Sport and Citizenship
Premier Think tank européen dans le domaine du sport
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 janv. 2016

Le Dakar et les grands événements sportifs face aux défis du développement durable

Après une semaine, à nouveau endeuillée par le décès d’un homme, le Dakar poursuit sa route et continue de soulever dans son sillon les interrogations liées à son existence même.

Sport and Citizenship
Premier Think tank européen dans le domaine du sport
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chaque année en cette période, de nombreux experts s’interrogent sur l’opportunité de continuer à mettre sur pieds de tels événements sportifs. En effet, la prégnance de plus en plus forte des enjeux liés au développement durable rend l’organisation du Dakar, et de tous les événements sportifs de ce type, de plus en plus délicate, compte-tenu des impacts environnementaux, sociaux et en vies humaines de ce genre de manifestation. Une réflexion approfondie s’impose désormais à ces organisateurs pour concilier au mieux les enjeux sportifs à cette nouvelle donne sociétale.

Environnement et grands événements sportifs

Toute activité humaine impacte l’environnement : en matière de consommation d’énergie, de production de déchets ou encore d’émission de gaz à effet de serre (GES). Les grands événements sportifs n’échappent pas à la règle, loin s’en faut : le Tour de France, par exemple, génère à lui seul 12 000 tonnes de déchets en trois semaines ; 450 000 bouteilles plastiques sont jetées à terre en  une demi-journée lors du Marathon de Paris[1]; Le Dakar, quant à lui, émet 15 500 tonnes-équivalent CO2[2] de GES, plus de 40 000 t-éq. CO2 si on y intègre l’impact des spectateurs. Une empreinte environnementale très lourde, et une évidence factuelle que les acteurs du secteur sportif doivent impérativement intégrer aujourd’hui dans leur fonctionnement et leurs démarches.

Le mouvement olympique montre l’exemple, et toutes les candidatures à l’organisation des Jeux sont tenues de suivre les recommandations du CIO et de ses Agendas 21 et 2020[3]. Lors des Jeux Olympiques de Londres en 2012, les sponsors ont investi massivement dans le programme de développement durable, y injectant même 40 millions d’euros supplémentaires[4]. L’environnement est clairement devenu une préoccupation majeure et un défi immense pour les organisateurs de compétitions sportives.

Le Dakar : « insuffisant, peut tellement mieux faire »

Le Dakar, dont la 38ème édition se déroule actuellement, illustre bien l’émergence de cette problématique. Exporté depuis 2009 en Amérique du sud, ce changement de continent a eu notamment comme effet de faire monter en flèche les émissions carbones liées à l’événement et d’endommager le riche patrimoine historique et préhistorique des pays qu’il traverse[5].

Les paléontologues et archéologues péruviens se sont notamment alarmés dès 2012 des dégâts considérables causés par la course à l’environnement et à certains vestiges préhistoriques exceptionnels, accusant également celle-ci de laisser derrière elle des routes et des bivouacs dans des états pitoyables. Face à de telles accusations, l’organisation du Rallye a été contrainte de proposer des solutions afin d’atténuer son impact sur l’environnement et de préserver le patrimoine des pays traversés.

Plusieurs mesures notoires ont été prises par les organisateurs :

Tout d’abord, le Rallye a décidé de compenser l’intégralité de ses émissions carbone directes (hors spectateurs) en soutenant financièrement des projets de lutte contre la déforestation.

Une collaboration étroite a été par ailleurs mise en place entre organisateurs du Rallye et autorités concernées par ces questions environnementales et culturelles, pour établir des règles et un tracé qui soient plus respectueux de l’environnement.

De plus, les organisateurs assurent effectuer un état des lieux après chaque bivouac en présence des autorités gouvernementales, mettre en place un tri sélectif rigoureux, ou encore faire traiter l’intégralité de certains déchets spécifiques par des entreprises agréées.[6] Applaudissons le principe de ces mesures salutaires, même si les chiffres démesurés annoncés sur le site officiel de l’événement nous paraissent erronés.

Beaucoup reste à faire en la matière, comme intégrer des classements mettant davantage en perspective d’autres types de véhicules que les tout-essence, et introduisant des critères de consommation, d’économie, de limite de puissance, etc.

Que le Dakar garde également  à l’esprit que le principe de pollueur-payeur qu’il a intégré dans sa démarche n’affranchit en rien du devoir de moins polluer jour après jour, édition après édition.

Et qu’enfin il lui FAUT inclure dans son périmètre d’étude prioritaire toutes les mesures permettant de mettre un terme définitif aux décès insupportables enregistrés trop fréquemment sur les pistes qu’il parcourt !

Contraint et forcé, le Dakar s’est engagé depuis quelques années à réduire et compenser ses impacts environnementaux. Il doit en aller ainsi pour toutes les compétitions sportives. Une bonne organisation passe par la maîtrise raisonnée des consommations d’eau et d’énergie, une gestion à chaque édition plus efficace des déchets produits, ou encore une minimisation des émissions de GES liées aux transports des participants et des spectateurs. Les événements sportifs se doivent d’être exemplaires en la matière, pour contribuer à faire évoluer les comportements individuels de nos concitoyens.

Didier Lehénaff, Président de SVPlanète et Concepteur des Eco-Games. Membre du comité scientifique du Think tank Sport et Citoyenneté 

Julian Jappert, Directeur du Think tank Sport et Citoyenneté


[1] http://blog.lefigaro.fr/sport-business/2015/03/a-9-mois-de-la-conference-paris-climat-2015-paris-passe-au-vert.html

[2]http://www.dakar.com/dakar/2015/fr/environnement.html

[3]http://www.olympic.org/Documents/Olympic_Agenda_2020/Olympic_Agenda_2020-20-20_Recommendations-FRE.pdf

[4]http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1370601-jo-2024-ou-expo-universelle-2025-paris-peut-organiser-les-2-si-les-projets-sont-ecolos.html

[5]http://www.greenetvert.fr/2012/01/11/des-sites-archeologiques-victimes-du-paris-dakar/43677

[6]http://www.dakar.com/dakar/2015/fr/environnement.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod