Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

203 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mars 2019

Pablo Servigne : « l’effondrement est une question pour les générations présentes »

Depuis plusieurs semaines, des lycéens et étudiants désertent les cours pour manifester en faveur de mesures fortes pour le climat. Ils expriment « l’inutilité » d’étudier si leur génération est promise à la fin du monde. Le 15 mars, leur grève sera mondiale. Nous avons interrogé un des auteurs de « Comment tout peut s’effondrer » sur les risques d’effondrement auxquels l’humanité est confrontée.

Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils ne sont pas encore très nombreux en France ces lycéens qui nous interpellent sur l’absurdité à laquelle ils sont confrontés : étudier pour préparer leur avenir dans un monde qui n’en a peut-être pas. La fin du monde, ou du moins du monde tel que nous le connaissons, c’est le sujet des théoriciens de l’effondrement. Pour les collapsologues dont Pablo Servigne fait partie, l’effondrement se définit comme le moment où les besoins de base ne sont plus fournis à un coût raisonnable à une majorité de la population.

Fini donc, l’eau, la nourriture, l’énergie, les vêtements ou le logement en quantité suffisante pour satisfaire les besoins humains, même si déjà aujourd’hui leur répartition est loin d’être égale pour tous. En résumé, l’effondrement est une rupture qui conduit nos sociétés vers la fin de la civilisation industrielle basée sur l’énergie. Son origine pourrait être la crise climatique, mais pas seulement. « Il y a d’autres problèmes que le climat » assure Pablo Servigne pour qui plusieurs phénomènes s’entremêlent et risquent de converger, citant en vrac « la biodiversité, l’énergie, la finance, l’économie, l’approvisionnement en minerais ou en terres rares, les inégalités et les crises sociales, politiques ou géopolitiques ».

L’effondrement c’est maintenant

Quand, et qu’est-ce qui va s’effondrer ? C’est la grande question qui suscite le débat chez les collapsologues. Déjà dans les années 70, des chercheurs du MIT tiraient la sonnette d’alarme sur les risques liés à la croissance économique et démographique dans le rapport Meadows. Leurs simulations les conduisaient à pronostiquer l’effondrement pour 2030. Pourtant depuis, nos sociétés n’ont jamais cessé d’accélérer, passant d’un néolibéralisme arrogant à un développement durable hypocrite. Quarante ans plus tard, certains sont encore plus pessimistes sur le calendrier du crash. En tout cas, pour Pablo Servigne « c’est une question pour les générations présentes ».

« Il y a déjà des effondrements aujourd’hui : les populations d’oiseaux, d’insectes, les écosystèmes, les forêts. Et puis, il y a des régions du monde, des peuples, des classes sociales, des villes, des pays qui s’effondrent », constate-t-il en prenant l’exemple de la Syrie où s’additionnent une dure crise climatique, des questions énergétiques et la politique de Bachar-el-Assad. « Nous avons créé des systèmes ultras complexes qui sont soumis à des seuils de bascule, à des effets de contagion, et à des ruptures brutales. Pour le moment, cela tient, c’est encore résilient, mais il y a des signaux faibles », explique l’ingénieur agronome de formation qui observe déjà « quelques points de non-retour, d’autres crispations, et de possibles ruptures systémiques globales ».

La suite sur Rapports de force

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier