Street Press
Journalisme
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2022

Street Press
Journalisme
Abonné·e de Mediapart

Sept procédures judiciaires contre le média d’enquête StreetPress

Parce que StreetPress fait de l’investigation, notre média est régulièrement attaqué en justice. Et même si nous gagnons nos procès, cela nous coûte (très) cher.

Street Press
Journalisme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La nouvelle est tombée à quelques jours du procès. L’ex-député, toujours maire d’Alfortville (94) Luc Carvounas, retire ses deux plaintes contre StreetPress. En octobre 2020, Christophe-Cécil Garnier publiait dans nos colonnes une enquête révélant que l’élu socialiste avait proposé au directeur d’un club de foot de la ville l'effacement d’une dette de plusieurs dizaines de milliers d’euros en échange de son soutien politique. Le papier est béton : Streetpress a en sa possession un enregistrement de cette conversation. Ça ne va pas empêcher le maire d’Alfortville d’ouvrir plusieurs fronts judiciaires. Au total, c’est plus de 1,6 kg de procédures que Jo Weisz, le fondateur de StreetPress était allé récupérer (à vélo) chez l’huissier. Carvounas attaque en diffamation, ce qui est classique, mais aussi pour « recel de collecte de données ». Une procédure qui vise à attirer StreetPress hors du champ du droit de la presse.

Janvier 2022, Christophe-Cécil Garnier se retrouve au tribunal, pour le premier round. Notre média, défendu par maître Valentine Rebérioux, va gagner. L’élu fait appel. Il faut préparer la suite. Mais après cette première défaite, arrive par plusieurs intermédiaires, l’info qu’il pourrait retirer sa plainte. Nous en serions ravis. Il voudrait, semble-t-il, un geste de notre part pour sortir la tête haute. C’est exclu. Il va tout de même retirer ses procédures. L’affaire aura coûté des sous et beaucoup de temps à StreetPress. Pour lui, c’est gratuit. Comme il est maire, ses frais de justice sont pris en charge par la protection fonctionnelle, donc nos impôts. Malgré des tarifs conciliants de notre excellente avocate Valentine Rebérioux, la multiplication des procédures à notre encontre nous coûte très cher. En 2021, StreetPress a consacré près de 14.500 euros à ses frais juridiques. Et ça n’est pas près de s’arrêter. Après le désistement de M. Luc Carvounas, StreetPress a encore sept procédures en cours (1). En vrac : un rappeur mis en cause pour viol, un néo-nazi violent, une association humanitaire d’extrême droite, un professeur accusé de harcèlement sexuel, un criminel de guerre, le patron d’une marque de vêtements à la mode, un ami des négationnistes.

David contre Goliath

Bien souvent, nous sommes confrontés à bien plus puissant que nous. Il y a une logique à ça. La presse est un contre-pouvoir, et l’investigation l’un de ses outils. Enquêter, c’est très souvent tenter d’ébranler une domination, qu’elle soit raciste, homophobe, sexiste ou économique. Et face à la justice, ces inégalités ne s’effacent pas. En avril 2021, Lina Rhrissi a publié une enquête sur Franck Dupuis, le boss de la marque de vêtements Venum. Il nous attaque en diffamation. Malgré ce procès, nous ne regrettons évidemment pas d’avoir publié cet article. Les 21 salariés qui témoignent mettent en cause son management. Ils décrivent un homme raciste, sexiste et mégalo, au comportement brutal. L’enquête est sérieuse et rigoureuse. Mais Venum a une arme que nous n’avons pas : l’argent. Le chiffre d’affaires de l’entreprise dépasse les 100 millions d’euros... soit, à la louche, près de 200 fois celui de StreetPress.

Le pire, c’est que même quand on gagne au tribunal, on perd des sous. Le 29 septembre, j’étais à la barre de la 17e chambre du tribunal, celle qui traite du droit de la presse, pour l’une d’elles. C’est toujours bizarre d’être sur le banc des accusés, ou plutôt sur le strapontin des accusés. Juste en face de moi, sur un autre strapontin, Raphaël Berland. Il nous reproche – à Robin D’Angelo et moi – d’avoir, dans un livre titré Le système Soral, rapporté qu’il « conseille de lire les travaux de Faurisson sur les chambres à gaz magique »

La conversation n’a pas été enregistrée. Dans la procédure, il conteste avoir tenu ces propos. Au tribunal, il va finalement reconnaître avoir prononcé cette phrase (mais bon ce n’est pas vraiment ce qu’il voulait dire, donc c’est malhonnête de notre part de l’avoir écrit). Le délibéré sera rendu, dans les prochaines semaines. Mais même si, comme on l’espère, la justice nous donne raison, l’affaire n’est pas forcément close. Berland peut encore faire appel et prolonger d’environ deux ans la mascarade. Le livre est sorti en 2015. Et là encore, une victoire, même définitive, ne signifierait pas le moindre remboursement pour les frais engagés.

Des procès bâillons

L’impact de ces procédures à répétition n’est pas seulement financier. Inès Belgacem est attaquée en diffamation par le rappeur Retro X. En octobre 2020, elle publiait les témoignages circonstanciés de huit femmes qui accusaient le rappeur Rétro X de viol ou d’attouchements sexuels. Des révélations qui secouent son label, Because Musique. Des salariés montent au créneau pour demander la rupture du contrat qui lie l’entreprise à l’artiste. Le PDG, Emmanuel de Buretel, propose de lancer une « réflexion autour des comportements sexistes dans le monde la musique » et la mise en place d’une série de tables rondes. Dans la boîte, la parole se libère et plusieurs dizaines de témoignages sont présentés à la direction. Cette dernière charge une avocate de mener une enquête interne. À l’issue de cette procédure, un directeur général adjoint du label est licencié pour faute grave, révèle Mediapart. Un autre salarié a reçu un avertissement. Même si cette enquête a été d’utilité publique, ça n’est pas sans appréhension qu’elle envisage le procès à venir. Elle sait que les paroles de ces femmes qui ont eu le courage de témoigner seront remises en question. Dans le cadre de cette procédure, StreetPress va aussi demander à des témoins s’ils acceptent de venir à la barre. « J’ai un peu l’impression d’entraîner des gens dans ma merde », soupire notre journaliste. 

Ces procédures nous mettent aussi sous pression. « Je pense souvent aux risques de procès. Ça nous oblige à être absolument rigoureux, ce qui est bien. Mais le risque, c’est aussi de se restreindre », détaille Inès Belgacem. À StreetPress, on évite à tous crins la tentation de l'autocensure que tentent d'instiller dans nos têtes, ceux qui nous attaquent ou menacent de le faire. Ils sont nombreux. La fédération française de Golf, Les Républicains de Forbach (57)  ou le youtubeur d’extrême droite le Raptor Dissident, ont par exemple affirmé leur intention d'intenter des procédures judiciaires contre nous. Peut-être n’est-ce que du bluff. Mais chaque enquête publiée peut être attaquée.  C’est pourquoi nos papiers les plus sensibles, sont relus par notre avocate.

On nous dit souvent : « Si vous avez tous ces procès, c’est que vous tapez là où ça fait mal. »

C’est ce qu’on espère. En tout cas, on n’a pas prévu de retenir nos coups, et cela est rendu possible grâce à vos dons

⟶ Soutenir StreetPress 

(1) L’entreprise Venum, les militants d’extrême droite Hadrien Maine et Raphaël Berland, l’association SOS Chrétiens d’orient, le criminel de guerre Mario Sandoval, le rappeur Retro X, un professeur des beaux-arts.

Merci à notre excellente avocate, Valentine Rebérioux.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte