Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

198 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2021

Rapports de force : déjà quatre ans

Comme l’an dernier, c’est un anniversaire sous confinement pour Rapports de force. En ce mois d’avril, nous soufflons nos quatre bougies, mais comme en 2020, sans événement permettant de rencontrer physiquement notre lectorat. Et à l’instar de l’an dernier, dans une période qui n’est pas à la fête. Nous profitons tout de même de l’occasion de vous donner des nouvelles de votre média.

Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://rapportsdeforce.fr/pas-de-cote/rapports-de-force-deja-quatre-ans-04129931

De nombreux mois – jusqu’à deux ans – séparaient le pic d’une épidémie de périodes d’agitation sociale, expliquent trois chercheurs du Fonds monétaire international (FMI). Ces derniers établissent un lien entre crise sanitaire et explosions sociales dans un billet de blog du 3 février 2021. En fixant très arbitrairement le pic à la fin 2020 – soit le début des campagnes de vaccination – cela nous conduirait à de possibles mouvements sociaux conséquents entre l’été ou l’automne 2021 et la fin 2022. En attendant, ceux-ci sont dans le même état que nos sociétés : sous cloche, rétrécis, un peu groggy.

Une année difficile

En tout cas, depuis la fin de l’été 2020, le moral est en berne. Partout ! L’absence de perspective et le temps suspendu à l’évolution de l’épidémie pèsent sur les capacités de mobilisation, même si des luttes persistent. Avec même quelques poussées inattendues, comme lors des manifestations contre la loi sur la sécurité globale. Certaines mobilisations ont réussi à ne pas être confinées telles celles du 8 mars pour les droits des femmes ou du 28 mars pour le climat. Mais la tendance générale reste au repli sur soi et à une forme d’impuissance à peser sur le cours des événements dans cette période où la crise sanitaire domine.

Rapports de force est à l’image du mouvement social : dans l’attente de jours meilleurs. À vrai dire, nous pouvons même avouer que nous mangeons notre pain noir depuis des mois. Si la période entre l’automne 2019 et l’été 2020 a été faste, portée notamment par le mouvement contre la réforme des retraites, depuis nous avons enregistré un net recul des visites sur notre site : plus de 100 000 par mois au premier trimestre 2020, contre 35 000 en ce début d’année. Le lancement de nouveaux projets, tels le Récap Hebdo ou la boîte à outils, peine à rencontrer leur public dans cette période. La Covid-19 n’est évidemment pas étrangère à ces difficultés. Facebook a fait le reste. Et pas qu’un peu !

Comme de nombreuses pages sur ce réseau social, nous subissons une baisse majeure de notre visibilité. Sept fois moins de visites en provenance de Facebook entre septembre 2020 et mars 2021 que l’année précédente sur la même période. Et en prime, une interdiction totale en octobre dernier rendant toutes les publications de notre site internet personæ non grata sur le réseau social. Et ce jusqu’à ce que nous menacions l’entreprise de Mark Zuckerberg de poursuites en justice. Bref, un anniversaire 2021 sans fanfaronnade et avec de nombreuses interrogations quant à notre avenir.

Une éclaircie financière, mais un modèle toujours à pérenniser

Pour autant, nous continuons notre bonhomme de chemin. « On lâche rien », en attendant avec impatience des jours meilleurs et le retour sur le devant de la scène de notre objet d’étude. Pour nous aider à passer ce cap difficile, nous avons eu la chance de bénéficier fin 2020 d’une bourse du ministère de la Culture destinée aux médias émergents. Celle-ci nous permet de rémunérer une part plus importante de notre travail. Là où nous ne payions que 20 à 25 % du travail réellement effectué pour vous informer en 2020, nous devrions atteindre les 50 % cette année. Un mieux non négligeable, mais qui n’est pas encore satisfaisant après quatre ans d’existence. Et surtout, qui ne garantit toujours pas la viabilité financière de Rapports de force.

« Allô les mouvements sociaux, c’est pour un abonnement solidaire »

Du coup, même si nous n’avons pas les moyens de cracher sur des aides ponctuelles à la presse, les financements propres demeurent les seuls garants de notre indépendance comme de notre pérennité. C’est pourquoi notre modèle reste l’abonnement mensuel solidaire pour rester en accès libre et sans publicité. Donc, plus que jamais, nous proposons cette forme de participation à nos lectrices et lecteurs. De même, nous incitons syndicats, associations et collectifs de lutte à souscrire un abonnement mensuel ou un don annuel pour que vive et grandisse Rapports de force.

Il nous faudrait 400 abonnés sur toute la France pour assurer l’existant. Avec quelques centaines de plus, nous pourrions nous développer pour vous proposer une formule plus dense et couvrant mieux l’info pour les mouvements sociaux. C’est à la foi peu – quelques abonnés par départements – et en même temps beaucoup, puisque nous n’avons pas encore atteint les 100 abonnés. Donc plus que jamais, nous avons besoin de vous. Pour s’abonner, c’est ICI. Par ailleurs, les difficultés avec Facebook nous ont conduits à proposer quelques alternatives ICI, qu’il semble de plus en plus nécessaire de s’approprier sous peine de laisser les GAFAM décider à notre place.

Rapports de force

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
L’action des policiers a causé la mort de Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu