Stéphane BORRAS
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2019

Stéphane BORRAS
Abonné·e de Mediapart

Aéroport de Toulouse, le "coup de bluff" de Macron

Face à la contestation par l’État de l’annulation de la procédure de vente, le collectif contre la privatisation de l’aéroport Toulouse-Blagnac défendra une fois encore l’intérêt général en empêchant le pillage de notre bien commun pour garantir les conditions d’une gestion respectueuse de l’environnement et des riverains.

Stéphane BORRAS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En annulant la procédure de sélection des candidats à la reprise de la société Aéroport Toulouse Blagnac, la cour administrative d’appel de Paris nous avait permis une avancée spectaculaire sur le chemin de l’annulation de la vente à CASIL-EUROPE. En contestant la décision de la cour d’appel dans le cadre d’un pourvoi en cassation, M. Bruno LE MAIRE refuse de reconnaître les manquements nombreux ayant conduit à une violation de l’intérêt général, au pillage des bénéfices d’une société rentable et à la spoliation d’un bien commun. Plus que jamais, l’État doit juguler le management aux seuls profits des actionnaires afin de tenir compte des autres parties prenantes : les salariés, les riverains, la sécurité et l’environnement.

Coup de bluff

Après la victoire devant la cour administrative d’appel, le collectif avait annoncé sa volonté de faire annuler définitivement la vente en saisissant début juin le Tribunal de commerce de Paris afin qu’il constate la nullité absolue de l’acte signée le 15 avril 2015.Pour tenter de tenir cette procédure en échec, l’État joue sa dernière carte. Il s’agit d’’un « coup de bluff » pour faire pression sur le tribunal de commerce car le pourvoi en cassation n’est pas suspensif. N’en déplaise au gouvernement : à ce jour, l’autorisation de vente est nulle donc la vente est nulle.
Le président Macron confirme une nouvelle fois qu’il reste le plus fidèle allié de la société CASIL EUROPE, lequel tente depuis janvier de vendre ses parts de l’aéroport, 4 ans à peine après l’avoir acheté, en réalisant une solide plus-value (500 M € contre 308 M €). Par cette manœuvre dérisoire, le gouvernement tente de faciliter ainsi une revente sur laquelle il n’a aucune prise, faute d’avoir prévu une disposition protectrice dans le pacte d’actionnaires. 

Macron, l'ami des paradis fiscaux

Pire, le gouvernement qui prétend lutter contre la fraude fiscale, laisse faire une manœuvre de contournement pour ne pas payer l’impôt sur les plus values. En effet, si CASIL EUROPE, basée à Paris, revend les 49,99 % des actions d’ATB, elle doit payer diverses taxes pouvant rapporter plusieurs dizaines de millions d’euros au fisc français. Mais comme les actionnaires de CASIL EUROPE sont une société écran basée à HONG-KONG (paradis fiscal bien connu), les véritables propriétaires de CASIL EUROPE proposent de céder la société écran, évitant ainsi de payer les taxes.
M. MACRON qui se prétend un adepte du « win-win » devrait subir un « two-loose » (perte de la plus value et perte des taxes et impôts correspondants).


Rassurez-vous, ce coup de bluff n’empêchera pas le collectif de lancer l’action collective conjointe devant le tribunal de commerce de Paris qu’elle proposera à l’ensemble des syndicats, associations, ONG et citoyen-nes via une plateforme en ligne courant mai.

Le facebook du collectif

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En France, une nouvelle menace plane sur Deliveroo
Déjà condamnée cette année, la plateforme de livraison de repas est à nouveau en « discussions » avec l’Urssaf, qui pourrait lui réclamer une ardoise potentiellement fatale. Le parquet de Paris étudie le versant pénal du dossier. L’entreprise a missionné Jean-François Copé et un administrateur judiciaire.
par Dan Israel
Journal
La COP biodiversité tentée par la marchandisation des écosystèmes
À la COP15 de la biodiversité de Montréal, qui s’ouvre le 7 décembre, les Nations unies pourraient promouvoir un mécanisme global de compensation des atteintes à la biodiversité par leur marchandisation. Un mécanisme illusoire et dangereux.
par Romaric Godin
Journal — Agriculture et alimentation
L’UE interdit l’importation de produits issus de la déforestation
Le Parlement européen et les États membres de l’Union européenne ont trouvé un accord dans la nuit de lundi à mardi pour interdire l’importation de plusieurs produits, comme le cacao, le café ou le soja, lorsqu’ils contribuent à la déforestation.
par La rédaction de Mediapart avec AFP
Journal
YouTube songe à sanctionner les vidéastes accusés de viol
Après l’ouverture d’enquêtes préliminaires pour viol visant deux célèbres créateurs de contenus, Norman et Léo Grasset, YouTube n’exclut pas de « prendre des mesures » pour sanctionner des comportements qui auraient eu cours en dehors de la plateforme.
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar