Stéphane Léger
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 sept. 2021

Psyché se meurt

Aujourd’hui, certaines sciences sont le jeu d’une triste parodie pornographique. Emportées dans un hyperdoute catégoriel néo-augustinien, elles vident le questionnement sur la psyché de la météorologie brillamment monstrueuse et complexe qu’elle avait gagnée avec le temps en se sécularisant. La santé mentale est son nouvel habitat, où le temps et l’espace semblent repartir de zéro, à jamais.

Stéphane Léger
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alfred Kubin, Ins Unbekannte, 1900/01 (Leopold Museum, Wien, Foto: Leopold Museum, Wien/Manfred Thumberger) © Eberhard Spangenberg/Bildrecht, Wien, 2021

    On ne compte plus les crimes dont la psyché fut l’objet au cours de son histoire. Si la mort du sentiment de dieu la libéra du despotisme de la transcendance, encore hier, le marché s’offrait son cercueil à bas coût en un mauvais cynisme pailleté de sentimentalisme. Aujourd’hui, certaines sciences sont le jeu d’une triste parodie pornographique entre l’élan divin et la brillance de la toute puissance : à force de technologies de plus en plus intrusives, l’atomisme joyeux de la psyché semble pourtant s’évaporer en un clin d’œil sous l’enflure d’un retour optique de sa substance et de son fonctionnement. Emportée dans un hyperdoute catégoriel néo-augustinien, la psyché se vide alors de la météorologie brillamment monstrueuse et complexe qu’elle avait gagnée avec le temps en se sécularisant. Son archéologie est engloutie dans une marée de sables fins au doux nom de désert : la santé mentale ; où le temps et l’espace semblent repartir de zéro, à jamais.

    Alors, chaque atome de la psyché se voit doté d’une nouvelle quantité, d’une postqualité, d’une néofonction, toutes vouées à des catégories confisquées et falsifiées de son histoire. Si Dieu n’est plus la patrie de la psyché depuis longtemps, son refuge dans une esthétique intempestive et joyeuse a été colonisé sous l’influence de deux régimes matériels et symboliques contemporains : celui des marchés économiques et des sciences. Ces deux régimes ont pour avantage une hégémonie et une obsession pour le premier prix à l’objectivité du monde, sa représentation aboutie. Nouvelle onction contre l’hystérie ambiante, ils deviennent les paravents à toute action politique. Le discours est pastoral, la geste est évangélique. 

    La sainte culpabilité originelle du sujet contre-nature reprend ses marques. Débarrassé de ses rituels ecclésiastiques troqués contre un solipsisme du désœuvrement, l’individu, entité abstraite, devenu plastique à souhait, se voit attribuer toute les charges de l’entreprenariat de son self.  Il ne s’agit pas seulement de s’automodeler, mais aussi de s’autovaloriser. Et de s’astiquer dans les reflets de son miroitement autodéterminé. Tout écart à cette entreprise de conformation est catégorisé comme pathologique.
    Les avancées actuelles des neurosciences et de la biologie qui décrivent un fonctionnement poreux du psychisme : de la prise de forme des synapses aux modifications de l’expression des gènes, s’effondrent dans une représentation close et prosaïque au bon goût salvateur. Bien que d’un côté, un paradigme de l’accident, de la sculpture et de la transformation, issu de ces connaissances et richement interrogé par la philosophie et l’anthropologie, rejoint celui de la métamorphose en tant qu’allégorie et trace symbolique du sujet jamais parvenu à ses fins, d’un autre, certain.e.s jouent au cartographes et aux conquérant.e.s, en annexant et simplifiant ces territoires de complexions, où pourrait se constituer pourtant des alliances territoriales bien plus brillantes et bénéfiques pour une politique de soutien à l’élan vital des corps dont ils pensent disposer.

    De cette disposition, d’ailleurs, il s’agirait d’en parler.

    Quiconque prétendrait disposer d’une image ou d’un langage de la vérité serait considérer comme un tyran et/ou un fou, à notre époque. C’est pourtant cette promesse qu’enjoint aujourd’hui la santé mentale : le corps doit se rendre disponible au service d’un nouveau rapport anthropologique à son incarnation, au nouveau processus qui transfigure sa chair : la délégation de son corps et de son imaginaire, les deux points cardinaux du processus, aux deux régimes de représentations et de discours que sont les marchés et les sciences.
    
    Toute prise de pouvoir sur le corps et son imaginaire dans ces circonstances est un viol. Le réductionnisme neuro-comportemental que promet la santé mentale, et auquel sont livrées les personnes psychoatypiques, performé inlassablement, et jusqu’au harcèlement, s’impose alors comme un monopole sur la vérité de ce qui doit être exposé quant au fonctionnement de leur psychisme. Il devient ainsi un symptôme obsessionnel qui innerve les corps d’une violence objectivante, corps auxquels on accordera le statut de sujet qu’à se conformer aux systèmes de représentations qu’on leur impose (ce que l’on nomme « protocoles » dans le jargon). En l’espèce, les productions délirantes de ces personnes deviennent prétexte à ce que leur imaginaire fasse corps avec une vérité substantielle présentée comme supérieure parce qu’objective.

    Une telle régulation du processus de l’incarnation des personnes psychoatypiques par un ordre hégémonique des marchés et des sciences, relève de l’entrave à la liberté fondamentale de tout sujet lui permettant de donner corps à son imaginaire. Pour autant que les instruments technologiques utilisées par les sciences aident à mieux décrire les fonctionnements du psychisme humain, les implications idéologiques de ces descriptions, à charge de ces agents, n’en sont pas moins traversées de désirs comme dans toute fabrication des sciences. L’objectivité que promet la santé mentale doit être sérieusement interrogée au regard de l’idée du sujet humain qu’elle désire fabriquer et imposer.

    Les procédures réductionnistes promises par la santé mentale sont à chaque fois un coup dans le thorax et l’abdomen qui rompt le souffle. Quand il ne l’épuise pas totalement. Si la chair ne se suicide pas, le psychisme le fait très bien, par ailleurs. Ne reste alors qu’un corps délégué, asséché, sans désir, vidé de ses affects. Un mort-vivant. C’est-à-dire un corps dont on dénie l’accès à sa propre vérité en tant que sujet par son imaginaire, quand bien même (ou parce que) celui-ci aura été préalablement désigné comme délirant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Violences sexuelles
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilenies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN