Pourquoi c’est important de se mettre au running

Depuis presque trois ans, je me suis mis à la course à pied. Non pas le dimanche de temps en temps mais plusieurs fois par semaine. Non pas pour m’inscrire à des marathons. Mais juste pour augmenter mon bien-être.

Emmanuelle JAPPERT, membre fondatrice du Think tank Sport et Citoyenneté

Et au fur et à mesure que je persévérais, même quand il pleuvait, même quand je n’avais pas le temps, même quand j’avais la flemme, j’ai vu ma vie changer. Petit-à-petit, à mon insu. Jusqu’à ce que mon mode de vie soit transformé.J’ai vécu un miracle running. Vous aussi, vous pouvez le vivre, si vous le décidez, dès maintenant. A l’occasion de cette rentrée.

De nombreux bienfaits
Avant, il était question de footing de temps en temps. Aujourd’hui la tendance est au running. Moi qui n’aime pas surfer sur les modes éphémères, je me suis pourtant laissée embarquer dans cette aventure très accessible et simple à mettre en place. J’avais un stress énorme (je quittais un bon poste pour créer, par choix, mon métier dédié à l’écriture). Je devais évacuer. Je me suis mise à courir deux fois par semaine. Très vite, trois semaines plus tard, mon corps se renforçait. Mais les avantages étaient bien plus puissants encore : ma confiance en moi était bien meilleure, les tensions se relâchaient, je devenais plus créative, plus performante après dans les multiples tâches qui m’incombaient. La sécrétion d’endorphines et d’adrénaline me donnaient la pêche. Pour un prix défiant toute concurrence : le coût d’une bonne paire de chaussures. Résultat : je suis passée à une pratique d’une activité physique trois fois par semaine. Pourtant, dans la période de vie où j’étais, le temps me manquait. Mais le miracle running a agi. Avec le sentiment de liberté qui va avec.

La santé physique et psychique
Les études sont nombreuses pour démontrer à quel point l’activité physique (quotidienne - à raison de trente minutes par jour) est nécessaire. Et le running a ces avantages multiples qu’il permet, à raison de trois séances par semaine (soit au total 2h30/semaine) de muscler le coeur, de renforcer le système immunitaire (les coureurs sont moins malades que les autres, malgré les sorties en hiver et dans le froid), d’aérer le cerveau et de sécréter les hormones du bien-être et du bonheur. En somme, une bonne séance d’endurance agit comme un soin préventif idéal pour se maintenir en bonne santé. Pourtant, beaucoup vous diront que le running n’est pas bon pour les articulations et qu’il n’est pas recommandé pour les personnes en surcharge pondérale. Toutes ces affirmations sont idéales pour alimenter vos doutes et vous trouver des excuses. Mais en la matière, il est fondamental de secouer les idées reçues ! Car en l’occurrence, Martine Duclos, professeur au service de médecine du sport et des explorations fonctionnelles au CHU de Clermont-Ferrand, est formelle : « Le running est une des activités physiques les plus adaptées à l’organisme humain, car la plus naturelle. Il stimule la synthèse osseuse et aide à prévenir les effets hautement néfastes de la sédentarité et de l’inactivité physique ». Un peu de bon sens, de la prudence et les quelques conseils suivants devraient vous y aider.

Le running à certaines conditions
Avant tout, investir dans une bonne paire de baskets permet, au propre comme au figuré, d’avoir de bons appuis pour commencer et aller loin. Ensuite, un petit tour chez votre médecin s’impose. Lui seul peut vous donner le feu vert pour démarrer. Si tout est ok, alors il va s’agir d’y aller progressivement, étape par étape. La patience est le maître mot en la matière. Eviter de courir sur le bitume et privilégier les chemins de terre, prendre le temps de bien s’échauffer, faire du renforcement musculaire et abdominal en parallèle (dans tous les cas il est conseillé de varier les plaisirs en faisant par exemple une séance de yoga dans votre semaine, une autre séance de fitness et une à deux sorties running ensuite), bien s’hydrater, bien s’étirer et ne pas tomber dans l’excès vous permettront sans aucun doute de rentrer dans un cercle vertueux et de mettre toutes les chances de votre côté pour alimenter votre capital santé. Et puis, si le running n’est pas votre tasse de thé, au moins vous aurez essayé. C’est un bon moyen pour ensuite tester l’activité physique qui vous correspond le mieux. Mais retenez surtout une chose : ne réfléchissez pas trop. Lancez-vous ! Et rappelez-vous : pas de bénéfice sans régularité. Bonne rentrée !

Emmanuelle Jappert est l’auteure du Cahier Running pour les Nuls aux Editions First, de #Wonder Sport Women aux Editions Fauves et d’un premier roman, Le Scarabée bleu, aux Editions Eyrolles.
Site web : www.emmanuellejappert.com
Réseaux sociaux : Twitter / Facebook / Instagram

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.