Camille Halut : « les intimidations sont passées de policières à judiciaires »

L’observatrice de la Ligue des droits de l’homme, mainte fois interpellée au cours des six derniers mois et poursuivie pour entrave à la circulation, comparait devant le tribunal correctionnel de Montpellier mardi 1er octobre.

Bousculée, insultée, poussée au sol, harcelée, et maintenant poursuivie devant les tribunaux. C’est le sort qui est réservé à Camille Halut, cette observatrice veillant au droit de manifester pour le compte de la Ligue des droits de l’homme (LDH). À l’accusation farfelue « d’entrave à la circulation », datant du mois d’avril, se sont ajoutées des accusations supplémentaires après une nouvelle interpellation le samedi 21 septembre, pendant une manifestation de gilets jaunes à Montpellier. À dix jours de son procès, les charges se sont opportunément épaissies.

Une cinquantaine d’organisations ont apporté leur soutien à Camille Halut. Elles se rassembleront mardi devant le tribunal à 8 h 30. La veille et l’avant-veille, la Ligue des droits de l’homme organise des rencontres nationales de ses observateurs à Montpellier. Objectif : échanger leurs pratiques, améliorer la protection de leurs équipes et rendre plus efficace leurs actions.

Écoutez son interview

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.