Postiers du 92 : après cinq mois de grève, «nous n’avons pas le droit de lâcher»

Les 150 facteurs en grève du 92 poursuivent leur bras de fer avec leur direction. Enchaînant les coups d’éclat pendant l’été, plusieurs d’entre eux ont fait le déplacement à Grenoble fin août pour trouver du soutien à « l’université d’été solidaire et rebelle des mouvements sociaux et citoyens ». Déterminés, ils annoncent la poursuite de leur mouvement en éditant un calendrier de l’année 2019.

Pas de chien, de chat, ou de paysage de montagne enneigée, en couverture de l’almanach 2019 des facteurs grévistes des Hauts-de-Seine (92). À la place, une photo de manifestation prise au cours des cinq mois d’une lutte commencée le 26 mars. À l’intérieur de ce calendrier non conventionnel, une série de moments clefs de leur bagarre, pris sur le vif, et accompagnés de messages de personnalités telles que Ken Loach, François Ruffin, Assa Traore ou Frederic Lordon. Un message par mois de l’année. Mais pas question d’attendre Noël et le traditionnel passage du facteur pour les étrennes pour commencer la diffusion.

Youssef et Ayoub, tous deux actifs au sein de Sud-PTT 92 ont installé une table au plus près de l’entrée de l’université d’été des mouvements sociaux. Leur calendrier y côtoie un tract expliquant leur combat et une caisse pour les soutenir financièrement. « Nous sommes là pour populariser notre grève et prouver que notre syndicalisme combatif fonctionne », explique Youssef, facteur à Issy-les-Moulineaux. « Nous sommes venus pour avoir un soutien financier, mais aussi moral », précise Ayoub du bureau de Courbevoie pour qui les réactions du public de l’université « font chaud au cœur », alors qu’avec ses collègues en grève il empile les fiches de paye à zéro euro, depuis déjà quatre mois.

https://rapportsdeforce.fr/classes-en-lutte/apres-cinq-mois-de-greve-les-postiers-du-92-ont-le-regard-tourne-vers-la-rentree-voire-vers-noel-08262132

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.