La lutte finale

Vadim Kobzev, l’avocat de Navalny, qui a pu le voir quelques minutes aujourd’hui 20 avril révèle qu’Alexey Navalny a été transféré dans l’hôpital pour prisonniers tuberculeux d’une autre colonie pénitentiaire à régime sévère de la région de Vladimir. Il se trouve à l’isolement dans une cellule, et transmet ce message sur Instagram :

Instagram Navalny 20 avril

"S’ils me voyaient maintenant, ils riraient : un squelette qui marche en titubant dans sa cellule, avec dans ses mains un papier du tribunal, enroulé pour en faire un tube. Avec ce papier judiciaire, le squelette tape désespérément sur les moustiques posés sur les murs et le plafond. Ces saletés piquantes et bourdonnantes tuent leur homme plus vite qu’une grève de la faim.

Mon apparence pourrait vraiment épouvanter les enfants qui refusent de manger:

  • Macha, ma chérie, si tu ne manges pas ta bouillie, tu seras comme le monsieur avec les énormes oreilles, le crâne avec la peau tendue dessus et les yeux creux.
  • Non, maman, non ! Je vais tout manger, et j’en redemanderai !

Il y a quand même de bons moments dans la vie, où on est heureux et on rit.

Alors que ce week-end – je ne vais pas raconter d’histoire – ça n’était pas terrible. On m’a hospitalisé dans un hôpital pour prisonniers dans un autre camp. Il y a eu une fouille de plusieurs heures, ensuite le transfert, où on est secoué dans une espèce de boîte en fer. Puis à nouveau une fouille : "enlevez vos vêtements, asseyez-vous, montrez vos pieds, ouvrez votre bouche."

On se retrouve dans une cellule sans comprendre vraiment où on est, mais en train de faire la chose la plus importante qui soit pour un prisonnier : chasser de son esprit l’idée qu’on est tout seul. Vous vous rappelez bien le principal : il est très important pour les méchants et les scélérats, que vous vous sentiez seuls.

Et puis voilà qu’hier soir, un avocat a fait irruption chez moi pendant juste cinq minutes et m’a décrit l'étendue de votre soutien, tant en Russie qu’ailleurs dans le monde entier. Ce moment comptait énormément pour moi.

J’ai éclaté de rire quand j’ai vu des médecins cités qui disaient qu’avec des niveaux de potassium comme les miens, je devrais être soit en réanimation soit dans un cercueil. Eh bien non, je sais me défendre ! Après le Novitchok, le potassium ne fait pas peur.

Je vous remercie énormément. En Russie, et dans le monde, dans les prisons, mais aussi dehors, il y a beaucoup de gens comme moi, qui n’ont rien d’autre qu’un verre d’eau, et puis l’espoir et la foi dans leurs convictions. C’est extrêmement important pour eux de sentir votre soutien et votre solidarité ; ça ne semble ni bien énorme ni bien difficile, mais il n’y a pas de meilleure arme contre l’injustice et l’iniquité.

C’est la seule façon de vivre et de survivre. Malgré un niveau élevé de potassium

Le 21 avril à 19 h, la solidarité avec Alexey Navalny et tous les prisonniers politiques russes s’exprimera sur toutes les places de Russie, alors que le pouvoir a soudain interdit à la circulation le centre de ces mêmes villes en raison souvent de « répétitions des défilés militaires en commémoration de la victoire du 9 mai 1945 ».

Le Fonds de lutte anti-corruption qui appelle à manifester tous ceux qui « s’opposent à la corruption, la répression et les assassinats politiques », va se voir jugé par le tribunal de Moscou organisation « extrémiste » lors d’une audience fermée où les « preuves » de cet extrémisme ne pourront pas être consultées par la défense car elles sont jugées « secret d’état ».

Comme le rapporte le journal Novaya Gazeta : « Après la décision du tribunal, le simple fait de travailler dans le Fonds de lutte anti-corruption ou dans l’une des permanences régionales servira de prétexte à infliger des peines de deux à six ans de prison, a fait remarquer l’équipe de Navalny. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.