STOPEDFMEXIQUE
Collectif visant à dénoncer le colonialisme énergétique (particulèrement dans l'Isthme de Tehuantepec, Mexique) et apporter une critique du modèle de la "transition énergétique"
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2022

EDF au Mexique, ou le cynisme d'un système à son paroxysme...

En pleine pandémie mondiale, EDF enclenche la dernière phase de "consultation" du projet "Gunaa Sicarú" auprès du peuple zapotèque d'Unión Hidalgo, dans l'Isthme de Tehuantepec. L'entreprise tente dans un dernier coup d’éclat de bafouer à nouveau et pour de bon le droit à l’autodétermination des peuples indigènes en imposant son 4e parc éolien dans la région.

STOPEDFMEXIQUE
Collectif visant à dénoncer le colonialisme énergétique (particulèrement dans l'Isthme de Tehuantepec, Mexique) et apporter une critique du modèle de la "transition énergétique"
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué du collectif Stop EDF Mexique

21 janvier 2022

En pleine pandémie mondiale, EDF relance la « consultation » du projet Gunaa Sicarú (qui signifie "jolie femme" en langue zapotèque) au sein de la communauté d’Union Hidalgo, située dans l’isthme de Tehuantepec, au Mexique. Il s'agit du quatrième projet de parc éolien industriel de l'entreprise dans la région, qui occuperait plus de 4500 hectares de terres. Les terres en question sont pourtant reconnues comme communales[1], et un jugement du tribunal collégial de Oaxaca a ordonné en septembre dernier la suspension de tout projet sur les terres communales de la région, y compris la convocation, l’organisation et la réalisation de consultation indigène, tant que les autorités agraires n'y sont pas rétablies.[2]

Au mépris de ce jugement et en connivence avec l'entreprise multinationale, le maire d'Union Hidalgo, vient d'annoncer la reprise de la consultation en convoquant une assemblée pour en terminer avec l’étape délibérative du projet le samedi 22 janvier à 10 heures (17h, heure en France) et donc pouvoir commencer les travaux. [3]

Nous dénonçons ce passage en force.

Pour être valide, le vote doit réunir la moitié de la population électrice plus une personne. Si le processus légal était respecté, cela signifierait qu’en pleine pandémie, et alors même que les cas de COVID-19 ont bondi de plus de 200% dernièrement dans la région[4], une entreprise étrangère demande à environ 4500 personnes (la commune compte environ 15000 habitant.e.s, dont environ 9000 électeurs) de se regrouper pour se prononcer sur un projet qu’elle vient imposer sur des terres à usage collectif !

Or, ici comme là-bas, au-delà de l'illégalité de cette consultation –compte tenu des dernières décisions de justice locale–, nous savons que ces consultations ne sont en réalité que de gigantesques mascarades, visant à légitimer la présence de l'entreprise et créer l'illusion d'une acceptabilité sociale de son projet, en détournant des processus légaux à son avantage. [5]

C'est ce dont plusieurs membres du collectif ont pu être témoin, après avoir assisté à la deuxième étape de la consultation du projet en mars 2020. L’entreprise avait, comme aujourd'hui, placardé la des affiches dans la commune, appelant à une assemblée pour valider la suite du processus de consultation qui se déroule en trois étapes. Des habitant.es nous avaient alors prévenu que tout cela n’était « que du cinéma, que l’assemblée n’aurait pas lieu, car il faut réunir plus de 4000 personnes, et que pour plusieurs raisons c’est impossible et qu’EDF le sait très bien ». Le jour J, comme prévu, malgré la venue du représentant d'EDF dans la région, du syndicat d’énergie du Mexique, des représentants de différentes organisations des droits humains, le maire (tous des hommes assis à la même table), l’assemblée est déclarée nulle : on y compte une centaine de personnes tout au plus. Arrive alors le tour de passe-passe… EDF reconvoque une assemblée, extra-ordinaire, 15 jours plus tard :  cette fois-ci, il n’est plus nécessaire que la moitié des électeurs et électrices plus une personne vote pour que celui-ci soit valide. On enregistre les personnes qui viennent et la majorité l’emporte ! Pratique.

 « Vous allez voir, au moment du vote, tout le monde va lever la main, l’entreprise les a achetés » 

Quinze jours plus tard, plus de 400 personnes sont présentes, et nous notons un véritable changement d'atmosphère. La fois précédente, nous étions sous une grande bâche fouettée par le vent. Cette fois-ci, c’est un véritable barnum en dur, de plusieurs centaines de mètres carrés, des grillages et la police tout autour. « Vous nous croyez maintenant, ils savaient que ça allait se passer comme ça ». EDF fournit des plateaux repas et distribue sans cesse des bouteilles d’eau….Nestlé ! Pendant plusieurs heures dignes d’une pièce de théâtre, les intervenants « expliquent » les bienfaits du projet. Seul.es quelques habitant.es opposé.es ont le courage de prendre la parole malgré les menaces qu’elles subissent. Vient le moment du vote, et là, à la demande du maire, la quasi-totalité des mains se lèvent en même temps. Vision d’horreur. Vision de ces entreprises qui usent des lois qu'elles détournent pour assurer le bon déroulé de la mise en exploitation de la nature.

Nous savons qu’il n’y a pas de véritable consultation des peuples. Nous savons que ces dernières ne sont que parties intégrantes des mégaprojets industriels. Nous savons qu'il est illusoire d'appeler au respect du droit international dans ce contexte. Lorsqu'on se concentre sur le droit à la « consultation » ou le recours en justice basé sur la loi sur le devoir de vigilance des multinationales françaises, il manque au tableau le fond du problème: la question du colonialisme énergétique global auquel prend part EDF, et celle de la privatisation que l'entreprise contribue à accélérer en prétendant installer son projet sur des terres communales. 

Alors que l'entreprise et les politiques qui lui sont favorables brandissent l'argument du développement et de l’écologie, de la transition énergétique et autres bonnes intentions, les peuples demandent : énergie pour quoi et pour qui ? Car quelle est la réalité de terrain ? Une multinationale leader sur le marché mondial de l’énergie, qui fait son commerce autant avec du nucléaire qu’avec ce qu’elle appelle du « renouvelable », qui souhaite s'accaparer de nouveaux territoires pour accroître ses profits. L’électricité que produit EDF avec ses trois parcs éoliens déjà existants dans l’isthme ne bénéficie pas aux populations et est notamment distribuée à d’autres multinationales comme le géant des chaînes industrielles de supermarché Walmart[6]. Une multinationale qui vient piller les ressources de communautés et démanteler ses formes de vie et d'organisation politiques traditionnelles -assembléistes[7], non capitalistes, et qui ont depuis tout temps su prendre soin de leur environnement-, en osant expliquer à ces dernières que c’est pour leur bien, pour « sauver la planète » et qu’il faut participer « à l’effort collectif » contre le changement climatique, alors même que ces communautés sont celles qui y ont le moins contribué. Le cynisme d'un système à son paroxysme.

Nous dénonçons les procédés de l'entreprise EDF au Mexique et demandons l'abandon total du projet Gunaa Sicarú.

Nous appelons les différentes personnes, collectifs, associations, journalistes, étudiant.es, syndicats que nous avons rencontrés en septembre dernier lors de la tournée en France « des luttes dignes contre le colonialisme énergétique » accompagnée de trois camarades de la région, à faire preuve de solidarité en diffusant ce communiqué, en dénonçant les agissements d'EDF, et en envoyant des messages de soutien aux habitant.es de l’isthme de Tehuantepec sous la forme qui leur conviendra. Vous pouvez nous écrire, et nous leur transmettrons !

Mise à jour datant du 30 janvier 2022

Comme il était prévu et redouté, l’entreprise EDF a en effet convoqué une seconde assemblée exceptionnelle le samedi 29 janvier 2022, puisque la première convocation du samedi 22 janvier n’a rassemblé qu’une centaine de personnes.

Lors de cette deuxième assemblée, comme par magie et en parfaite symétrie avec le scénario de la deuxième phase de consultation décrite plus haut, des centaines de personnes ont été rassemblées et le projet a été « voté ».

 Depuis le collectif Stop EDF Mexique et en solidarité totale avec l’assemblées des comuner@s d’Unión Hidalgo et autres opposant.e.s aux projets, nous rejetons la conclusion de cette fausse consultation.

Nous référons à un article écrit par la camarade Josefa Sánchez Contreras qui souligne les dizaines de dénonciation quant au projet et à sa fausse consultation (la traduction de l'article sera publié en commentaire de ce billet).

Nous savons qu’il n’y a pas de véritable consultation des peuples et que ces dernières ne sont que parties ingrates des mégaprojets industriels. Et nous disons plus que jamais : Fuera EDF ! No a la falsa consulta !

[1] Les terres communales sont des terres à usage collectif, qui ne peuvent normalement pas être privatisées. Pour preuve, se référer au décret officiel de 1964 accessible via ce lien.

[2] Pour plus d’informations sur le jugement rendu par le Tribunal collégial de Oaxaca de troisième circuit de la communauté agraire de Juchitan de Zaragoza, Santa Maria Xadani, Union Hidalgo, Chicapa de Castro, Espinal et La Ventosa, le lundi 6 septembre 2021, voir ici et ici.

[3] Voir les articles suivants : « Les autorités d’Union Hidalgo, Oaxaca, réactivent la consultation indigènes pour la construction d’un parc éolien » accessible ici et « Le maire d'Unión Hidalgo viole la loi en s'empressant de procéder à la consultation indigène » accessible ici.

[4] Voir https://www.oaxaca.gob.mx/salud/covid-19/

[5] Voir également l’article « Les Zapotèques considèrent la reprise de la consultation de l’entrepreneur éolien EDF comme un ‘acte coercitif’ » accessible ici.

[6] Voir sur le site officiel d’EDF accessible ici.

[7] La communauté zapotèque d’Union Hidalgo possède notamment sa propre structure de gouvernance et formes d’auto-consultation via l’assemblée agraire des comuneros et comuneras d’Union Hidalgo.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra
Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana
Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT