Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

198 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2021

La novlangue managériale a maintenant son dictionnaire

[Interview] Stéphane Sirot publie le 1er décembre prochain un « petit dictionnaire de la novlangue XXIe siècle des relations sociales » pour montrer comment les mots des possédants ont colonisé l’espace des relations sociales, au point d’être repris par celles et ceux qui contestent pourtant l’exploitation du travail.

Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelles étaient vos intentions avec ce dictionnaire ?

En fait, il y a deux points de départ. Le premier est que je constate depuis un certain nombre d’année, y compris dans le champ syndical, que sont utilisés des termes qui ne sont pas des termes qui proviennent du mouvement syndical lui-même. Ce sont des termes repris d’une espèce de vulgate, que je qualifierais de néolibérale, qui a réussi à remporter une bataille culturelle et est parvenue à faire adopter par ceux qui sont censés être ses opposants le vocabulaire qui est le sien. Je pense par exemple à des expressions comme « partenaires sociaux », « dialogue social », « consultation ». On a toute une série de mots que l’on retrouve assez communément dans les documents de congrès ou parfois des publications syndicales, même si c’est différent d’une centrale syndicale à une autre.

Cela me pose un problème parce que je sais que ce n’est pas du tout un vocabulaire qui vient de la tradition syndicale française. C’est un vocabulaire destiné, au fond, à neutraliser l’action syndicale, à la transporter vers une espèce de recentrage la conduisant à accompagner le système en place. C ‘est gênant, dès lors que l’on considère que le syndicalisme n’est pas un « corps intermédiaire », mais un contre-pouvoir. Ce sont d’ailleurs deux termes définis dans ce petit dictionnaire. Le « corps intermédiaire », terme repris parfois pour désigner les syndicats, désigne les organisations qui jouent plus un rôle d’interface que de contradiction ou d’opposition entre les systèmes de pouvoir et les individus. Au contraire, le terme de « contre-pouvoir » désigne plutôt des organisations en capacité de contredire les pouvoirs en place, de contredire les institutions. Voire de porter un projet autonome pour contredire ces institutions. Ce n’est pas là même chose. Et, à partir du moment où le syndicalisme se vit, non pas comme un « corps intermédiaire », mais comme un « contre-pouvoir », il doit parler avec ses propres mots. Et pas avec celui que lui proposent ou lui imposent les autres. Il y a vraiment une bataille culturelle qui fait partie de la lutte des classes.

Lire la suite

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz