STOPEDFMEXIQUE
Collectif visant à dénoncer le colonialisme énergétique (particulèrement dans l'Isthme de Tehuantepec, Mexique) et apporter une critique du modèle de la "transition énergétique"
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2022

EDF au Mexique, ou le cynisme d'un système à son paroxysme...

En pleine pandémie mondiale, EDF enclenche la dernière phase de "consultation" du projet "Gunaa Sicarú" auprès du peuple zapotèque d'Unión Hidalgo, dans l'Isthme de Tehuantepec. L'entreprise tente dans un dernier coup d’éclat de bafouer à nouveau et pour de bon le droit à l’autodétermination des peuples indigènes en imposant son 4e parc éolien dans la région.

STOPEDFMEXIQUE
Collectif visant à dénoncer le colonialisme énergétique (particulèrement dans l'Isthme de Tehuantepec, Mexique) et apporter une critique du modèle de la "transition énergétique"
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué du collectif Stop EDF Mexique

21 janvier 2022

En pleine pandémie mondiale, EDF relance la « consultation » du projet Gunaa Sicarú (qui signifie "jolie femme" en langue zapotèque) au sein de la communauté d’Union Hidalgo, située dans l’isthme de Tehuantepec, au Mexique. Il s'agit du quatrième projet de parc éolien industriel de l'entreprise dans la région, qui occuperait plus de 4500 hectares de terres. Les terres en question sont pourtant reconnues comme communales[1], et un jugement du tribunal collégial de Oaxaca a ordonné en septembre dernier la suspension de tout projet sur les terres communales de la région, y compris la convocation, l’organisation et la réalisation de consultation indigène, tant que les autorités agraires n'y sont pas rétablies.[2]

Au mépris de ce jugement et en connivence avec l'entreprise multinationale, le maire d'Union Hidalgo, vient d'annoncer la reprise de la consultation en convoquant une assemblée pour en terminer avec l’étape délibérative du projet le samedi 22 janvier à 10 heures (17h, heure en France) et donc pouvoir commencer les travaux. [3]

Nous dénonçons ce passage en force.

Pour être valide, le vote doit réunir la moitié de la population électrice plus une personne. Si le processus légal était respecté, cela signifierait qu’en pleine pandémie, et alors même que les cas de COVID-19 ont bondi de plus de 200% dernièrement dans la région[4], une entreprise étrangère demande à environ 4500 personnes (la commune compte environ 15000 habitant.e.s, dont environ 9000 électeurs) de se regrouper pour se prononcer sur un projet qu’elle vient imposer sur des terres à usage collectif !

Or, ici comme là-bas, au-delà de l'illégalité de cette consultation –compte tenu des dernières décisions de justice locale–, nous savons que ces consultations ne sont en réalité que de gigantesques mascarades, visant à légitimer la présence de l'entreprise et créer l'illusion d'une acceptabilité sociale de son projet, en détournant des processus légaux à son avantage. [5]

C'est ce dont plusieurs membres du collectif ont pu être témoin, après avoir assisté à la deuxième étape de la consultation du projet en mars 2020. L’entreprise avait, comme aujourd'hui, placardé la des affiches dans la commune, appelant à une assemblée pour valider la suite du processus de consultation qui se déroule en trois étapes. Des habitant.es nous avaient alors prévenu que tout cela n’était « que du cinéma, que l’assemblée n’aurait pas lieu, car il faut réunir plus de 4000 personnes, et que pour plusieurs raisons c’est impossible et qu’EDF le sait très bien ». Le jour J, comme prévu, malgré la venue du représentant d'EDF dans la région, du syndicat d’énergie du Mexique, des représentants de différentes organisations des droits humains, le maire (tous des hommes assis à la même table), l’assemblée est déclarée nulle : on y compte une centaine de personnes tout au plus. Arrive alors le tour de passe-passe… EDF reconvoque une assemblée, extra-ordinaire, 15 jours plus tard :  cette fois-ci, il n’est plus nécessaire que la moitié des électeurs et électrices plus une personne vote pour que celui-ci soit valide. On enregistre les personnes qui viennent et la majorité l’emporte ! Pratique.

 « Vous allez voir, au moment du vote, tout le monde va lever la main, l’entreprise les a achetés » 

Quinze jours plus tard, plus de 400 personnes sont présentes, et nous notons un véritable changement d'atmosphère. La fois précédente, nous étions sous une grande bâche fouettée par le vent. Cette fois-ci, c’est un véritable barnum en dur, de plusieurs centaines de mètres carrés, des grillages et la police tout autour. « Vous nous croyez maintenant, ils savaient que ça allait se passer comme ça ». EDF fournit des plateaux repas et distribue sans cesse des bouteilles d’eau….Nestlé ! Pendant plusieurs heures dignes d’une pièce de théâtre, les intervenants « expliquent » les bienfaits du projet. Seul.es quelques habitant.es opposé.es ont le courage de prendre la parole malgré les menaces qu’elles subissent. Vient le moment du vote, et là, à la demande du maire, la quasi-totalité des mains se lèvent en même temps. Vision d’horreur. Vision de ces entreprises qui usent des lois qu'elles détournent pour assurer le bon déroulé de la mise en exploitation de la nature.

Nous savons qu’il n’y a pas de véritable consultation des peuples. Nous savons que ces dernières ne sont que parties intégrantes des mégaprojets industriels. Nous savons qu'il est illusoire d'appeler au respect du droit international dans ce contexte. Lorsqu'on se concentre sur le droit à la « consultation » ou le recours en justice basé sur la loi sur le devoir de vigilance des multinationales françaises, il manque au tableau le fond du problème: la question du colonialisme énergétique global auquel prend part EDF, et celle de la privatisation que l'entreprise contribue à accélérer en prétendant installer son projet sur des terres communales. 

Alors que l'entreprise et les politiques qui lui sont favorables brandissent l'argument du développement et de l’écologie, de la transition énergétique et autres bonnes intentions, les peuples demandent : énergie pour quoi et pour qui ? Car quelle est la réalité de terrain ? Une multinationale leader sur le marché mondial de l’énergie, qui fait son commerce autant avec du nucléaire qu’avec ce qu’elle appelle du « renouvelable », qui souhaite s'accaparer de nouveaux territoires pour accroître ses profits. L’électricité que produit EDF avec ses trois parcs éoliens déjà existants dans l’isthme ne bénéficie pas aux populations et est notamment distribuée à d’autres multinationales comme le géant des chaînes industrielles de supermarché Walmart[6]. Une multinationale qui vient piller les ressources de communautés et démanteler ses formes de vie et d'organisation politiques traditionnelles -assembléistes[7], non capitalistes, et qui ont depuis tout temps su prendre soin de leur environnement-, en osant expliquer à ces dernières que c’est pour leur bien, pour « sauver la planète » et qu’il faut participer « à l’effort collectif » contre le changement climatique, alors même que ces communautés sont celles qui y ont le moins contribué. Le cynisme d'un système à son paroxysme.

Nous dénonçons les procédés de l'entreprise EDF au Mexique et demandons l'abandon total du projet Gunaa Sicarú.

Nous appelons les différentes personnes, collectifs, associations, journalistes, étudiant.es, syndicats que nous avons rencontrés en septembre dernier lors de la tournée en France « des luttes dignes contre le colonialisme énergétique » accompagnée de trois camarades de la région, à faire preuve de solidarité en diffusant ce communiqué, en dénonçant les agissements d'EDF, et en envoyant des messages de soutien aux habitant.es de l’isthme de Tehuantepec sous la forme qui leur conviendra. Vous pouvez nous écrire, et nous leur transmettrons !

Mise à jour datant du 30 janvier 2022

Comme il était prévu et redouté, l’entreprise EDF a en effet convoqué une seconde assemblée exceptionnelle le samedi 29 janvier 2022, puisque la première convocation du samedi 22 janvier n’a rassemblé qu’une centaine de personnes.

Lors de cette deuxième assemblée, comme par magie et en parfaite symétrie avec le scénario de la deuxième phase de consultation décrite plus haut, des centaines de personnes ont été rassemblées et le projet a été « voté ».

 Depuis le collectif Stop EDF Mexique et en solidarité totale avec l’assemblées des comuner@s d’Unión Hidalgo et autres opposant.e.s aux projets, nous rejetons la conclusion de cette fausse consultation.

Nous référons à un article écrit par la camarade Josefa Sánchez Contreras qui souligne les dizaines de dénonciation quant au projet et à sa fausse consultation (la traduction de l'article sera publié en commentaire de ce billet).

Nous savons qu’il n’y a pas de véritable consultation des peuples et que ces dernières ne sont que parties ingrates des mégaprojets industriels. Et nous disons plus que jamais : Fuera EDF ! No a la falsa consulta !

[1] Les terres communales sont des terres à usage collectif, qui ne peuvent normalement pas être privatisées. Pour preuve, se référer au décret officiel de 1964 accessible via ce lien.

[2] Pour plus d’informations sur le jugement rendu par le Tribunal collégial de Oaxaca de troisième circuit de la communauté agraire de Juchitan de Zaragoza, Santa Maria Xadani, Union Hidalgo, Chicapa de Castro, Espinal et La Ventosa, le lundi 6 septembre 2021, voir ici et ici.

[3] Voir les articles suivants : « Les autorités d’Union Hidalgo, Oaxaca, réactivent la consultation indigènes pour la construction d’un parc éolien » accessible ici et « Le maire d'Unión Hidalgo viole la loi en s'empressant de procéder à la consultation indigène » accessible ici.

[4] Voir https://www.oaxaca.gob.mx/salud/covid-19/

[5] Voir également l’article « Les Zapotèques considèrent la reprise de la consultation de l’entrepreneur éolien EDF comme un ‘acte coercitif’ » accessible ici.

[6] Voir sur le site officiel d’EDF accessible ici.

[7] La communauté zapotèque d’Union Hidalgo possède notamment sa propre structure de gouvernance et formes d’auto-consultation via l’assemblée agraire des comuneros et comuneras d’Union Hidalgo.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida