Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

203 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 nov. 2019

Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre

Loin des idées reçues, la réforme des retraites ne vise pas exclusivement à réduire les pensions des régimes spéciaux. Sans s’aventurer trop loin dans les simulations, dans la mesure où beaucoup d’éléments restent en suspend, nous pouvons quand même estimer que les retraites des salariés et des fonctionnaires vont baisser. Explications.

Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://rapportsdeforce.fr/classes-en-lutte/retraites-a-points-les-salaries-du-prive-ont-tout-a-y-perdre-11094818

Réglons tout de suite une question de vocabulaire. Pour mieux comprendre les débats sur les retraites, vous avez besoin d’enregistrer un terme : le taux de remplacement. Pour faire simple, il s’agit du pourcentage de votre dernier revenu en activité que vous toucherez en pension, afin de remplacer votre salaire lorsque vous serez à la retraite. Ce taux tourne aujourd’hui en moyenne autour des 75 % pour les salariés du privé. Cependant, il peut varier fortement selon que vous ayez une carrière complète ou non, une décote ou une surcote, quatre enfants ou aucun.

Des pensions rabotées

Restons avec les salariés du privé, les plus nombreux à être concernés par la réforme. Nous traiterons des fonctionnaires et des régimes spéciaux dans un prochain article. Dans le socle du système à points voulu par l’exécutif, nous savons que l’ensemble de la carrière sera prise en compte dans le calcul des pensions. Cet élément n’a jamais varié depuis la publication du rapport Delevoye. Par conséquent : fini le calcul sur la base des 25 meilleures années. Ainsi, les moins bonnes années viendront baisser mécaniquement votre pension future. Effectivement, qui dit salaires plus bas, dit moindre montant de cotisations. Or c’est à partir de ces cotisations que sera attribué votre nombre de points. À ce jour : 10 € cotisés représentent un point, et un point attribué vaudrait 0,55 € de pension. Avec moins de points à multiplier par 0,55 €, la pension sera moins importante.

A quelle baisse peut-on s’attendre ? Nous ne pouvons le dire avec précision pour le moment, car nous ne disposons pas des données sur le ratio moyen et les montants correspondant entre les bonnes et mauvaises années d’une vie de salarié. Pour autant, lorsqu’en 1993 le nombre des meilleures années dans le calcul des pensions est passé de 10 à 25, la baisse moyenne des pensions pour les salariés a été de 6 %. Avec la réforme des retraites à venir, la chute pourrait être plus importante encore. Le gouvernement veut en effet limiter à 14 % du PIB les dépenses liées aux pensions. Elles sont aujourd’hui de 13,8 %. Or, d’ici à 2050, le nombre de personnes à la retraite augmentera de 6 millions. Plus de retraités devront donc se partager 14 % du PIB. Les parts pour chacun diminueraient. Une hypothèse que ne retient pas le Conseil d’orientation des retraites qui table sur la croissance pour augmenter suffisamment le PIB et maintenir le niveau des pensions.

Voire même très rabotéeshttps://rapportsdeforce.fr/retraite

Autre élément qui aurait un impact à la baisse sur les retraites : l’instauration d’un âge pivot à 64 ans. Là, le flou est largement entretenu. Si le gouvernement et le chef de l’État ne font pas mystère, déclaration après déclaration, de la « nécessité » de travailler plus longtemps, le mécanisme pour y parvenir est encore incertain. Normalement, le système à points ne connaît pas de durée de cotisation. Seul l’âge légal de 62 ans compte. Mais le rapport Delevoye fixe un âge avant lequel il n’est pas recommandé de partir. Ainsi, en soldant ses droits à 63 ans, une décote de 5 % serait appliquée. Et même 10 % si vous les faites valoir à 62 ans. L’effet cumulé de cette mesure avec la fin du calcul sur les 25 meilleures années pourrait être désastreux.

Pour autant, la comparaison des pensions avec et sans le nouveau système est difficile, dans la mesure où les réformes précédentes ont augmenté le nombre de trimestres et d’annuités nécessaires à l’obtention d’une retraite à taux pleins. Avec une décote bien sûr. La loi de 2014 l’a notamment retardée à 43 annuités pour la génération partant en 2035. Mais assurément, l’empilement des dispositions limitatives pour bénéficier intégralement de ses droits impliquera pour de nombreux salariés l’obligation de travailler plus longtemps. À moins de faire le « choix » de pensions misérables. D’autant que la valeur du point à 0,55 € n’est pas totalement garantie, contrairement aux pensions d’aujourd’hui.

Autant de raisons qui font dire au collectif Nos retraites ou à la CGT qu’il faut s’attendre à une baisse des pensions de l’ordre de 15 à 25 %. Même si encore une fois, les calculs précis sont rendus impossibles par la présence de nombreuses inconnues. Mais, quels que soient les paramètres finaux retenus par le gouvernement, l’objectif de ce dernier reste la baisse du taux de remplacement


Retrouver notre dossier sur les retraites : https://rapportsdeforce.fr/retraite

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT