Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

198 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 nov. 2019

Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre

Loin des idées reçues, la réforme des retraites ne vise pas exclusivement à réduire les pensions des régimes spéciaux. Sans s’aventurer trop loin dans les simulations, dans la mesure où beaucoup d’éléments restent en suspend, nous pouvons quand même estimer que les retraites des salariés et des fonctionnaires vont baisser. Explications.

Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://rapportsdeforce.fr/classes-en-lutte/retraites-a-points-les-salaries-du-prive-ont-tout-a-y-perdre-11094818

Réglons tout de suite une question de vocabulaire. Pour mieux comprendre les débats sur les retraites, vous avez besoin d’enregistrer un terme : le taux de remplacement. Pour faire simple, il s’agit du pourcentage de votre dernier revenu en activité que vous toucherez en pension, afin de remplacer votre salaire lorsque vous serez à la retraite. Ce taux tourne aujourd’hui en moyenne autour des 75 % pour les salariés du privé. Cependant, il peut varier fortement selon que vous ayez une carrière complète ou non, une décote ou une surcote, quatre enfants ou aucun.

Des pensions rabotées

Restons avec les salariés du privé, les plus nombreux à être concernés par la réforme. Nous traiterons des fonctionnaires et des régimes spéciaux dans un prochain article. Dans le socle du système à points voulu par l’exécutif, nous savons que l’ensemble de la carrière sera prise en compte dans le calcul des pensions. Cet élément n’a jamais varié depuis la publication du rapport Delevoye. Par conséquent : fini le calcul sur la base des 25 meilleures années. Ainsi, les moins bonnes années viendront baisser mécaniquement votre pension future. Effectivement, qui dit salaires plus bas, dit moindre montant de cotisations. Or c’est à partir de ces cotisations que sera attribué votre nombre de points. À ce jour : 10 € cotisés représentent un point, et un point attribué vaudrait 0,55 € de pension. Avec moins de points à multiplier par 0,55 €, la pension sera moins importante.

A quelle baisse peut-on s’attendre ? Nous ne pouvons le dire avec précision pour le moment, car nous ne disposons pas des données sur le ratio moyen et les montants correspondant entre les bonnes et mauvaises années d’une vie de salarié. Pour autant, lorsqu’en 1993 le nombre des meilleures années dans le calcul des pensions est passé de 10 à 25, la baisse moyenne des pensions pour les salariés a été de 6 %. Avec la réforme des retraites à venir, la chute pourrait être plus importante encore. Le gouvernement veut en effet limiter à 14 % du PIB les dépenses liées aux pensions. Elles sont aujourd’hui de 13,8 %. Or, d’ici à 2050, le nombre de personnes à la retraite augmentera de 6 millions. Plus de retraités devront donc se partager 14 % du PIB. Les parts pour chacun diminueraient. Une hypothèse que ne retient pas le Conseil d’orientation des retraites qui table sur la croissance pour augmenter suffisamment le PIB et maintenir le niveau des pensions.

Voire même très rabotéeshttps://rapportsdeforce.fr/retraite

Autre élément qui aurait un impact à la baisse sur les retraites : l’instauration d’un âge pivot à 64 ans. Là, le flou est largement entretenu. Si le gouvernement et le chef de l’État ne font pas mystère, déclaration après déclaration, de la « nécessité » de travailler plus longtemps, le mécanisme pour y parvenir est encore incertain. Normalement, le système à points ne connaît pas de durée de cotisation. Seul l’âge légal de 62 ans compte. Mais le rapport Delevoye fixe un âge avant lequel il n’est pas recommandé de partir. Ainsi, en soldant ses droits à 63 ans, une décote de 5 % serait appliquée. Et même 10 % si vous les faites valoir à 62 ans. L’effet cumulé de cette mesure avec la fin du calcul sur les 25 meilleures années pourrait être désastreux.

Pour autant, la comparaison des pensions avec et sans le nouveau système est difficile, dans la mesure où les réformes précédentes ont augmenté le nombre de trimestres et d’annuités nécessaires à l’obtention d’une retraite à taux pleins. Avec une décote bien sûr. La loi de 2014 l’a notamment retardée à 43 annuités pour la génération partant en 2035. Mais assurément, l’empilement des dispositions limitatives pour bénéficier intégralement de ses droits impliquera pour de nombreux salariés l’obligation de travailler plus longtemps. À moins de faire le « choix » de pensions misérables. D’autant que la valeur du point à 0,55 € n’est pas totalement garantie, contrairement aux pensions d’aujourd’hui.

Autant de raisons qui font dire au collectif Nos retraites ou à la CGT qu’il faut s’attendre à une baisse des pensions de l’ordre de 15 à 25 %. Même si encore une fois, les calculs précis sont rendus impossibles par la présence de nombreuses inconnues. Mais, quels que soient les paramètres finaux retenus par le gouvernement, l’objectif de ce dernier reste la baisse du taux de remplacement


Retrouver notre dossier sur les retraites : https://rapportsdeforce.fr/retraite

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin