Communauté soudanaise en exil: manifestation du 2 janvier

Appel à manifestation le 2 janvier 2021 à Paris : communiqué et revendications portées par le rassemblement des militants soudanais en exil en France. Suivis de photos et texte concernant les manifestations récentes au Darfour.

Une nouvelle année de lutte s'ouvre avec une première manifestation organisée le samedi 2 janvier à Paris par la communauté soudanaise en exil. Le comité des militants soudanais en France (rassemblement de groupements mixtes) organise ce jour-là de 14h à 16h à la Place de la République à Paris une manifestation pour laquelle ils publient le communiqué suivant, que nous traduisons en francais, accompagné de photos et d'un texte sur les manifestations récentes au Darfour. 

Déclaration des militants soudanais en France à propos des événements récents et en cours au Soudan :

Comme vous le savez sans doute, notre pays traverse un moment très important, et très dangereux, de son histoire. L'intervention de pays tiers dans la prise de décision nationale continue de nous plonger dans un état d'insécurité et d'instabilité [les exactions, meurtres, pillages et violences en tous genres sont en augmentation depuis le début du mois de décembre au Darfour et au Kordofan, pour plus d'informations, en anglais, voir le site "dabanga sudan"]. Ces exactions systématiques et ciblées envers des populations bien précises sont passées sous silence par le gouvernement de transition, comme par ses anciens et nouveaux alliés. Cela signifie, très concrètement, qu'ils ne condamnent pas les agissements de ces milices, et ne souhaitent pas s'opposer à l'augmentation continuelle des morts et des déplacements, au nord du Darfour, à l'ouest du Darfour, à Port-Soudan, au Kordofan.

Nous, les activistes soudanais de France, souhaitons porter les revendications suivantes, pour soutenir les peuples sur place qui réclament la liberté et la sécurité, dans de récentes manifestations et rassemblements partout au Soudan :

1/ Les milices doivent cesser immédiatement de tuer les citoyens et doivent être éloignées des zones où vivent les populations civiles qu'elles prennent pour cible.

2/ Les groupes qui occupent illégalement les territoires desquels ils ont chassé la population locale à l'aide des milices, doivent rendre immédiatement ces terres afin de permettre aux populations et familles qui les occupaient précédemment de revenir. Le pillage des terres, du bétail et des biens doit cesser, et un processus de retour aux populations privées et déplacées doit être enclenché et encadré. 

3/ L'extradition immédiate et sans conditions de criminels recherchés par la cour pénale internationale, particulièrement Omer Al-Bashir (dictateur déchu), Ahmed Haroun (ancien gouverneur du Kordofan), Abdu Al-Rahim Mohamed Hussin (ancien gouverneur de Khartoum).

4/ La Mission Conjointe de l'ONU et l'Union Africaine au Darfour (UNAMID) doit être maintenue, et son mandat de protection des civils non armés au Darfour et les camps pour personnes déplacées doit être maintenu à tout prix, sans quoi la région risque d'être laissée aux libres agissements des milices sans aucune protection ou aide pour les victimes de guerre [suite à une décision du 22 décembre ; voir plus bas, photos et texte explicatif]

5/ La comparution en justice et la condamnation des membres des Forces de Support Rapide (RSF) qui ont commis des exactions contre les populations civiles.

6/ Nous demandons également à tous les activistes soudanais en exil de se mobiliser afin que nous puissions mettre fin aux arrestations et meurtres de ceux qui luttent pour la vérité et la justice au Soudan [ référence à l'assassinat du militant Bahaeldin Nouri dans le quartier de Kalakla, Khartoum, enlevé, torturé et tué le 21 décembre ; après une semaine de manifestations et de pression médiatique, les forces RSF ont reconnu être responsables de sa mort, et les officiers impliqués auraient été identifiés ].

Nous persisterons dans notre mobilisation jusqu'à ce que ces revendications soient entendues. Nous, les Soudanais en exil, avons joué un rôle dans le soutien apporté à la révolution qui a vu la chute du dictateur Omar al-Bachir. Dans cette période particulièrement importante et critique pour l'avenir du pays, nous devons médiatiser, soutenir, et nous organiser, pour que la révolution ne soit pas volée. La lutte continue.

Paris, le 30 décembre 2020. 

    --

Photographies des manifestations du 29 décembre au Sud-Darfour (Kalma Camp) et du 30 décembre à l'Ouest-Darfour, notamment devant le siège de l'ONU pour protester contre les exactions continues commises par les milices à l'encontre des civils, et pour demander la prolongation du mandat de l'UNAMID au Darfour. Source : Adam Rojal.

Texte explicatif accompagnant ces photos, rédigé par Adam Rojal, membre de la Coordination Générale des camps de déplacés et réfugiés du Darfour-Ouest : 

« Ces manifestations ont été organisées à l'occasion de la remise d'un memorandum par les comités locaux de la Coordination Générale des camps de déplacés et réfugiés du Darfour-Ouest au siège local de la Mission Conjointe des Nations Unies et de l'Union Africaine (UNAMID). En effet le Conseil de sécurité des Nations Unies a décidé le 22 décembre 2020 de mettre fin à la mission de l'UNAMID, sans consultation des populations locales. C'était une nouvelle triste et choquante pour l'ensemble de la population qui va être livrée aux milices. La suspension des missions de l'UNAMID est un coup de couteau dans le dos de tous les citoyens du Darfour et affectera durablement les déplacés et les familles, car il n'y aura plus rien pour assurer leur sécurité. Aucune autorité ne poursuit actuellement les milices pour les crimes qu'elles commettent ; les milices RSF, comme la police et les services secrets, ont été créées pour traquer et réprimer la population sur des bases ethniques et raciales, en se rendant coupables de "génocide, nettoyage ethnique, crimes contre l'humanité et crimes de guerre", pour reprendre les termes juridiques de la Cour Pénale internationale. »

 

janvier-1-manif1

janvier-1-manif2

janvier-1-manif3

janvier-1-manif4

janvier-1-manif5

Ci-dessous, photographie du rassemblement organisé à Khartoum pour l'enterrement du militant Bahaeldin Nouri, enlevé, torturé et assassiné par les services de support rapide (RSF) le 21 décembre 2020. Source : réseaux sociaux. 

janvier-1-burial

 

--

Sudfa est un petit blog participatif franco-soudanais, créé par un groupe d'amis et militants français et soudanais. Nous nous donnons pour objectif de partager ou traduire des articles écrits par des personnes soudanaises, ou co-écrits par personnes soudanaises et françaises, sur l'actualité et l'histoire politiques, sociales et culturelles du Soudan et la communauté soudanaise en France. Si vous souhaitez nous contacter, vous pouvez nous écrire à sudfamedia@gmail.com, ou via notre page facebook. Pour plus d’infos, voir notre premier billet « qui sommes-nous ». Vous pouvez aussi retrouver tous nos contenus, articles, chroniques et reportages, sur notre nouveau site : sudfa-media.com. A bientôt.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.