Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

203 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 août 2020

La Turquie laisse mourir une quatrième gréviste de la faim depuis le printemps

Le régime d'Erdogan qui avait engagé une féroce répression après la tentative de coup d’État de 2016 continue d’emprisonner à tour de bras. Journalistes, avocats, militants de gauche ou Kurdes, artistes, elles et ils sont des dizaines de milliers à croupir dans les geôles turques. Jeudi 27 août, Ebru Timtik, une avocate condamnée à 13 ans de prison est morte à son 238 jours de grève de la faim.

Stéphane Ortega
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La politique extérieure agressive d’Ankara en Méditerranée dernièrement, mais aussi précédemment au Rojava dans le nord de la Syrie ou en Libye, a son pendant interne : une répression systématique de toute critique ou opposition. Une multitude de prisonniers politiques sont détenus dans des conditions déplorables et les grèves de la faim, souvent collectives, sont monnaie courante. L’inflexibilité du régime y est aussi la norme.

Jeudi 27 août, l’avocate Ebru Timtik est décédée. Condamnée à une peine de plus de 13 ans de détention pour « appartenance à une organisation terroriste » — l’Association des avocats progressistes liée selon les autorités au DHKP-C, une organisation marxiste-léniniste — elle avait entamé une grève de la faim au premier jour de l’année 2020. Avec son confrère Aytac Ünsal du cabinet People’s Law Office, elle réclamait un procès équitable. Elle avait notamment travaillé sur la mort d’un jeune manifestant âgé de 15 ans pendant les grandes manifestations du printemps 2013 qui avait rassemblé des centaines de milliers de personnes en Turquie.

Deux demandes de libération de l’avocate avaient été refusées en juillet et août, respectivement par un tribunal d’Istanbul et par la Cour constitutionnelle, malgré un rapport médical signalant l’incompatibilité de la poursuite de sa détention avec son état de santé. Elle avait ensuite été transférée dans un hôpital où elle est décédée hier. À sa mort, Ebru Timtik ne pesait plus que 30 kilos. L’annonce de son décès a provoqué des manifestations à Istanbul et des prisonniers politiques auraient mis le feu à leur cellule au centre pénitentiaire de Silivri, selon Bahar Kimyongür, journaliste et défenseur des droits de l’homme auprès de l’ONU.

La suite

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin