Espagne : les femmes dans la rue après le jugement des violeurs de « la meute »

Après les manifestations monstres du 8 mars en Espagne, le mouvement des femmes reprend le chemin de la rue pour dénoncer la condamnation pour « abus sexuel » d’un viol commis par cinq hommes se faisant appeler « la meute ». Dans une Espagne bloquée politiquement, la rue reprend de la vigueur.

Des dizaines de milliers de personnes, essentiellement des femmes, ont manifesté dans les rues de Pampelune en Espagne samedi 28 avril. Entre 32 000 et 35 000 selon le décompte de la police municipale. Dans cette ville de moins de 200 000 habitants, c’est proprement gigantesque. Le même jour, des milliers de femmes ont également défilé à Madrid, Barcelone et dans la plupart des villes espagnoles. Comme tous les jours depuis que le tribunal de Navarre a condamné jeudi, les cinq membres de « la manada » (la meute), à 9 ans de prison pour « abus sexuel ». Ainsi disculpés de l’accusation de viol, ils échappent à la peine de 22 ans et 10 mois de prison requise par le parquet.

Les cris de « ce n’est pas un abus sexuel, c’est un viol » ont été scandés par les manifestantes dans tout le pays. En juillet 2016, lors des fêtes de San Firmin à Pampelune, cinq Sévillans âgés de 27 à 29 ans ont agressé sexuellement une jeune madrilène de 18 ans. La meute, comme ils aimaient à s’appeler, est composée de supporters ultras de football, dont un militaire et un membre de la Guardia Civil. Ce soir-là, ils croisent la route de la jeune fille, la coincent dans un hall d’immeuble, lui imposent des relations sexuelles en filmant la scène, avant de la laisser à demi-nue, délestée de son téléphone portable. Ils postent ensuite la vidéo de leur forfait sur WhatsApp.

 https://rapportsdeforce.fr/linternationale/espagne-les-femmes-massivement-dans-la-rue-apres-le-jugement-des-violeurs-de-la-meute-05011830

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.