Stefanie Prezioso
Professeure d'histoire contemporaine
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 août 2022

Stefanie Prezioso
Professeure d'histoire contemporaine
Abonné·e de Mediapart

Le droit de résister: manifeste féministe

Depuis le 24 février, la guerre en Ukraine a fait l’objet de nombreuses déclarations, y compris au sein du mouvement féministe international. Pourtant, la voix collective des féministes ukrainiennes n’a pas été entendue jusqu’à présent.

Stefanie Prezioso
Professeure d'histoire contemporaine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous, féministes d'Ukraine, appelons les féministes du monde entier à la solidarité avec le mouvement de résistance du peuple ukrainien contre la guerre impérialiste prédatrice déclenchée par la Fédération de Russie. Dans les récits de guerre, les femmes* apparaissent souvent comme victimes. Pourtant les femmes* jouent également un rôle clé dans les mouvements de résistance, tant sur la ligne de front que sur le front intérieur : de l'Algérie au Vietnam, de la Syrie à la Palestine, du Kurdistan à l'Ukraine.

Les autrices du manifeste « Résistance féministe contre la guerre » refusent aux femmes* ukrainiennes ce droit à la résistance, qui constitue un acte fondamental de l’autodéfense des opprimé-e-s. Nous considérons au contraire la solidarité féministe comme une pratique politique qui doit écouter les voix des personnes directement affectées par l'agression impérialiste. La solidarité féministe doit défendre leur droit à décider de manière autonome de leurs besoins, de leurs objectifs politiques et des stratégies pour les atteindre. Les féministes ukrainiennes ont lutté contre les discriminations systémiques, le patriarcat, le racisme et l'exploitation capitaliste bien avant le moment présent. Nous avons mené, nous menons et nous continuerons à mener cette lutte en temps de guerre comme en temps de paix. Mais l'invasion russe nous oblige à concentrer nos forces sur la lutte de défense générale de la société ukrainienne : la lutte pour la survie, pour les droits et libertés élémentaires, pour l'autodétermination politique. Nous appelons à une appréciation informée d'une situation spécifique au lieu d'une analyse géopolitique abstraite qui ignore le contexte historique, social et politique. Le pacifisme abstrait qui condamne toutes les parties prenant part à la guerre conduit à des solutions pratiques irresponsables. Nous insistons sur la différence essentielle entre la violence comme moyen de soumission et comme moyen légitime d'autodéfense.

L'agression russe met en péril les acquis des féministes ukrainiennes dans la lutte contre l'oppression politique et sociale. Dans les territoires occupés, l'armée russe utilise le viol de masse et d'autres formes de violence sexiste comme stratégie militaire. L'établissement du régime russe dans ces territoires fait peser la menace de criminalisation des personnes LGBTIQ+ et de décriminalisation de la violence domestique. Le problème de la violence domestique s’aggrave dans toute l’Ukraine. La destruction massive des infrastructures civiles, les dégâts environnementaux, l'inflation, les pénuries et les déplacements de population mettent en danger la reproduction sociale. La guerre intensifie la division sexuelle du travail, en reportant encore plus sur les femmes le travail de reproduction sociale dans des conditions particulièrement difficiles et précaires. La hausse du chômage et l'attaque des droits du travail par le gouvernement néolibéral exacerbent les problèmes sociaux. Fuyant la guerre, de nombreuses femmes* sont contraintes de quitter le pays et se retrouvent en position vulnérable en raison des difficultés d’accès au logement, aux infrastructures sociales, à un revenu stable et aux services médicaux (y compris la contraception et l'avortement). Elles risquent également d'être victimes de la traite d'êtres humains.

Nous appelons les féministes du monde entier à soutenir notre lutte. Nous exigeons :

  • le droit à l'autodétermination, la protection de la vie et des libertés fondamentales et le droit à l'autodéfense (y compris armée) pour le peuple ukrainien - ainsi que pour les autres peuples - contre l'agression impérialiste ;
  • une paix juste, basée sur l'autodétermination du peuple ukrainien, tant dans les territoires contrôlés par l'Ukraine que dans ses territoires temporairement occupés, et prenant en compte les intérêts des travailleuses et travailleurs, des femmes, des personnes LGBTIQ+, des minorités ethniques et des autres groupes opprimés et discriminés ;
  • la justice internationale pour les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité commis pendant les guerres impérialistes menées par la Fédération de Russie et par d'autres pays ;
  • des garanties de sécurité effectives pour l'Ukraine et des mécanismes efficaces pour prévenir de nouvelles guerres, agressions, escalades de conflits dans la région et dans le monde ;
  • la liberté de mouvement, la protection, la sécurité sociale pour tous les réfugié·e·s et les personnes déplacées à l'intérieur du pays, quelle que soit leur origine ;
  • la protection et l'expansion des droits des travailleurs et des travailleuses, l'opposition à l'exploitation et à la surexploitation, la démocratisation des relations professionnelles ;
  • la priorité accordée à la sphère de la reproduction sociale (crèches, écoles, hôpitaux, aides sociales, etc.) dans la reconstruction de l'Ukraine après la guerre ;
  • l'annulation de la dette extérieure de l'Ukraine (et d'autres pays de la périphérie du système capitaliste mondial) pour la reconstruction d'après-guerre et la prévention de nouvelles politiques d'austérité ;
  • la protection contre les violences sexistes et la garantie de la mise en œuvre effective de la Convention d'Istanbul ;
  • le respect et l’extension des droits et des capacités des personnes LGBTIQ+, des minorités nationales, des personnes handicapées et des autres groupes discriminés ;
  • le renforcement des droits reproductifs des filles et des femmes, y compris les droits universels à l'éducation sexuelle, aux services médicaux, aux médicaments, à la contraception et à l'avortement ;
  • la visibilité et la reconnaissance du rôle actif des femmes dans la lutte anti-impérialiste ;
  • l'inclusion des femmes dans tous les processus sociaux et de prise de décision, en temps de guerre comme en temps de paix, sur un pied d'égalité avec les hommes.

Aujourd'hui, l'impérialisme russe menace l'existence de la société ukrainienne et affecte le monde entier. Notre lutte commune contre l’impérialisme exige des principes partagés et un soutien mondial. Nous appelons à la solidarité et à l'action féministes pour protéger les vies humaines ainsi que les droits, la justice sociale, la liberté et la sécurité.

Nous défendons le droit de résister.

Si la société ukrainienne dépose les armes, il n'y aura plus de société ukrainienne.

Si la Russie dépose les armes, la guerre prendra fin.

Pour soutenir ce manifeste, vous pouvez le signer ici : https://forms.gle/SvPJFpcWPJN7VP9v9

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame