Obésité en France : inverser la tendance grâce à l’activité physique quotidienne

Maxime Leblanc et Timothée Louette, Think tank Sport et Citoyenneté

La semaine dernière, une étude menée par Eurostat révélait que plus de la moitié (51,6%) des adultes vivant dans l’Union européenne était en surpoids, une information malheureusement confirmée par les résultats d’une étude menée en France et publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, reprise par le journal Le Monde ce mardi. Ces deux études appuient les recherches du projet Physical Activity Serving Society (PASS) mené par notre Think tank Sport et Citoyennetéavec le soutien de la Commission européenne, qui révèle qu’un tiers des Européens ne pratique pas d’activité physique ou sportive et que, conséquemment, les chiffres liés au surpoids et à l’obésité ne cessent d’augmenter sur le continent européen. Pour contrer ces dynamiques, chaque citoyen doit pouvoir accéder à l’activité physique, qui est un facteur incontournable du maintien d’un corps en bonne santé.

L’étude citée par Le Monde détecte deux groupes particulièrement touchés par les problèmes de surpoids et d’obésité : les personnes d’un groupe socio-économique défavorisé et les personnes âgées. En France, on dénombre ainsi un peu plus de 30% de personnes obèses parmi les femmes ayant un revenu mensuel inférieur à 450 euros, alors que ce pourcentage décroît en fonction de l’augmentation des revenus, pour atteindre seulement 7% parmi celles qui disposent d’au moins 4 200 euros/mois. Cet écart se dessine aussi chez les hommes, avec des taux légèrement inférieurs. L’étude souligne également le cas des plus de 60 ans, qui présentent des taux d’obésité élevés (20,8% pour les hommes et 18,8% pour les femmes).

Qui dit faible revenu, dit faible pouvoir d’achat, ce qui limite forcément l’accès aux infrastructures et clubs sportifs, lieux principaux de l’activité physique aujourd’hui. Dans le cadre du projet PASS, Sport et Citoyenneté milite pour le développement du concept de « Villes actives » et le changement dans la façon dont l’espace urbain est perçu. Cet espace, immense mais souvent mis au service des voitures, est plutôt hostile à la pratique d’une activité physique quotidienne. Offrir les conditions d’un environnement actif (pistes cyclables sécurisés, parcours piétonniers, espaces naturels préservés…), en agissant par exemple sur les modes de transport, peut constituer une réponse profitable à tous.

En France, la création du label « Ville Active & Sportive » par le Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, la Fédération Française des Industries Sports & Loisirs (FIFAS) et l’Association Nationale des Elus en charge du Sport (ANDES) est une bonne initiative, tout comme la reconnaissance du dispositif « Sport sur Ordonnance » par la loi n°2016-41 du 26 janvier 2016 dite de modernisation du système de santé. Il convient maintenant de mesurer leur efficacité dans la durée.

Parmi nos voisins européens, ce sont les Danois qui impressionnent dans leurs avancés vers des villes actives. Par la priorisation d’installations de pistes cyclables, 56% des habitants de la ville de Copenhague prennent le vélo pour aller au travail, comme l’indique l’Ambassade du vélo du Danemark[1], une dynamique qu’une étude menée dans le cadre du plan d’action Designed to Move avait déjà relevé en 2014. Dans certaines parties de Copenhague, où la concentration de voitures est la plus élevée, on trouve même des pistes cyclables encore plus larges que les routes : telle est la volonté des autorités danoises à mettre leurs habitants en mouvement.

Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire a relevé qu’il y avait une forte corrélation entre le niveau de revenu et les taux de surpoids et d’obésité. Il ne faut toutefois pas en faire une fatalité et se résigner à dire que revenu et activité physique vont main en main. Nos espaces urbains, construits sans avoir pris en compte l’importance de l’activité physique, doivent être restructurés afin de permettre à chacun, quelque soit sa classe social ou son âge, d’être en mouvement au quotidien.

 


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.