Sudfa
Média participatif franco-soudanais
Abonné·e de Mediapart

67 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juil. 2022

Des millions de Soudanais-e-s demandent la chute du régime

Hier, le jeudi 30 juin, des millions de Soudanais-e-s sont sorti-e-s dans les rues dans la plupart des villes du Soudan, exigeant la fin du régime militaire et la remise du pouvoir aux civils. Les manifestations continuent encore aujourd'hui, soutenues par les partis politiques qui affirment que la voie démocratique est la seule viable pour l'avenir du Soudan.

Sudfa
Média participatif franco-soudanais
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 30 juin, une journée de mobilisation historique au Soudan

Hier, des millions de soudanais-es sont sorti-e-s dans les rues dans la plupart des villes du Soudan, exigeant la fin du régime militaire et la remise du pouvoir aux civils. Cette manifestation du 30 juin à eu lieu en un jour de commémoration de deux événements importants de l'Histoire du Soudan. Le premier évènement était la prise de pouvoir des Frères musulmans au Soudan, le 30 juin 1989, lors d'un coup d'État militaire dirigé par l'ancien président déchu Omar Al-Bashir, après avoir renversé le gouvernement démocratique dirigé par Al Sadiq al-Mahdi. Le second évènement à être commémoré a eu lieu le 30 juin 2019, il s’agit d’immenses manifestations qui avaient pour objectif de contraindre la composante militaire à reprendre les négociations avec les forces de la Déclaration de liberté et de changement. Ces manifestations ont permis un accord stipulant la répartition du pouvoir entre les militaires et les composantes civiles pour une période transitoire de trois ans.

Manifestation du 30/06/22 à Khartoum, source : réseaux sociaux, via : Mohamed Adam

Pourquoi les Soudanais-e-s rejettent le gouvernement militaire ?

Le 25 octobre 2021, le chef du Conseil souverain du Soudan, le lieutenant-général Abdel Fattah al-Burhan, a annoncé la destitution du gouvernement, la déclaration de l'état d'urgence et la suspension d'articles du document constitutionnel. Les services de sécurité ont également arrêté durant la même période, un certain nombre de membres du gouvernement de transition soudanais et de dirigeants civils, dont l'ancien Premier ministre soudanais, Abdullah Hamdok. Le coup d'État d'octobre a provoqué des manifestations qui n'ont pas cessé pendant huit mois. Plusieurs pays, dont les États-Unis, ont critiqué le coup d'État et appelé à un retour à la voie démocratique. En juillet 2019, le Conseil militaire soudanais avait signé un accord avec les Forces de la Déclaration de liberté et du changement pour partager le pouvoir et mettre en place un plan pour la phase de transition. Cependant, la composante militaire a renversé l'accord et a complètement retiré la composante civile du pouvoir en octobre 2021.

Depuis, les Nations Unies et l'Union africaine tentent de superviser des négociations entre les partis soudanais en conflit dans le but de trouver une solution à la crise politique en cours dans le pays. Malgré la grande mobilisation des citoyen-ne-s et de toutes les forces d'opposition, les objectifs sont différents entre chaque partis. Certains groupes, parmi lesquels on compte les comités de résistance (comités populaires qui organisent la mobilisation par quartier), réclament le renversement complet du coup d'État et au procès de ses dirigeants, et restent attachés à leur slogan : "Pas de négociation, pas le partenariat et pas de légitimation". D’autres tentent de profiter de l'élan populaire pour obtenir des concessions des militaires lors des négociations, comme c'est le cas pour les partis politiques représentés par les Forces de la liberté et du changement. 

Appels et annonces pour les manifestations du 30 juin

Depuis une semaine, des appels à la mobilisation pour le 30 juin ont été lancés dans les quartiers. Les comités de résistance ont organisé des appels à manifestation quotidiens dans les quartiers, et ont distribué des banderoles et des tracts. Mercredi, la ville de Khartoum a été témoin de manifestations appelant les citoyens à participer à celles du lendemain, le 30 juin. Lors de ce cortège du mercredi, les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants dans les quartiers de Burri et de Omdurman, ainsi que dans le sud et l'est de la capitale. Le Comité central des médecins soudanais a annoncé la mort le 29 juin d'un manifestant ayant reçu une balle dans la poitrine tirée par les forces de sécurité dans la ville de Bahri, au nord de la capitale.

Cortège pour l'appel à manifester, mercredi 29/06/22, Khartoum, source : réseaux sociaux

Mesures de sécurité renforcées avant le début des manifestations

Jeudi matin, la capitale soudanaise, Khartoum, a connu une interruption des services Internet. Ce n'est pas la première fois qu’internet est coupé avant des manifestations. Depuis la prise du pouvoir par l'armée, le pays connaît des coupures d'internet, pour tenter de perturber le mouvement quasi hebdomadaire de contestation par des manifestations. Les autorités ont également fermé des routes et des ponts reliant la ville de Khartoum, Omdurman et Bahri, arrêté un certain nombre de militant-e-s et de personnalités politiques avant le début de la manifestation, et fermé les marchés et les magasins.

Coupure d'internet au Soudan, jeudi 30/06, source : netblocks.org

Grandes manifestations dans les villes soudanaises

Khartoum n'est pas la seule à s'être prononcée hier pour exiger la fin du régime militaire et la remise du pouvoir aux civils ; un grand nombre de villes soudanaises ont dénoncé le coup d'État et exigé un régime civil et la justice pour les victimes. Les habitant-e-s de Darfour, El Fasher, Nyala et El Geneina sont sorti-e-s malgré la répression excessive contre les manifestants. Toutes les autres grandes villes comme Port Soudan, Atbara, Kassala, Gedaref, Al-Abyad et Wad Madani dans l'État d'Al-Jazirah ont également manifesté.

Khartoum, le 30/06/2022, source : réseaux sociaux, via : Mohamed Adam

Le soir quand les manifestants ont été dispersés par les gaz et la répression, ils et elles ont organisé des sit-in dans certains quartiers qui ont duré jusqu'à très tard ans la nuit, notamment dans le quartier de Chambat à Bahri, dans le quartier de Buri à l'est de Khartoum avec les habitants de Khartoum-Sud. À Omdurman les manifestants sont restés devant le parlement soudanais jusqu'à très tard de la nuit avant d'être disperser par l'autorité.

Manifestations à Nyala (Ouest du Darfour), 30/06/2022, source : réseaux sociaux

Au moins dix morts et des centaines de blessés

Le Comité central des médecins soudanais a annoncé qu'au moins 10 manifestant-e-s ont été tués hier, jeudi, lors de la manifestation du 30 juin. Des centaines des manifestant-e-s ont été blessé-e-s dans la ville d'Omdurman, à l'ouest de Khartoum et les forces de sécurité ont dispersé une manifestation condamnant le régime militaire au Soudan près du palais présidentiel du centre de Khartoum. Plus tôt jeudi, le comité a annoncé dans un communiqué via Twitter que deux personnes étaient mortes lors des manifestations dans la ville d'Omdurman.

Les photos des 10 martyrs des manifestations du 30/06, source : réseaux sociaux

Soutien aux manifestant-e-s à l'international

D'autre part, une déclaration conjointe des ambassades à Khartoum des États-Unis, de Grande-Bretagne, du Canada, de Norvège, de Suisse et du Japon, publiée par l'ambassade américaine via Twitter, indique que les manifestations pro-démocratie montrent que le peuple soudanais veut une transition démocratique. La déclaration appelle tous les partis à travailler ensemble dans le cadre du processus politique, pour trouver une voie vers une transition démocratique, tout en affirmant le droit du peuple soudanais à manifester sans peur ni violence. La déclaration a également exhorté tous les partis au Soudan à faire preuve de retenue et à protéger les civils.

Dans plusieurs villes à l'étranger, les soudanais-e-s ont manifesté en même temps pour montrer leurs soutien. En France, les soudanais-e-s ont manifesté devant l'ambassade soudanaise à Paris, où ils et elles ont affirmé leurs soutien aux manifestant-e-s. En Angleterre, les soudanais-e-s ont manifesté à Londres, à Birmingham, et à Manchester. Il y a eu des manifestations dans plusieurs villes aux Etats-Unis aussi.

Manifestation devant l'ambassade soudanaise de Paris, 30/06/2022, source : réseaux sociaux
Manifestation devant l'ambassade soudanaise de Londres, 30/06/2022, source : réseaux sociaux

Larges réactions des partis politiques et silence total de l’armée

Après la manifestation, à laquelle des millions de soudanais-e-s ont participé, un certain nombre de partis politiques ont publié des déclarations, ils ont salué les manifestants et les ont appelés à continuer à manifester jusqu'à ce que le coup d'État soit renversé. Dans ce contexte, le Parti communiste soudanais a publié une déclaration dans laquelle il a renouvelé sa position de refus de dialoguer avec la composante militaire et de continuer à manifester jusqu'au renversement des putschistes. Le Parti du Congrès soudanais, les comités de résistance et les syndicats professionnels ont également publié des déclarations confirmant leur poursuite sur la voie de la lutte. L'armée, elle, n'a fait aucune déclaration dans le contexte des manifestations d'hier.

Déclaration du Parti Communiste Soudanais suite à la manifestation du 30/06

Par Equipe de Sudfa

---------------------------------

Sudfa est un petit blog participatif franco-soudanais, créé par un groupe d'amis et militants français et soudanais. Nous nous donnons pour objectif de partager ou traduire des articles écrits par des personnes soudanaises, ou co-écrits par personnes soudanaises et françaises, sur l'actualité et l'histoire politiques, sociales et culturelles du Soudan et la communauté soudanaise en France. Si vous souhaitez nous contacter, vous pouvez nous écrire à sudfamedia@gmail.com, ou via notre page Facebook ou Instagram. Pour plus d’infos, voir notre premier billet « qui sommes-nous ». Vous pouvez aussi retrouver tous nos contenus, articles, chroniques et reportages, sur notre nouveau site : sudfa-media.com. A bientôt !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat