mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Plus que quelques jours pour profiter notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mar. 30 août 2016 30/8/2016 Édition du matin

Mise au point sur la manifestation d'hier pour Gaza

 

J'ai suivi toute la manifestation d'hier dimanche, et ces deux articles reflètent parfaitement ce que j'ai vécu.

 

La LDJ écrit les articles, le Parisien les publie, Manu s'indigne

 

C'est une affaire rondement menée, parfaitement ficelée et cousue de fil blanc. Israel s'en prend une nouvelle fois à Gaza. Dans les journaux, au mieux on met sur un pied d'égalité le Hamas et "Tsahal" (elle a son petit nom). Sur les plateaux, on invite l'extrême-droite israélienne au pouvoir, sans sourciller le moins du monde, venir nous expliquer que "Tsahal est l'armée la plus morale du monde". Personne n'a vu les règles du jeu, la façon de marquer des points, l'arbitre (apparemment, c'est "Tsahal" qui arbitre, mais personne ne s'étonne que l'arbitre reçoive la médaille d'or). Tout est réglé comme du papier à musique. La ritournelle est connue. 

 

Sont évidemment diabolisés tous ceux qui expriment une solidarité avec les Palestiniens. L'un des effets les plus regrettables étant évidemment cette course à la propreté ridicule. Le BDS est accusé d'être antisémite : il est antisémite d'appeler au boycott d'Israel, mais il n'est pas raciste de boycotter d'autres pays... allez comprendre! Du coup, le BDS, qui n'est pas content d'être ainsi diabolisé, veut laver plus blanc. Le BDS fait donc la chasse aux dieudonnistes, aux soraliens, à "l'extrême-droite" qui serait susceptible de récupérer ces manifestations pro-palestiniennes. C'est pathétique.

 

Toutefois, cette entreprise de diabolisation ne marche pas très bien. On voit des manifestations pacifiques, où de nombreux Juifs et associations juives participent en clamant : "Pas de crimes en notre nom!". Heureusement, il y a une solution à ce problème : aller provoquer un trouble à l'ordre public, puisqu'il n'a pas lieu. Arno Klarsfeld adore ça, la LDJ le pratique toutes les semaines.

 

13 juillet à Paris. La LDJ appelle (tweets) à aller provoquer les manifestants aux abords de la synagogue. Ils le font effectivement. Des heurts se produisent donc, c'est magnifique! Passons au délire médiatique. Valls condamne, Klarsfeld et Haziza rivalisent d'ignominie.

Haziza l'emporte haut la main :  "Le 16 juillet 1942,la Police deVichy procédait la rafle du #VeldHiv, le13 juillet 2014,les #NAZISLAMISTES font la chasse aux Juifs à Paris."

 

Le Parisien publie un article, objectivité journalistique de rigueur, oubliant simplement de préciser qu'il s'agit de la version de la LDJ, purement et simplement. Personne ne recoupe, ne vérifie, tout le monde hurle. SOS Racisme saute sur l'occasion - ne faites pas de pareils bonds! ne faites pas de pareils bonds! Ils les font. Ne pas rater une occasion de dénigrer la solidarité envers les Palestiniens, voilà l'oeuvre de SOS Racisme. 

 

Bilan : parce que quelques écervelés énervés ont répondu aux provocations, le système se met en branle pour assimiler solidarité avec la Palestine et barbarie nazislamiste rappelant la rafle du Veld'hiv... Les organisateurs sont soupçonnés d(e complaisance envers l)'antisémitisme. La routine, quoi.

 

Mais comme aucun journal ne publiera une version des faits un peu différente, je me permets de présenter celle-ci, non recoupée, pas plus que celle du Parisien : 

 

Mise au point concernant les provocations des voyous fascistoïdes de la milice sioniste LDJ, place de la Bastille à l'arrivée de la manifestation pour la Palestine le 13 juillet 2014 et de l'incident que celles ci ont provoqué.Exposé des faits.Etant sur les lieux de la manifestation Palestine le 13 juillet, depuis la hauteur du camion sono de tête où j'ai assisté à tout ce qui va suivre, je tiens à faire le commentaire suivant.
Il s'agit là d'un incident qui n'est que la répétition de méthodes régulièrement mises en oeuvre par la LDJ depuis son apparition en France, il y a une quinzaine d'années.

Un piège bien rodé

Acte 1: 1 ere provocation. Les voyous sionistes, un drapeau israélien en main débouchent sur le boulevard où passe la manifestation parfaitement pacifique, se mettent à invectiver et à provoquer les manifestants avant de rebrousser chemin prestement dans la petite rue d'où ils sont venus. Ce à 200 mètres de la place de la Bastille. Des groupes de jeunes connaissant les multiples exactions et agressions auxquelles se livre régulièrement cette milice violente aimée de Valls et de la grande presse et écœurés de la protection miraculeuse et légendaire dont jouissent ces canailles se lancent à leur poursuite.

Mais aussitôt un rideau de gendarmes mobiles, souhaitant éviter l'affrontement, se met en travers de leur route. Ceci a comme effet de provoquer l'ire des jeunes convaincus que la police protège la LDJ et les incidents un peu vifs que l'on sait avec tirs de quelques grenades lacrymogènes, heureusement sans grands dommages.
Nous tenons à préciser que jusque là, tout s'était parfaitement bien passé avec les forces de l'ordre qui dés le début avaient pris contact avec nous, les organisateurs.
Mais aussi en ce qui concerne la manifestation, ses slogans parfaitement corrects et politiques sans aucun débordement ni propos anti juifs contrairement ce que raconte le petit caporal de l'armée sioniste, Arno Klarsfeld.

Acte 2, La manifestation reprend mais en fin de parcours, sur la place, rebelote. Un nouveau groupe de la LDJ drapeau israélien en main débouche à l'embranchement entre la place de la Bastille et la rue qui mène à la rue de la Roquette, lance des insultes aux jeunes de loin et détale aussitôt en direction de cette même rue de la Roquette.

Acte 3: le piège se referme. Les jeunes se lancent à leur poursuite décidés cette fois à mettre fin à cette même impunité. Les fachos de la LDJ s'engouffrent dans la synagogue de la rue de la Roquette 300 mètres plus loin, talonnés par les jeunes qui ne rentrent pas dans le lieu de culte mais qui stationnent devant, en colère, un spectacle dont s'empare aussitôt cette même presse nauséabonde qui comme par hasard n'a pas vu ce qui précède. A moins que leur reporter soit carrément un membre de cette même LDJ. Précisons que les jeunes, en général tous originaires de banlieues ne pouvaient évidemment qu'ignorer l'existence de cette synagogue très éloignée de la place de la Bastille. Et que donc s'ils s'y sont trouvés, en toute logique, ce ne peut être qu'à cause du fait que les nervis de la LDJ les y ont conduits volontairement par leur fuite ! Ajoutons que celle ci ni aucun des fidèles n'ont subi la moindre exaction.

Réflexion

1) Certes les jeunes n'auraient pas dû céder à la provocation dont le but est de faire interdire les manifestations pro palestiniennes pour trouble à l'ordre public.
Cependant, d'une part, comment se fait-il que les autorités religieuses de la synagogue donnent asile aux fascistes de la LDJ alors qu'elles les connaissent parfaitement et sont instruites de leurs méthodes provocatrices ?

1 bis) D'autre part, admettons qu'elles n'étaient pas au courant de qui il s'agissait, pourquoi ne dénoncent elles pas à présent ces milices partisanes de l'extrême droite par ailleurs, qui prennent en otage les fidèles juifs au nom de leur idéaux sionistes et qui ne sont là que pour provoquer des troubles inter communautaires ?

2) Nous accusons le gouvernement français qui sait parfaitement ce qu'il en est, de refuser d'agir contre ces milices sionistes, pire de les protéger depuis des années en dépit des multiples plaintes contre elles à la suite desquelles curieusement jamais aucun procès ne se fait. Alors que depuis des jours sur tous les réseaux sociaux, la LDJ tenait des propos racistes et provocateurs menaçant de venir "raccompagner à la maison les manifestants" selon leur expression ce dont les policiers ayant pris contact avec nous, aujourd’hui nous ont immédiatement informés. D'ailleurs, mardi 8 juillet, place St Michel, un rassemblement pacifique pour la Palestine avait déjà essuyé une attaque de la LDJ.
Comment se fait-il que Manuel Valls, ex ministre de l'intérieur n'ait pas agit préventivement ?
Nous accusons le président de la République François Hollande, d'avoir par ses déclarations justifiant l'agression israélienne contre Gaza au mépris de la majorité de la population de ce pays, de s'être comporté en chef de guerre, partisan d'une agression caractérisée contre un peuple désarmé et d'avoir encouragé cette même milice LDJ à passer à l'action.

3) Nous accusons une certaine presse d'être parfaitement au courant de ces faits, de couvrir systématiquement cette milice sioniste et du coup de déverser des tombereaux d'accusations mensongères sur les activités militantes propalestiniennes pourtant parfaitement pacifiques.
Comment se fait-il que cette même presse n'ait pas vu les dizaines de milliers de manifestants mais uniquement cet incident mineur et qu'elle en donne cette explication grossièrement tronquée et partisane ?

D'ailleurs pourquoi cette presse ne va t-elle pas interviewer la police qui a très bien vu les provocateurs sioniste et qui était au courant d'une possible provocation.

3) Faudra t-il qu'il y ait des morts pour qu'enfin le gouvernement se décide d'intervenir contre ces groupes sionistes violents ? Hollande comme Sarkozy avant lui cherche t-il des prétextes pour vilipender la jeunesse des banlieues ou pire encore cherche t-il à provoquer une véritable guerre inter communautaire ?

Tout en déplorant ces incidents, tout en réitérant notre demande à tous de ne pas céder aux provocations dont l'unique responsable sont la LDJ et les autorités laxistes avec elle, tout en nous promettant à l'avenir d'être encore plus vigilants par rapport à ces provocations, nous attendons, une fois de plus du gouvernement qu'il prenne enfin des mesures radicales pour empêcher ces trublions de nuire au bon déroulement des manifestations Palestine et des réponses claires à ces remarques et interrogations.

En tout état de cause que les choses soient claires dans la mesure où nous ne renoncerons jamais à notre liberté d'expression et à notre soutien total à la cause palestinienne, le gouvernement doit être tenu pour responsable unique des exactions commises par cette même milice qu'il protège assidûment, des troubles que celle ci provoque et du fait que celle ci transforme les lieux de culte comme les synagogues en lieu de recrutement, de propagande, de collectes pour l'armée israélienne et on le voit également en bases d'agressions. Établissant par là même une confusion désastreuse entre religion juive et activisme sioniste violent.

Youssef Boussoumah.

 

http://pasdequerre.blogspot.fr/2014/07/la-ldj-ecrit-les-articles-le-parisien.html

 

 

Et ce TEMOIGNAGE DE MICHELE SIBONY de l'UJFP (Union Juive Française pour la Paix) en réponse à un article mensonger paru dans Rue89:

"Intox mensonge et presse écrite"

lundi 14 juillet 2014 par Michèle Sibony

Adresse publique au « Rédacteur en chef adjoint de rue 89 » Mathieu Deslandes pour sa couverture de la manifestation du 13 juillet http://rue89.nouvelobs.com/2014/07/...

 

 

Monsieur,

Comme je viens de lire votre traitement de la manifestation de cet après midi et que j’y étais j’ai envie de témoigner ici de ce que j’ai vécu. La manifestation en soutien à Gaza qui s’est tenue cet après midi était FOR-MI-DABLE.

Environs 15000 personnes, 8000 selon la police, une foule dans l’ensemble très jeune, beaucoup de femmes, et d’hommes, de tous horizons, déjà dans le métro sur la ligne 4 les rames se remplissaient de jeunes gens déterminés et heureux de trouver enfin un cadre pour exprimer leur soutien, leur solidarité avec « Gaza la courageuse » comme le disait un des slogans en arabe, et leur colère devant le scandale de la désinformation organisée. Et j’avoue avoir été aussi emportée par l’émotion à la sortie du métro en plongeant dans cette foule bigarrée venue comme moi dire : arrêtez le massacre.

La suite du texte de Michèle Sibony est ici :

http://www.ujfp.org/spip.php?article3321

 

Extraits de ce texte :

J’ai rejoint le petit cortège de l’Union Juive Française pour la Paix calé bien à sa place derrière celui de la campagne BDS France, et j’ai assisté à de nombreuses scènes émouvantes : une de nos adhérentes, jolie dame rousse qui a connu la déportation et qui milite entre autres très activement pour les droits des étrangers en France a attiré à cause du badge UJFP qu’elle portait de nombreuses personnes qui voulaient la prendre en photo, l’embrasser. Madame , vous ne pouvez pas savoir le bien que vous nous faites, c’est si important que vous soyez là. Vous êtes pour nous un symbole, celui de la paix. Cette histoire n’a rien de religieux, il ne s’agit pas de juifs et de musulmans...
Pas un mot vu lu entendu contre les juifs, pas une affiche, pas un slogan, rien...

...

Alors je vais vous dire ce que j’ai vu, moi, pauvre juive infidèle (mais il n’y a de Dieu que Dieu) dans cette manif : sur le boulevard Beaumarchais à peu près à la hauteur de Chemin vert, 4 ou 5 types de la Ligue de Défense Juive [2] montés sur un banc, complètement entourés et protégés par deux rangs serrés de CRS qui jetaient projectiles et insultes sur la foule, et les services d’ordre, et les responsables calmant les manifestants, ne vous énervez pas ne répondez pas aux provocations, c’est ce qu’ils attendent... et bien sûr lors de la dispersion il y a eu des courses et des bagarres à l’entrée de la rue de la Roquette... comme prévu si j’ose dire.

Et surtout j’ai aussi entendu la foule des manifestants crier depuis Barbès jusqu’à la Bastille :
« médias français montrez la vérité. »
« le peuple français veut la vérité. »
Et j’étais fière aujourd’hui de ce peuple là, de mon peuple.

 

http://www.ujfp.org/spip.php?article3321

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
  • 15/07/2014 20:01
  • Par ask75

La LDJ reconnait publiquement qu'elle a provoqué les troubles de la manif du 13 juillet

pic.twitter.com/KGW3FC77jJ

Permalien de l'image intégrée