Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

203 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 sept. 2018

L’extrême droite a tué une centaine de personnes en Europe en dix ans

En 2013, Clément Méric, jeune antifasciste de 18 ans, mourrait sous les coups de militants nationalistes, dévoilant au grand public la violence de ces groupes d’extrême droite. Cinq ans plus tard, le nombre d’agressions commises par cette mouvance d’ultra-droite se compte toujours en dizaines chaque année, en France et en Europe.

Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« L’extrême droite tue, faisons son procès », proclame une affiche du comité pour Clément, à l’approche de la comparution devant les assises de Paris des trois militants du groupe Troisième Voie responsables de la mort de Clément Méric. Une alerte pour rappeler que la marque de fabrique de ces mouvements est d’imposer leurs idées par la violence, voire la terreur. Mais aussi une protestation contre les discours renvoyant dos à dos fascistes et antifascistes ou tendant à réduire la mort de Clément Méric à une banale bagarre de rue.

Si aucun autre mort n’est à imputer à la mouvance d’ultra droite en France depuis 2013, les agressions et projets d’attentats ou d’assassinats n’ont pas manqué. Au mois de juin, dix membres d’un groupuscule baptisés Action des forces opérationnelles sont mis en examen. Ils sont suspectés de préparation d’attentats contre des musulmans. Lors des perquisitions, 36 armes à feu et des composants servant à la fabrication d’explosifs sont saisis. L’an dernier déjà, dix personnes avaient été interpellées dans l’entourage d’un ancien militant de l’Action française, lui-même arrêté en juin, pour des projets d’attentats visant des hommes politiques et des mosquées. Parmi les cibles : Jean-Luc Mélenchon et Christophe Castaner.

Des velléités de déstabilisation qui rappelle la tentative d’assassinat visant Jacques Chirac pendant le défilé du 14 juillet 2002, année ou un parti d’extrême droite, le Front national, accédait au second tour d’une élection présidentielle pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le tireur s’appelait Maxime Brunerie. Il était proche du groupe Unité radicale, transformé par une partie de ses cadres après sa dissolution en Bloc identitaire. Certes, depuis l’assassinat de Clément Méric en 2013 aucun mort n’est à dénombrer dans l’hexagone du fait de l’extrême droite. Pour autant, il n’en est pas de même ailleurs. Cette année au mois de juin, un néonazi slovaque agresse un Philippin de 36 ans qui meurt quelques jours plus tard à l’hôpital. Dans l’été, c’est un Marocain de 43 ans qui est mort en Italie des coups qu’il a reçus.

L’an dernier à Charlottesville aux États-Unis, l’assassinat de Heather Heyer par un néonazi fonçant sur la foule avec son véhicule lors d’une manifestation de suprémacistes blancs a suscité une émotion mondiale. À Charlottesville, une seule des victimes est décédée. Ce n’est pas le cas en Norvège en 2011. Là, Anders Breivik tua 69 adolescents lors de l’attaque du camp d’été des jeunesses travaillistes sur l’île d’Utoya et huit personnes de plus au siège du gouvernement. Un crime de masse qui n’est pas le premier imputable aux mouvements nationalistes. Dans les années 90, trois attentats liés à l’extrême droite sont perpétrés aux États-Unis, dont celui d’Oklahoma City où ont été dénombrés 168 morts et 500 blessés. Par le passé, des néofascistes italiens avaient fait exploser une bombe à la gare de Bologne. Le bilan fut meurtrier avec 85 morts et 177 blessés. Plus près de l’hexagone et dans le temps, un groupuscule néonazi allemand a assassiné huit Turcs, un Grec et une Allemande, entre 2000 et 2007.

Lire la suite : https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/lextreme-droite-a-tue-une-centaine-de-personnes-en-europe-en-dix-ans-09092168

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum