Stéphane Alliès
Journaliste
Journaliste à Mediapart

20 Billets

12 Éditions

Billet de blog 12 déc. 2008

Délit d'opinion à «20 Minutes»? Droit de réponse du PDG et quelques commentaires

Le PDG de 20 Minutes, Pierre-Jean Bozo nous adresse un droit de réponse comme seul commentaire à notre billet relayant les interrogations de la Société des journalistes (SDJ) du quotidien gratuit, quant aux raisons de la non-embauche d'un journaliste. Nous le publions avec plaisir, d'autant que nous l'avons sollicité à plusieurs reprises. Mais qu'il nous soit aussi permis de le commenter, en espérant pouvoir dans l'avenir en discuter directement avec lui.

Stéphane Alliès
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Le PDG de 20 Minutes, Pierre-Jean Bozo nous adresse un droit de réponse comme seul commentaire à notre billet relayant les interrogations de la Société des journalistes (SDJ) du quotidien gratuit, quant aux raisons de la non-embauche d'un journaliste. Nous le publions avec plaisir, d'autant que nous l'avons sollicité à plusieurs reprises. Mais qu'il nous soit aussi permis de le commenter, en espérant pouvoir dans l'avenir en discuter directement avec lui.

Suite à la publication jeudi du billet "Délit d'opinion à «20 Minutes»?", Pierre-Jean Bozo nous adresse donc cette missive, que l'on peut voir en grand en cliquant sur l'image ci-dessous:

© 

Ce "droit de réponse-type" a également été envoyé aux sites @si et Bakchich.info, qui ont également traité de l'affaire. La question des «référents familliaux» d'Hugo Lindenberg n'a pas été soulevée dans notre billet. Toutefois, le candidat éconduit nous avait déclaré hier que la question des origines familliales avaient été abordées «dès la première question de l'entretien» par M. Bozo lui-même.

Nous évoquions en revanche sa furtive et ancienne appartenance au MJS, seul élément "objectif" pouvant selon nous expliquer une non-embauche, à l'issue d'un «entretien cordial».

Mais les doutes reposant sur «une appréciation objective de sa capacité à s’adapter au fonctionnement de l’équipe et à ses objectifs» demeurent sans motivation dans cette réponse, alors que Lindenberg avait reçu «devant témoins», selon les termes du communiqué de la SDJ, «l'assurance d'être embauché à "99,9%"».

Ensuite, nous prenons acte que pour M. Bozo, «la découverte postérieure d’un billet "Anti-pub" rédigé par Monsieur LINDENBERG il y a quelques années est strictement étrangère à (s)a position».

Nous soulignons que nous avons écrit dans notre premier billet que l'ultime version donnée par la direction de la rédaction expliquait: «C'est le rédacteur en chef Luc Lemaire qui dit avoir lui même mené "l'enquête Google", après que Bozo a fait part de son «mauvais feeling», qu'il revendique en tant que chef d'entreprise».

Mais nous maintenons nos informations selon lesquelles la directrice de la rédaction Corinne Sorin a déclaré devant plusieurs journalistes que «Pierre-Jean (Bozo) a mené son enquête sur Google et heureusement, car il a écrit un article en contradiction avec la ligne de 20 Minutes».

Enfin, les propos que Pierre-Jean Bozo assure ne pas refléter «fidèlement la réalité de la conversation» entre lui, Corinne Sorin et les représentants de la SDJ sont issus d'informations recueillies auprès de cinq journalistes de la rédaction, dont deux membres du bureau de ladite SDJ.

S'il le souhaite, M. Bozo est évidemment le bienvenu dans ces colonnes (ou dans le cadre d'un entretien téléphonique, sollicité à plusieurs reprise par l'auteur de ces lignes), pour expliquer les raisons d'un choix qui ne l'ont pas été davantage à Hugo Lindenberg, pour qui la version officielle de sa non-embauche est toujours qu'il a écrit «un article en contradiction avec la ligne de 20 Minutes». Ce vendredi, il n'avait pas reçud'autre justification et «ne souhaite pas pour l'instant en rajouter».

Je tiens, comme à chaque fois que j'évoque les "dysfonctionnements internes" de 20 Minutes, à rappeler que j'ai quitté cette entreprise sans amertume ni inimitiés. Cela vaut aussi pour Pierre-Jean Bozo, avec qui je n'ai eu aucun problème professionnel durant mon passage à la rédaction internet du quotidien, dont j'ai démissionné pour rejoindre l'aventure Mediapart. La vérité m'impose de signaler que je n'ai toutefois pas eu, à l'époque de mon embauche, l'occasion de passer un ultime entretien de validation avec lui.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
L’Ecole et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN