SNCF : sanctions et licenciements s’abattent sur les grévistes

Depuis la fin de la grève de trois mois du printemps dernier à la SNCF, c’est à un tour de France des sanctions disciplinaires que se livre l’entreprise ferroviaire. Après Nîmes, Rennes, Lille et Paris cet été, les sanctions tombent à Grenoble, Hendaye et Lyon, où Christelle, militante de Sud-Rail, risque le licenciement pour faute lourde en cette rentrée.

https://rapportsdeforce.fr/classes-en-lutte/sncf-sanctions-et-licenciements-tombent-sur-les-grevistes-09052159

Ils sont déjà au moins une vingtaine de syndicalistes CGT ou Sud-Rail à être convoqué pour des sanctions disciplinaires par leur employeur. La dernière en date est Christelle, militante Sud-Rail à Lyon dont l’entreprise réclame la radiation des cadres, l’équivalent du licenciement dans le secteur public. Son sort sera fixé le 7 septembre lors d’un conseil de discipline, pendant que ces collègues se rassembleront à partir de midi, devant la tour Incity à Lyon où siège la direction régionale, pour exiger l’abandon des poursuites. À cette fin, les 1000 premières signatures d’une pétition ont été remises à la direction le 2 septembre.

« Elle a juste invectivé un supérieur hiérarchique un jour de grève », s’étonne Bruno Poncet qui souligne le caractère disproportionné des sanctions réclamées par la SNCF. « Ce sont des choses qui avant se réglaient entre quatre yeux ou dans le bureau du supérieur pour remettre tout à plat », explique le secrétaire fédéral du syndicat Sud-Rail. Pour lui, « l’objectif de la SNCF est de mettre des coups aux grévistes, surtout s’ils sont délégués syndicaux, pour faire peur à tout le monde en montrant que personne n’est à l’abri ». Christelle n’est pas la seule à risquer un licenciement. Au mois de juillet, un autre représentant de Sud-Rail, cette fois à Rennes, a été convoqué par l’entreprise en conseil de discipline.

 

Une direction revancharde ?

 

Là aussi, la radiation a été demandée par la direction. Elle l’a obtenue et Yannick a reçu début août la confirmation de son licenciement. Il lui était reproché d’avoir voulu nuire à l’entreprise en interrompant le trafic des trains. Lors de la manifestation du 1er mai, Yannick remarque un policier à proximité des voies et signale sa présence au poste d’aiguillage qui décide, pour des raisons de sécurité, d’arrêter la circulation. La SNCF met en doute la version du cheminot et porte plainte. Malgré la confirmation des faits et le respect des procédures internes, la direction n’a pas annulé le conseil de discipline et a confirmé sa décision.

Étant protégé par un mandat syndical, c’est maintenant à l’inspection du travail de se prononcer sur la validité de sa radiation. En cas de refus de cette dernière, la SNCF peut faire appel de la décision. Le dossier atterrirait alors sur le bureau du ministère du Travail. Le syndicat Sud-Rail envisage déjà de porter l’affaire devant les tribunaux. À Nîmes, c’est encore une radiation, maintenant examinée par l’inspection du travail. Ici, Jean-François s’est vu reprocher l’utilisation d’une torche lors de l’occupation des voies en gare le 14 mai qui aurait occasionné une grave blessure à l’œil d’un conducteur de train non gréviste. Une version contestée par Jean-François et la CGT cheminot qui y voit un montage de toute pièce. En tout cas, le conducteur en question a conduit son train à destination après sa blessure à l’œil, accompagné en cabine par un supérieur. Le surlendemain, le médecin chez qui il s’est rendu ne lui a pas prescrit d’arrêt de travail.

Dans les Hauts-de-France, plusieurs dizaines de cheminots ont reçu des convocations au commissariat ou devant leur direction. Parmi eux, six grévistes encourent des sanctions allant de mises à pied jusqu’à une possible radiation pour au moins l’un d’eux, convoqué devant un conseil de discipline en septembre. À Hendaye, c’est le tour de Laurent, un contrôleur de train que sa direction accuse d’avoir ceinturé une cadre lors d’une journée de grève en juin. Un premier rassemblement de près de 300 personnes s’est tenu à Bayonne à l’appel de la CGT le 21 août pour soutenir ce cheminot. Puis, un second à Bordeaux le 4 septembre, jour de son conseil de discipline, où il risque le licenciement. Pour la CGT cheminots d’Hendaye, la direction cherche à « se venger des trois mois de grève perlée du printemps ».

Aux dires de la SNCF, 440 infractions ont été constatées donnant lieu à 120 plaintes, pas toutes enregistrées par les procureurs. « Certaines directions dans les régions ont dit : nous allons sortir les dossiers, attendez-vous à un retour de bâton », affirme inquiet Bruno Poncet de Sud-Rail. Au mois d’août, ce sont six nouvelles procédures qui sont déclenchées contre des militants du syndicat Sud à Grenoble. « Il y a des motifs ridicules, comme avoir traversé les voies sans gilet ou avoir montré un cadre du doigt », indique Julien Troccaz, membre du Conseil de surveillance du groupe SNCF pour Sud-Rail. Pour autant, la direction réclame des sanctions, dont la radiation pour l’un des six grévistes. En cause une occupation de nuit de la gare de Grenoble en juin par des cheminots et de nombreux militants du mouvement social local. Si sa radiation se confirme, le nombre de licenciements pourrait être porté à cinq en l’espace de deux mois.

 

Rapports de force

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.