St-Ethique-slam
Praticien ordinaire du mouvement social : retraité, jardinier, slameur ....
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

4 Éditions

Billet de blog 23 août 2014

Vous avez dit "Productiviste"

St-Ethique-slam
Praticien ordinaire du mouvement social : retraité, jardinier, slameur ....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous avez dit  «  PRODUCTIVISME » ?  Echange polémique avec TCHAPAIEV

 Nous  parlons  du PCF  (« dans sa courte histoire » dites vous ? …… )

Vous rappelez  que dès sa création le PCF adhéra à la IIIème Internationale et apporta un soutien inconditionnel à l’URSS en tant que « porteuse principale d’un système radicalement nouveau » ;  périphrase pour dire communiste… ? …J’interprète.

Vous dites que ce faisant, le PCF montra une certaine  myopie, …. y compris en France .

Parlons –en ! Avec du recul, en toute sérénité donc.

En 1920 : Qu’est-ce que le communisme ?

 Une théorie de K. MARX réduite à une vulgarisation : « la théorie de forces productives » qui, ce faisant, épouse l’ambiance de l’époque : philosophie positiviste et vision du progrès inéluctable des sciences et des techniques et un pays l’URSS : patrie du socialisme.  ( je fais dans le synthétique : je m’en tiens à ce point précisément )

Donc ce que j’entends par « productivisme », non  pas en général, mais au sein même de la théorie communiste, c’est cette lecture de l’histoire qui voit sa perspective dans  la succession  inéluctable des forces productives : mode de production féodal , puis mode de production précapitaliste, puis mode de production capitaliste, puis à dimension impérialiste, puis à dimension financiarisée etc …et dans l’attente d’un renversement ( dialectique pour faire sérieux ) : un mode de production communiste sans exploitation .

Je pense que cette perception affecte aussi l’orientation du PCF « de façon immanente c’est à dire sans y songer » pour utiliser vos mots.  Même si je n’ai pas suivi les  documents-phare dont vous faites état, je sais que le PCF fait une critique de ce matérialisme mécanique, dogmatique ; mais aujourd’hui cette « pensée-productiviste »  est de l’ordre de l’imprégnation culturelle ( immanente et non pas «entré par effraction ») . Ce faisant, si elle entrée par effraction, elle ressort sur le terrain des choix politiques concrets.

 Aussi, « Le productivisme » épouse divers habillages: la productivité, la compétitivité, le modernisme, la consommation de masses ; ou populaire comme vous dites ; mais là, on procède subrepticement au transfert  du « mode de production »  à la transcription  idéologique de ce même mode de production capitaliste il va sans dire ; mais ça va mieux en le disant.

  A noter, que la scission d’avec la SFIO porte sur la question de l’adhésion à la IIIème internationale et  non  pas sur une quelconque critique « du productivisme » qui, à l’époque, est associé à l’idée de Progrès qui fait déjà consensus dans le monde politique. Dire qu’aujourd’hui : le PS est « productiviste »  sous couvert de « compétitivité », c’est dire qu’il est dans la continuité de la SFIO , comme vous l’avez bien noté. Mais dire que pour le PCF, ce problème n’en n’est pas un,   c’est aller un peu vite en besogne.

Parce que capitalisme et productivisme sont intimement liés : « Le mode de production de la vie matérielle conditionne le processus de vie social, politique et intellectuel en général » ; c’est un postulat marxiste encore en cours me semble-t-il .

Ainsi pour vous, si je vous ai bien lu, « le productivisme » aurait une fonction utile,  une certaine valeur d’usage  pour ainsi dire :  pour  la consommation populaire ( pas chère , je suppose) ; pour  les besoins en énergies prévisibles  . Tenons nous en à ces deux points.

Pour ce qui est de la « consommation populaire » : elle est lié au niveau du revenu : salaires et  prestations sociales. Leur niveau est un enjeu de lutte permanant entre capital et travail ; on appelle ça la lutte pour le partage des richesses.

 Le propre  du système « productiviste » c’est de dire que la consommation est liée à la croissance ; façon élégante de nier la lutte de classe ; on est alors dans le jeu d’accompagnement pour l’obtention de gains de productivité ; le soit disant donnant-donnant. Et aujourd’hui, nous sommes condamnés à l’austérité à perpétuité qui se double de lois liberticides en matière du droit du travail pour entretenir l’attente du retour de la croissance. Voilà le lien entre productivisme et capitalisme.

Ce ne sont pas les discours anti croissance, en tout cas pas plus que les discours pro-croissance, qui sont la cause ou qui menacent la consommation populaire, c’est le faible niveau de conflictualité que nous avons atteint qui est en cause.

« Les besoins en énergies prévisibles »  et » l’idée maîtresse est celle de l’’entrelacement » de la crise du capitalisme avec le problème des ressources naturelles ; tout ça pour nous dire que sur la question du nucléaire les communistes ne peuvent pas décider par « OUI ou NON » .

Alors quelques raisons pour décider quand même :

-       Ce n’est pas parce que nous sommes dans une société nucléarisée pour les mille ans à venir du fait du nécessaire traitement des déchets et du démantèlement des centrales nucléaires vieillissantes que nous devons encore attendre une décision du PCF. Nous devons exiger l’arrêt de toutes nouvelles constructions immédiatement ; ainsi que celles en fin de vie. Cela relève d’une prévention des risques élémentaires : c’est le 1er acte de la sortie du nucléaire.

-       2ème acte : Création d’un pôle public de l’énergie pour planifier et financer la transition énergétique ; en l’état une révolution citoyenne est nécessaire pour mettre en œuvre cet acte ; à moins qu’un accident nucléaire nous y précipite, à nous de voir ?

-       3ème indépendance énergétique ; il n’a échappé à personne, et surtout pas aux communistes,  que notre approvisionnement en uranium nécessitait  de poursuivre une  politique guerrière et néocoloniale.

En conclusion  un peu de pub: le Manifeste sur l'éco-socialisme est aujourd’hui  la référence politique pour une alternative radicale et concrète. C’est un programme à la fois réformiste pour un autre partage de la productivité du travail et l’accès pour tous à des  services publics gratuits ; et à la fois révolutionnaire dans ses objectifs d’instaurer « la règle verte » et de produire autrement ; c’est à dire une remise en cause du modèle productiviste.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI