Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

203 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 févr. 2022

La lanceuse d’alerte Hella Kherief de nouveau menacée de licenciement

Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://rapportsdeforce.fr/breves/la-lanceuse-dalerte-hella-kherief-de-nouveau-menacee-de-licenciement-021712799

C’est un coup dur pour la lanceuse d’alerte Hella Kherief. Alors qu’elle avait dû changer de département, passant des Bouches-du-Rhône au Gard, pour retrouver un travail d’aide-soignante, elle s’est vue signifier ce matin par la direction de la clinique Bonnefon qu’une procédure de licenciement était engagée à son encontre. Mais c’est aussi un coup dur pour les paramédicaux de cette clinique en grève depuis trois semaines, justement pour dénoncer le caractère répressif de leur direction, depuis sa reprise par le groupe Elsan. Au mois de janvier, un infirmier a été licencié après le dépôt d’un préavis de grève en décembre. Trois autres de ses collègues ont reçu des sanctions : une mise à pied et deux avertissements.

Ce jeudi matin, alors qu’elle était sur le piquet de grève devant la clinique, Hella Kherief est interpellée par la responsable des ressources humaines et un attaché de direction qui lui demande une entrevue. Mais une fois seule dans le bureau du directeur elle découvre qu’il ne s’agit pas d’une rencontre à propos de la résolution du conflit social en cours, mais d’une réunion pour lui signifier oralement la décision de la direction de la licencier. Le 1er février, Hella Kherief, représentante syndicale CGT à Bonnefon avait été convoqué à un entretien disciplinaire. La direction lui reprochait sa présence dans un service à la place d’un autre, d’être sortie de la clinique pendant un temps de pause et d’avoir « forcer » ses collègues à signer une pétition. Des griefs qu’elle conteste catégoriquement. La clinique avait un mois pour lui signifier par écrit sa décision. Elle l’a fait oralement ce matin, avant de lui confirmer par mail dans la matinée et d’en informer le représentant syndical FO, dans la mesure où la procédure touche une représentante du personnel.

« Je suis épuisée par ces méthodes scélérates. Et surtout que personne ne les oblige à respecter la loi alors qu’on est en pleine période de dénonciation du scandale Orpea », ne décolère pas Hella Kherief. Pour elle, sa direction cherche à faire peur aux grévistes en s’attaquant à une de ses représentantes en pleine période de négociation. De nouvelles discussions doivent se tenir demain. Maintenant, le sort de la lanceuse d’alerte est entre les mains de l’inspection de travail qui devra se prononcer sur la régularité et la légitimité du licenciement. Sur ces deux points, les syndicalistes de la clinique Bonnefon ont de nombreux arguments. D’ici que l’inspection du travail se prononce, Hella et ses collègues manifesteront samedi 19 février dans les rues d’Alès. Elles partiront de la clinique Bonnefon et se rendront devant la sous-préfecture. En plus de leurs revendications d’origine, s’ajoutera le refus d’un nouveau licenciement pour Hella Kherief. La lanceuse d’alerte avait été licenciée une première fois en 2016 d’un Ehpad Korian, puis avait vu son CDI rompu en pendant la période d’essai au lendemain de la diffusion d’un Envoyé spécial dans lequel elle avait témoigné à visage découvert.

Rapports de force

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart