Snowden révèle l'ampleur de l'aide américaine à Israël


L'aide est financière, et en armement mais consiste également dans le partage de renseignements.

Greenwald, ancien journaliste du Guardian proche d'Edward Snowden publie sur le site "Intercept" son analyse du dernier document révélé par Snowden. Il y explique combien est fausse l'idée que les États-Unis soient un simple spectateur dans la crise du Moyen-Orient.

 

Les dernières informations délivrées par Snowden montrent que la crise qui déchire le Moyen-Orient est une conséquence directe de la fourniture de liquidités, d'armes et de renseignements à Israël par les États-Unis. Le "détachement impuissant" d'Obama est juste pour le show.

Il y a un contraste frappant entre ce que disent les Etats-Unis et ce qu'ils font en réalité par derrière.

Obama affiche sa tristesse pour les victimes de Gaza. Mais il est un acteur déterminant au côté d'Israël.

L'idée que les Etats-Unis se détacherait des évènements au Moyen-Orient est complètement fausse.

Depuis les années 1960 les Etats-Unis ont fournis à Israël des armes et des activités de renseignements pour une valeur de plusieurs milliards de dollars.

 

Les échanges les plus importants entre les services de renseignements  américains (NSA ) et israéliens (ISNU ) portent sur les cibles au Moyen Orient qui constituent des menaces stratégiques pour les deux pays.

Les services de renseignement des deux pays ont chacun des officiers de liaison dans les ambassades de l'autre, et bénéficient d'un partenariat "crpytanalytic".  Israël a un accès direct à la technologie militaire américaine la plus sophistiquée.

 

Les Etats-Unis ont disposé un stock d'urgence de plusieurs millions en devises américaines au Moyen-Orient, qu' Israël peut utiliser pour ses propres besoins à l'échelle régionale en en faisant simplement la demande

 

Une grande partie de cette aide a été utilisée pour réaliser la répression en Palestine occupée, y compris l'offensive actuelle à  Gaza, ainsi que les actions contre d'autres acteurs régionaux. À au moins une occasion, il ya eu une un paiement secret massif en espèces à des agents israéliens dans le cadre de l'initiative américaine utilisant Israël et d'autres acteurs sponsorisés par les Etats-Unis (y compris les monarchies arabes) pour réaliser la surveillance des cibles palestiniennes. "Les nouveaux documents soulignent la participation directe et indispensable du gouvernement américain et de ses alliés clés dans l'agression israélienne contre ses voisins. Ce soutien clandestin va totalement à l' inverse de la posture de détachement impuissant généralement adoptée par les fonctionnaires d'Obama, et leurs partisans ".

 

Obama parle du drame de Gaza comme s'il s'agissait d'une catastrophe naturelle, d'un événement biologique incontrôlable ". Greenwald énumère les cas dans lesquels les États-Unis ont été impliqués, comme lors de la fourniture d'armes à Israël. La dernière de ces occasions se trouve être juste avant le début de l'opération à Gaza, quand un stock de munitions d'une valeur de 1 milliard, pré-positionné par les États-Unis en Israël spécifiquement pour des situations comme celles-ci, a été utilisé. Ce stock trouve ses origines dans les années 1990, lorsque le Commandement américain en Europe l'a positionné là pour une utilisation future. Ce qui était peu connu, c'est qu' Israël n'avait qu'à faire une demande d'urgence pour y avoir accès. Cela avait déjà été le cas, directement approuvé par Obama, lors de la guerre de 2006 contre le Hezbollah au Liban.

 

Un soutien supplémentaire impliquerait de multiples résolutions de l'ONU et il faudrait protéger Israël des condamnations internationales pour en obtenir l'autorisation, chose que Greenwald considère comme délicate, étant donné les réactions des médias américains choqués par la façon dont la situation au Moyen-Orient prend une apparente vie propre, malgré les efforts de tout le monde. "Les nouveaux  documents de Snowden illustrent un fait crucial: l'agression israélienne serait impossible sans le soutien et la protection constants et généreux du gouvernement américain, qui est tout sauf un intermédiaire neutre pour la paix dans ces attaques.

Et la relation entre la NSA et ses partenaires d'une part, et l'agence d'espionnage israélienne d'autre part, est centrale pour permettre cette offensive."

Il existe de nombreuses preuves de cela notamment  la révélation en septembre 2013 du partage "de routine" des renseignements bruts américains avec Israël sans prendre la peine de supprimer les données portant sur les citoyens américains.

 

Mais une fuite de Snowden datant du 12 Avril 2013, publiée ce lundi par le site "The Intercept" indique également comment la "NSA entretient une relation technique et analytique de grande envergure" avecles services de renseignements israéliens, impliquant tous types de données de communications interceptées concernant les cibles et leur analyse. Les services de renseignement de défense israéliens et le Mossad sont impliqués comme partenaires clés dans cette relation, qui leur permet l'accès librement fourni par les Etats-Unis à des «cibles géographiques comprenant les pays d'Afrique du Nord, le Moyen-Orient, le Golfe Persique, l'Asie du Sud, et les républiques islamiques de l'ex-Union soviétique

 Suite à cela, les renseignements israéliens ont accès à la technologie militaire américaine de pointe et à ses équipements pour les utiliser contre ce qu'Israël appelle carrément le "terrorisme palestinien". Et cette coopération qui remonte à la fin des années 1960, a été considérablement élargie en 2003.

Il est donc troublant pour Greenwald que la NSA puisse citer Israël dans la liste des menaces à la sécurité régionale au Moyen-Orient. Les déclarations publiques faites par les responsables américains et britanniques sont à l'opposé de ce que révèle la dernière fuite de  Snowden.

 

L'article en anglais est publié sur le site français "Intérêt-général.Info" :

http://www.interet-general.info/spip.php?article20147

L'article original sur le site Intercept :

https://firstlook.org/theintercept/2014/08/04/cash-weapons-surveillance/

 

La traduction est assurée par Stephane M. Corrections et améliorations sont bienvenues en MP.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.