Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur

A une semaine de la journée de grève du 5 décembre, la mobilisation s’annonce massive et ne se cantonnera pas aux seuls régimes spéciaux. Un nombre exceptionnel de préavis de grève ont été déposés, notamment dans les entreprises privées. D’ores et déjà, la reconduction du mouvement, au moins pour quelques jours, semble acquise dans plusieurs branches. Le point pour vous, secteur par secteur.

Dès le 20 septembre, les syndicats de la RATP ont lancé un appel à une grève reconductible à partir du 5 décembre. Par la suite, plusieurs fédérations syndicales leur ont emboîté le pas avant qu’un appel interprofessionnel national pour cette date soit émis mi-octobre par la CGT, FO, SUD, la FSU et plusieurs organisations de jeunesse.

Cet appel unitaire a donné un nouvel essor dans les branches professionnelles pour mobiliser à partir du 5 décembre. Depuis, la CFE-CGC a appelé à participer aux manifestations, et la CFDT-Cheminots a déposé un préavis de grève reconductible, même si cette dernière n’exclut pas de le lever si le gouvernement fait des propositions. Côté gouvernemental, Édouard Philippe a annoncé que le projet de loi serait connu précisément en janvier et que les classes d’âges concernées par la réforme seraient reculées. Au risque de ne rien déminer, de fixer une ligne d’horizon proche rendant la mobilisation du mois de décembre évidente, et d’enregistrer une lourde défaite aux municipales de mars 2020.

 

RAPT

Dès le 20 septembre, les syndicats de la Régie autonome des transports parisiens UNSA, SUD, CFE-CGC, FO, Solidaires RATP appellent à une grève illimitée à partir du 5 décembre. Ils ont été rejoints fin octobre par la CGT, deuxième organisation syndicale dans l’entreprise. Pour le 5 décembre, de source syndicale, les chiffres de grève devraient être comparables au 13 septembre où près de 90 % des agents avaient cessé le travail. Des assemblées générales par ateliers et dépôts voteront le 5 ou le 6 décembre au matin la reconduction ou non de la grève. Avec le week-end des 7 et 8 décembre, la force réelle du mouvement se mesurera dans le courant de la journée du lundi 9 décembre. Cependant, l’ambiance serait à un niveau de combativité rarement observé, bien supérieur à la normale.

Chimie

La fédération des industries chimiques CGT appelle à la grève le 5 et à reconduire le mouvement en assemblée générale. FO et SUD ont la même position. Cela concerne évidemment les raffineries, mais aussi de très nombreuses entreprises. De source syndicale, aucun produit pétrolier ne devrait sortir des raffineries sur tout le territoire le 5 décembre et des assemblées générales sont prévues dans les raffineries en fin de journée pour décider des suites de la grève. Les organisations syndicales se mettent en ordre de bataille pour obtenir un mouvement aussi puissant que lors de la réforme des retraites en 2010.

La suite

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.