Sport and Citizenship
Premier Think tank européen dans le domaine du sport
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 oct. 2015

Succession à la tête de la FIFA : Ban Ki-Moon plutôt que Jean-Claude Juncker?

Sport and Citizenship
Premier Think tank européen dans le domaine du sport
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le scandale de la FIFA : une succession de plus en plus compliquée

C’est une nouvelle scène du scandale qui émaille le football mondial qui se joue aujourd’hui, au sein du siège l’UEFA, lors d’une réunion de crise regroupant les 54 fédérations la composant, mais en l’absence de Michel Platini.

Le 8 octobre, Michel Platini (tout comme Sepp Blatter et Jérome Valcke, président et secrétaire général de la FIFA) ont été suspendus 90 jours de leurs fonctions par le Comité d’éthique de la FIFA, censé préserver la bonne gouvernance de l’institution (notons aussi que le sud-coréen Chung Mong-joon est lui suspendu pour 6 ans). Cette suspension, qui en plus de semer le doute sur l’intégrité du champion français, met à mal la candidature du favori à l’élection. En effet, la suspension qui frappe le français l’empêche normalement d’exercer toute activité liée au football pendant ces 90 jours. Or, la date prévue pour le dépôt officiel des parrainages nécessaires à la candidature est fixée au 26 octobre, soit dans 11 jours, donc au milieu de sa suspension. M. Platini a fait appel de cette décision, et des recours restent ouverts, des points de procédure peuvent être évoqués pour lui permettre de se présenter, mais il n’empêche que cette suspension ne facilite pas la suite de sa (éventuelle ?) campagne.

Ce jeudi 15 octobre, lors de la réunion de crise de l’UEFA, une partie du scénario se joue et déterminera certainement les orientations à venir. D’une part les avocats de celui qui est encore président de l’UEFA devraient exposer leurs arguments destinés à dissiper les doutes. D’autre part, la réunion doit évoquer un éventuel intérim, décider si l’UEFA demande un report de l’élection FIFA et surtout permettre de compter les soutiens du français.

C’est donc une étape clé pour savoir si Michel Platini a encore des chances d’accéder à la présidence de la FIFA, notamment face à l’autre « tête de série » de l’élection,  le Prince jordanien Ali Bin Al Hussein, déjà candidat face à Sepp Blatter par le passé.

En attendant, ce sont Issa Hayatou pour la FIFA et Angel Maria Villar Llona pour l’UEFA qui assurent les affaires courantes.

Au sein de ce marasme mêlant campagne politique et affaires judiciaires, et au vu de l’importance du poste et de l’organisation, des voix s’élèvent pour réclamer une « autre voie ».

Pour un Président extérieur au monde du football

C’est le Président du CIO, Thomas Bach, qui a jeté un pavé dans la mare en appelant à l’élection d’un Président « venant de l’extérieur, crédible et de haute intégrité ».

Au petit jeu du candidat idéal, une idée pourrait faire son chemin. Celle de choisir une personnalité extérieure non seulement au monde du football, mais aussi au monde du sport. Une personnalité qui pourrait assurer l’intérim et préparer, dans la sérénité, l’organisation de nouvelles élections. Alors certes, les statuts actuels de la FIFA ne permettent pas cette possibilité, et les tenants de l’autonomie du sport verront dans cette proposition une atteinte à ce principe fondamental, reconnu notamment par les Nations Unies. Toutefois, comme l’a rappelé Thomas Bach dans son communiqué, « il y a un problème structurel qui ne sera pas seulement réglé par un changement de président ». Il faut donc repenser les institutions du football pour éviter qu’il ne sombre, et l’impact médiatique qu’aurait la nomination d’un président par intérim au-dessus de tout soupçon n’est pas à négliger.

Alors qui pour jouer ce rôle d’homme providentiel ? Si on raisonne en termes d’intégrité et de stature internationale, un nom sort du lot : celui du Secrétaire Général des Nations Unies.

Cette proposition, volontairement fantaisiste, mérite néanmoins qu’on s’y attarde quelques minutes. Tant Ban Ki-Moon que son prédécesseur Kofi Annan sont des diplomates confirmés, rompus aux négociations et, on peut l’espérer, au-delà de tout soupçon. Ils ont pour eux une grande connaissance des sujets politiques internationaux, et ont participé chacun à ce que le sport soit reconnu comme un outil de paix et de développement par les Nations Unies.

Certes, Ban Ki Moon a bien d’autres sujets à traiter, d’une importance tellement plus grande que de rétablir l’ordre au sein de la FIFA. Vous l’aurez compris, l’idée ici n’est pas d’imposer telle ou telle personnalité, ni de placer la FIFA sous la tutelle des Nations Unies, mais bien d’imaginer le possible recours à une aide extérieure pour casser les habitus d’autarcie et assainir le monde du football.

L’importance de la bonne gouvernance

Au-delà des hommes, le point le plus important du renouveau que doit connaître la FIFA, quel que soit son Président, sera le retour à une « bonne gouvernance », pour sortir des « affaires » qu’elle connait aujourd’hui et qui entachent son action.

Tant dans son fonctionnement que dans ses actions, la FIFA et ses membres doivent revenir à des principes éthiques simples qui sont en grande partie déjà contenus dans le Code d’éthique de la FIFA : transparence (des finances, des règles, des dirigeants…), responsabilité, démocratie, bonne gestion, lutte contre la corruption, non-discrimination, fair-play, égalité, intégrité… De plus ces principes se doivent d’être assortis de mécanismes de contrôle efficients.

Le football a aujourd’hui du mal à s’autoréguler, et c’est en ce sens que l’injection de sang nouveau peut lui être bénéfique. Encore une fois, ce n’est pas changer un homme pour le changer, mais pour permettre d’impulser une dynamique, un renouveau dans une instance vitale pour le sport mondial.

Enfin, si le mouvement sportif dans son ensemble ne priorise pas questions de gouvernance, il sera possible pour les autorités européennes de régulation de prendre  le relais, comme ce fut le cas avec l’arrêt Bosman, ce qui pourrait porter atteinte à l’autonomie du sport. Loin d’être une menace sans fondement, l’idée suit son cours actuellement dans les hautes sphères européennes…

Julian JAPPERT, Directeur du think tank Sport et Citoyenneté

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss