Sudfa
Média participatif franco-soudanais
Abonné·e de Mediapart

70 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2019

Sudfa
Média participatif franco-soudanais
Abonné·e de Mediapart

Une histoire de drapeaux

Par : Hamad GAMAL | Dans les manifestations au Soudan et celles de la diaspora, il y a deux drapeaux. Mais pourquoi ?

Sudfa
Média participatif franco-soudanais
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jusqu'en 1969, le drapeau du Soudan était un drapeau bleu, jeune et vert - représentant le Nil, le désert et la forêt. Ce drapeau avait été adopté au moment de l'indépendance, à la fin du colonialisme britannique. Ce drapeau fait référence d'une part aux différentes composantes culturelles et ethniques, car il représente la diversité géographique du pays, dans toute son étendue. Et d'autre part il fait référence à une identité surtout "africaine" parce qu'il y a le Nil, la référence au désert et aux particularités du paysage local africain. Ce drapeau avait été utilisé dès 1954 comme symbole de révolte populaire contre la double tutelle égyptienne et britannique du Soudan. Il garde aussi depuis cette date sa connotation de révolte populaire et de contestation. 

En 1970, Jafar Mohammad Nimeiri, alors dirigeant du Soudan, décide de changer ce drapeau et de le remplacer par le drapeau actuel. Ce drapeau (que certains Français confondent avec le drapeau palestinien) est composé de rouge (le sang des martyrs), de blanc (symbole de la paix), de noir (symbole de l'autorité), et symbole vert (couleur de l'espoir et aussi de l'agriculture). 

En mai 1970, il a lancé un concours pour concevoir ce drapeau, de nombreux artistes et peintres y ont participé, et finalement c'est le travail de l'artiste Ahmed Al-Jaali qui a été retenu : c'est lui qui a conçu le drapeau actuel. Les couleurs de ce drapeau sont les couleurs du drapeau de la Ligue de Libération Arabe, couleurs des anciens drapeaux du califat ommeyade ou abaisse, reprises plus tard dans de nombreux drapeaux des pays arabes et musulmans (comme l'Egypte, le Yemen, ou encore l'Iraq et la Syrie). 

Mais ce nouveau drapeau est devenu le sujet de controverses et désaccords entre les Soudanais, parce que certains considèrent que ce drapeau ne représente pas l'identité africaine du Soudan. Ils considèrent qu'il présente le Soudan comme un pays arabe plutôt qu'un pays africain. Une partie des manifestants a donc choisi de récupérer le patrimoine culturel et la symbolique culturelle de l'ancien drapeau, car pour eux, il exprime mieux la diversité et l'identité multiple du Soudan et de son peuple. C'est pour ça que dans les cortèges et manifestations, on peut voir les deux drapeaux, côte à côte, et aussi que dans les fresques, oeuvres, ou photos, l'ancien drapeau aux couleurs jaune, bleue et verte a été remis au goût du jour. Pour certains, ce drapeau est simplement plus "neutre" que l'autre drapeau, qui rattache clairement le Soudan à la Ligue Arabe. Pour d'autres, c'est aussi un drapeau qui, par ses références au fleuve et à l'agriculture, rend mieux justice à la vie des gens du pays. 

Aujourd'hui, un certain nombre de jeunes dirigent une initiative politique visant à militer pour l'adoption de l'ancien drapeau, et de retirer le drapeau dit "arabe". Ils en ont fait une des revendications de la récente révolution. Certains partis ont également adopté officiellement ses couleurs et se reconnaissent également dans ce drapeau, comme le Parti Unioniste Démocratique, l'un des plus anciens partis politiques du Soudan. 

Dans les manifestations récentes, des revendications panafricaines sont revenues au devant de la scène, avec des cortèges qui présentent même les drapeaux des pays voisins, pour montrer l'unité régionale et montrer aussi le métissage de la société soudanaise. Ces revendications passent aussi par la demande de retrait de la Ligue Arabe, et de rapprochement des intérêts dits "africains", par opposition aux intérêts politiques et économiques des pays arabes, qui paraissent liés à la dictature arabo-islamique du régime d'Al-Bachir.

Ce que nous enseigne cette "histoire de drapeaux", c'est qu'elle est une face visible des tensions socio-politiques soudanaises, et notamment de la manière avec laquelle le régime a créé une rupture ethnique et a manipulé cette rupture politiquement pour diviser le pays. C'est aussi un symbole dans la lutte actuelle de défense d'un Soudan pluriel. 

Article écrit par Hamad Gamal, militant soudanais et étudiant en sociologie (Lyon).

Sudfa est un petit blog participatif franco-soudanais, créé par un groupe d'amis et militants français et soudanais. On se donne pour objectif de partager et traduire des articles écrits par des personnes soudanaises, ou co-écrits par personnes soudanaises et françaises, sur l'actualité et l'histoire politiques, sociales et culturelles du Soudan, et la communauté soudanaise en France. Si vous souhaitez nous contacter, vous pouvez nous écrire à sudfamedia@gmail.com, ou via notre page facebook. Pour plus d’infos, voir notre premier billet « qui sommes-nous ». 

L'ancien drapeau (à gauche), et le nouveau (à droite). / @OsmanDavinci sur Twitter. © osmandavinci
Deux manifestants, chacun enroulé dans un des drapeaux - avril 2019. / @AbubakrAliABK © abubakraliabk
Cortège "panafricain", lors d'une manifestation le 4 mai 2019, rejoignant la place Al-Qyada. / @Mohamed75664123 sur Twitter. © mohamed75664123
Vidéo de manifestations à Omdurman, 30 avril 2019, avec les deux drapeaux dans le cortège. / @ashgaaly, sur Twitter. © ashgaaly

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP