Sport and Citizenship
Premier Think tank européen dans le domaine du sport
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 avr. 2016

Protection de l’environnement : le sport peut mieux faire

Les événements sportifs majeurs, comme la Coupe du Monde, ainsi que les manifestations sportives locales, souvent moins médiatisées, ont toutes leurs places dans la protection de l’environnement. Ces dernières, dont il est question ici, constituent à vrai dire une opportunité pour sensibiliser 17 millions de sportifs français à la protection de l’environnement.

Sport and Citizenship
Premier Think tank européen dans le domaine du sport
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les évènements sportifs majeurs à l'instar des Jeux Olympiques ou encore de la Coupe du Monde de Football nous invitent à repenser les infrastructures sportives et plus largement l’aménagement urbain de façon éco-responsable. Le défi dont il est question ici concerne les manifestations sportives nationales et locales. Moins médiatisées, ces manifestations n’en sont pas moins des sources de pollution majeures mais aussi des vecteurs permettant de sensibiliser un public large à la cause environnementale.

En France, ce sont 2,5 millions de manifestations[1] sportives qui sont organisées chaque année. On compte environ 270 000 infrastructures[2] sportives sur le territoire national. En 2011, la France comptait 17,5 millions d’adhérents[3] à des fédérations sportives (licenciés et autres formes d’adhésions). Rien qu’entre la Fédération Française de Football et la Fédération Française de Tennis, on compte plus de 3 millions de licenciés. Or chacune des manifestations organisées chaque semaine en France engendre des déplacements, des consommations de biens et de services et par conséquent produit une empreinte écologique non négligeable. Intégrer la protection de l’environnement dans leur conception et leur organisation permet des économies d’échelles importantes.

Intégrer le respect de l’environnement dans la conception des manifestations sportives

L’essentiel de notre empreinte écologique, que ce soit dans le sport ou plus généralement en société, provient des transports. Ainsi, 90% des émissions de gaz à effet de serre du Tournoi international de tennis de Roland-Garros proviennent des déplacements des spectateurs. Le Tour de France génère à lui-seul le déplacement de 15 millions de spectateurs[4]. Réduire l’impact environnemental de ces déplacements devient une priorité pour que le sport puisse se pratiquer dans le respect de l’environnement. A ce titre, la Fédération Française de Tennis (FFT) montre déjà l’exemple avec notamment la mise en place et la généralisation du covoiturage auprès des spectateurs[5].

La Fédération Française de Basketball est particulièrement sensibles à ces questions. Elle a développé, en partenariat avec le Ministère des Sports, un outil informatique particulièrement innovant, « Optimouv ». Il permet d’organiser les poules régionales et d’en déterminer les lieux de rencontres avec l’objectif d’optimiser les déplacements des participants. Par exemple, grâce à cet outil, elle a mis en place des « plateaux » qui permettent de convoquer plusieurs équipes le même jour et au même endroit pour multiplier les rencontres et minimiser les besoins de déplacements futurs.

Cet outil est innovant à double titre. Tout d’abord il se présente sous la forme d’un logiciel et permet ainsi d’être aisément adapté et utilisé par d’autres fédérations (17 fédérations seront concernées à la rentrée 2016[6]). L’atout majeur de cet outil est de permettre aux organisateurs d’intégrer le respect de l’environnement dans la conception même des manifestations sportives. La préservation de l’environnement n’est ainsi plus une considération secondaire mais un critère d’organisation à part entière. Le sport n’échappe plus à son environnement mais participe pleinement à sa préservation.

« Changer de logiciel »

Le sport n’a pas seulement une responsabilité à assumer en matière environnementale, il a aussi le devoir de porter le message écologique auprès de son public. Sensibiliser et responsabiliser, voilà une mission que peut remplir le sport de façon ludique et accessible. La mise en place de mesures concrètes, comme Optimouv, participe à cette mission mais ne se suffit pas à elle seule.

Prenons comme exemple les Eco-Games, concept d’événement sportif alternatif, génétiquement dédié à l’environnement et au développement durable. Organisés pour la 1ère fois au Brésil en 2004 sous le nom de Jeux Mondiaux de l’Environnement[7], ces manifestations sportives sont organisées depuis en France et de part le monde. Conçus en harmonie avec l’environnement qui les accueille, ils « scénarisent » le sport pour sensibiliser et responsabiliser les participants au respect de l’environnement. Ils permettent ainsi d’allier parfaitement la pratique d’une activité physique et sportive avec le respect et la mise en valeur d’un environnement naturel préservé. Le sport participe ici au « changement de logiciel » nécessaire à l’intégration de la problématique environnementale de tous les acteurs : autorités publiques, organisateurs, participants, spectateurs…

Changer de logiciel permet une meilleure préservation de notre environnement mais permet aussi de minimiser les coûts. En période de réduction budgétaire, touchant particulièrement les collectivités locales qui pourtant jouent un rôle essentiel dans le financement du sport, l’écologie apparait comme une nécessité. De ce point de vue, l’organisation des Eco-Games n’engendre aucun coût direct pour ses organisateurs : des partenariats et des mécénats plutôt que de recourir à des prestataires de service… Cette manifestation est écologique précisément parce qu’elle ne coûte « rien ». Les Eco-Games ne sont ainsi possibles que grâce à « un logiciel » nouveau et innovant de ses concepteurs.

Tous ces exemples montrent que le sport peut et doit participer à un combat qui nous concerne tous : la préservation de notre environnement. Ce sera le thème des prochaines « causeries » organisées à l’initiative de Madame la Sénatrice, Corinne Bouchoux, et du Think tank Sport et Citoyenneté qui auront lieu à l’IFEPSA (Ponts-de-Cé) le lundi 25 avril de 19h à 21h. Quelle responsabilité pour le sport en matière de protection de l’environnement ?  Comment le sport peut aider à mobiliser son public à la cause écologique ? Ce seront autant de questions auxquelles répondront notre grand témoin Catherine Chabaud, navigatrice et journaliste, Pascal Boucherit, kayakiste français et médaillé olympique, Mineke Faure Eon, Vice-Présidente d’Angers Course Natation et Julian Jappert, directeur du Think tank Sport et Citoyenneté.

Information et inscription ici

www.sportetcitoyennete.com


[1] http://www.sports.gouv.fr/IMG/pdf/fichevenemsportifs-vdef-2.pdf

[2] https://www.youtube.com/watch?v=YkCjWIeMl5A&feature=youtu.be

[3] http://www.sports.gouv.fr/IMG/pdf/chiffres-cles_du_sport_2015.pdf

[4] http://www.consoglobe.com/le-vrai-impact-ecologique-du-tour-de-france-cg

[5] http://covoiturage.fft.fr/FFT/

[6] http://developpement-durable.sports.gouv.fr/ressources/actualites/article/optimouv-le-nouvel-outil-d-aide-a

[7] http://www.eco-games.fr/les-eco-games/les-diff%C3%A9rents-eco-games/eco-games-br%C3%A9sil/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal
Au Sénat, la ministre des sports défend les contestées interdictions administratives de stade
Présente dans le cadre de l’examen de la proposition de loi pour démocratiser le sport, Roxana Maracineanu s’est opposée aux amendements encadrant les interdictions administratives de stade, dont les dérives ont été largement documentées. Un positionnement que regrette l’Association nationale de supporters.
par Clément Le Foll

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes