ce choix en 2022 va se faire évidemment contre Jupiter mais, avouons-le, cela n'est pas suffisant, il nous faut un élan, une exaltation. Je veux voter pour un programme qui change la vie de millions et de millions de françaises et de français. Sur l'échiquier politique, nous sommes réduits à un choix plutôt maigre. Je rejette par conviction les idées xénophobes et racistes qui voudraient faire de notre voisin notre ennemi. Notre ennemi est au-dessus de nous, il se nomme capitaliste, spéculateur ou boursicoteur. Il souhaite simplement voir le peuple se diviser, pire, se battre contre lui-même. Cela lui donnerait tout le temps de faire ses petites magouilles avec l'aide de Jupiter et de sa bande. Ne lui donnons pas ce plaisir. Restons soudés car pour moi, ce qui rassemble le plus les êtres humains malgré leur différence, que certains brandissent comme des inégalités alors qu'elles sont des richesses, c'est l'aspiration universelle de vivre en totale fraternité avec les autres. Ce que j'espère est un élan social qui entraîne dans son sillage toutes les forces vives de notre nation qui va du retraité à l'artisan, de l'étudiant au fonctionnaire. Il est important enfin que chacun comprenne qu'il n'existe aucune différence fondamentale entre le petit commerçant, l'infirmière ou le chômeur. Nous sommes tous dans le même bateau à lutter contre les éléments incontrôlés de la mondialisation qui ne nous feront aucun cadeau sauf à être dans le canot de sauvetage réservé aux riches et aux ultra-riches. Souvenez-vous que sur le Titanic, les plus fortunés furent les premiers sauvés. Ne l'oubliez jamais. Nous devons dès à présent et sans perdre de temps rassembler les bonnes volontés pour ce changement tant attendu. Attention, lors de la dernière élection, le choix était entre la peste et le choléra. Étant de gauche, je pourrais me laisser guider par mes préférences politiques. Cela serait trop facile, trop hasardeux et incohérent avec mes idées. En effet, je n'ai en cet instant aucune confiance dans les partis politiques qui se disent de gauche. Cela ne veut pas dire que des femmes et des hommes ne me plaisent pas, bien loin de moi cette idée. Pourquoi ai-je donc si peur ? Et bien la raison est fort simple et se trouve dans un livre que je viens de lire, « La chute de la maison Mélenchon » de Thomas Guénolé. De tout temps, je n'ai jamais eu pour le politicien Mélenchon d'affections particulières. Il me faisait peur bien avant 2017, néanmoins, comme beaucoup de français, il représentait avec le programme « L'Avenir En Commun » une alternative crédible. Ce programme, quoique en disent ses détracteurs est un excellent programme de gouvernement. Mais voilà, JLM est l'archétype de ce qu'il nous faut fuir à tout prix. Tout d'abord car c'est un autocrate dans toute l'acception du terme, un autocrate qui ne supporte pas la contradiction. Ensuite, il est un repoussoir pour nombre d'électrices et d'électeurs tant son impulsivité est consternante et affligeante. Voilà deux bonnes raisons pour ne plus être un simple exécutant à la FI. Dernier point, je ne pense pas qu'il soit le plus à même de représenter les Gilets Jaunes qui refuseront tôt ou tard d'être instrumentalisés ou récupérés à des fins uniquement électoralistes. Souvenons-nous que les bonnes paroles, n'engagent que ceux qui les suivent. Quels choix avons-nous ? Le suicide ? Nous sommes encore trop jeunes. La résignation ? Nous ne sommes pas assez vieux. Alors quoi donc ? C'était les questions que l'on se posait avec mes ami(e)s lors de notre dernière soirée. Ils sont tous sensibles au mouvement des Gilets Jaunes qui à l'image de millions de françaises et de français veulent, non, exigent un changement de politique sociale dans notre pays. On ne peut pas les abandonner. Il nous faut inventer une alternative crédible au macronisme qui va se trouver par des choix idéologiques dans une impasse sociale et écologique. Ces quelques lignes contre JLM vont me causer de nombreux commentaires négatifs de la part de militant(e)s de la FI mais j'assume pleinement mes propos d'autant plus que je n'ai rien à perdre et rien à gagner. Et puis, j'en ai pris l'habitude... Amen. Bonjour à mon camarade Adrien !

Je pense qu'il serait souhaitable que toutes les bonnes volontés qui ont participé à l'Avenir En Commun se rassemblent et décident de ce qu'il serait bon de faire pour 2022. Je sais que beaucoup d'entre elles sont des personnes combattantes, volontaires, décidées, prêtes à mettre ensemble leurs compétences pour qu'enfin une alternative crédible se fasse jour. Il nous faut une force à gauche qui soit sociale, écologique et solidaire dont le mot Fraternité représente un symbole fort. La France Insoumise est morte, son corps est raidi, son cœur est froid. Ce n'est plus qu'une coquille vide. LFI était un beau rêve sauf que son créateur, imbu de sa personne, a détruit l'espérance de millions de français. Laissons JLM à ses aigreurs et à sa nostalgie. Il est bien beau de montrer en exemple le Venezuela et la révolution bolivarienne et en même de se comporter comme un autocrate. Passons à autre chose qui nous force à nous battre encore et toujours. La Fraternité ne le mérite-t-elle pas ?Nous avons tous l'envie attachée aux tripes de défendre les idées avec lesquelles l'AEC a été construit en y ajoutant le RIC et quelques points de détails indispensables comme le mandat révocatoire. Elles sont donc là, bien vivantes et ne demandent qu'à renaître. Ce programme n'appartient pas exclusivement à JLM. Il appartient à tous ceux qui l'ont défendu un peu partout en France, sur les marchés, dans les rues, dans les réunions... Et surtout ne faisons pas les mêmes erreurs d'opacité, de manque de transparence. La démocratie n'est pas un jouet entre les mains de quelques opportunistes qui décident pour tous les autres mais une cause qui doit unir tous les hommes. Les Gilets Jaunes sont demandeurs d'un projet pourvu que celui-ci soit soit sincère et fidèle à leur demande que l'on peut résumer en « plus de justice sociale ». Il est évident que la femme ou l'homme providentiel n'existe pas, par contre, ce projet doit être porté par une force commune qui respecte et respectera toutes les idées fussent-elles minoritaires. C'est la démocratie dans son sens le plus noble et aussi le plus commun dont visiblement Jupiter ignore toujours le sens. On ne gouverne pas contre le peuple mais avec lui. Et comme disait Voltaire « Je ne partage pas vos idées mais je me battrai pour que vous puissiez les exprimer ».

Soyons plus intelligents, soyons Fraternels.

Spartacus 2022

Tous mes remerciements à Xavier Baillot, Alain Barbier, François Cocq, Françoise Dréano, Romain Dureau, Amandine Fouillard, Hélène Franco, Lilian Guelfi, Thomas Guénolé, Charlotte Gérard, Liêm Hoang-Ngoc, Djordje Kuzmanovic, Aude Lancelin, Manon Le Bretton, Noël Mamère, Corinne Morel Darleux, Josette et Jean-Pierre Renard, Sarah Soilihi, Amar Zembout, et, à tous les invisibles, qui de près ou de loin, ont participé à un idéal de justice.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.