Slogans et chansons de la révolution

Quelques slogans et chansons qui ont animé les manifestations et la révolution qui a amené à la chute d'Al-Bashir, l'occupation de la place et les revendications de transition civile.

Slogans de la révolution soudanaise - هتافات الثورة السودانية

تسقط بس : la chute, c’est tout [s'adresse au régime : dégage! ; que le régime tombe! ; la chute ou rien! ; une autre version de ce slogan ajoute les noms des personnes visées, comme Al-Bashir, Ali Osman, Salah Gosh]

حرية سلام و عادلة و الثورة خيار الشعب: liberté, paix et justice / la révolution est le choix du peuple 

 سقطت ما سقطت صبينها: qu'il soit tombé ou pas tombé, on restera là ! [explication : même après la chute d'Al-Bashir, on restera là, parce que la demande n'est pas juste la chute du dirigeant mais du régime entier ; on ne repartira pas si on n'a pas des garanties de transition vers un gouvernement civil]

 حتى لو سقطت صبينها : et même s'il tombe, on restera là quand même !

مدنية : gouvernement civil ! [explication : par opposition au gouvernement militaire]

-

يا عنصري و جبان كل البلد نسوان : toi le raciste et le lâche, on est tous des femmes (tout le pays est des femmes)

يا عنصري و مغرور كل البلد دارفور : toi le raciste et l’arrogant, nous sommes tous darfouris (tout le pays est le Darfour)

-

دم الشهيد ماراح : le sang des martyrs n’est pas perdu [n’a pas été versé pour rien]

لابسينه نحنا وشاح : nous le portons autour de notre cou

-

ثورتنا دي ثورة بنات : notre révolution c’est la révolution des filles [ce slogan est chanté par des femmes]

هوي يا بنات ابقوا الثبات : allez les filles, battons-nous [restons fortes]

-

كباشي يا كضاب الثورة بدأت ياداب : Kabashi [général militaire] t'es un menteur ! La révolution vient à peine de commencer 

أرفع يدك فوق والتفتيش بالذوق : Haut les mains, on fouille avec respect ! [référence aux fouilles à l'entrée de la place Al-Qyada, voir notre article ; référence aux manières de gérer l'occupation et de s'entraider sans la répression et l'intimidation]

الدم قصاد الدم ما بنقبل الدية : le sang répondra au sang, on acceptera pas l'argent du sang ! [explication : on n'acceptera pas la compensation de nos victimes sans que justice leur soit rendue - ou vengeance envers leurs tueurs]

فليسقط السفاح : A bas le tueur en série ! 

دم الشهيد ماراح : le sang des martyrs n'est pas perdu [n'a pas été versé pour rien]

مكتوب علينا وشاح : il est écrit autour de nos cous [il est devenu notre écharpe]

 

Chansons de Desis Man* (chants de la place Al-Qyada) : 

1/ La chanson de la Kandaka* et du Shafata* 

كنداكة جات بوليس جرى  /  شفاتة جو  بوليس جرى : la kandaka [femme révolutionnaire] est venue, la police a couru, le Shafata [gars cool] est venu, la police a couru

يا جنجويد ارجع ورا  /  شارعنا دا فوقه شرا : eh les janjawids, reculez / nos rues sont couvertes par des piquants [bouts de plantes, peut gratter, piquer]

Variante : 

شفاتى كبس كبساً كبسا بوليس جرى جرياً جريا : le Shafata a débarqué (débarqué, débarqué), et la police s'est enfuie (s'est enfuie, s'est enfuie)

2/ La chanson de la chute 

الصبة هنا ام الصبة : on reste là tranquillement jusqu'au bout

يمشي مشي مششا مششا : il s'en va, et s'en va (s'en va va va)

زحف زحف زحفا زحفا : il rampe, et il rampe (rampe, rampe) 

سقط سقط سقطا سقطا : et il tombe, et il tombe (tombe, tombe) [ou il dégage]

3/ La chanson du soir (pour motiver les manifestants à rester sur la place occupée la nuit)

بس انت حاول بيت : essaie juste de rester une nuit 

فرشة و معجون نديك : on te donnera une brosse à dents et du dentifrice

شاي الصباح نزقيك : on t'apportera le thé au matin

زلابية نجازفا لك : on ramènera des Zalabia [gâteaux]

تلفونك نشحنو لك : on te rechargera ton téléphone

4/ La chanson du matin (l'histoire raconte que Desis Man aurait aussi lancé cette chanson pour motiver les gens à rester occuper la place la nuit)

يا إخوانا الشاي الشاي بيجاي : mes frères, le thé, le thé arrive ! 

شاي ما عادي : ce n'est pas n'importe quel thé

بموية صحة ومعاه كيكة : un thé fait avec de la bonne eau, et avec des gâteaux ! 

 

 * Desis Man est une des "stars" des réseaux sociaux ("desis" veut dire cool, sympa, bon, bien). Il a été arrêté lors d'une manifestation à Omdurman, et a rejoint l'occupation en sortant de détention. De manifestant anonyme et occupant de la place des Quartiers Généraux de l'Armée, il s'est fait connaître par ses chansons drôles et entraînantes sur l'occupation et la chute d'Al-Bashir. Il a chanté d'autres chansons comme celle-là sur la révolution et la chute du régime, et beaucoup de vidéos et de "lives" circulent pour reprendre ses slogans et chansons. Dans ses chansons, il tourne en dérision les membres du Conseil Militaire et les membres de l'ancien régime. Il a été récemment invité sur des plateaux télévisés, et présente sa propre émission. Il a enregistré un mash-up de ses chansons avec Rua Mahmoud, disponible ici. Son passé et ses activités récentes (depuis cet été) font débat parmi les militants, mais il n'en reste pas moins que tout le monde connaît - et continue à fredonner - ses chansons. 

* Kandaka(t) c'est le nom donné aux anciennes reines nubiennes, ici il désigne les femmes qui ont participé dans la révolution, il fait référence au fait qu'elles sont fortes, qu'elles n'ont pas peur, qu'elles défient le régime.

* Shafata, c'est un mot d'argot soudanais difficile à traduire, il fait référence à des "mecs" ou "gars", qui ont la réputation d'être "cools", plutôt jeunes, qui ont du style et/ou du charisme, qui ne reculent pas devant la police, et "savent ce qu'ils ont à faire", "se serrent les coudes". 

 

--

Sudfa est un petit blog participatif franco-soudanais, créé par un groupe d'amis et militants français et soudanais. On se donne pour objectif de partager et traduire des articles écrits par des personnes soudanaises, ou co-écrits par personnes soudanaises et françaises, sur l'actualité et l'histoire politiques, sociales et culturelles du Soudan, et la communauté soudanaise en France. Si vous souhaitez nous contacter, vous pouvez nous écrire à sudfamedia@gmail.com, ou via notre page facebook. Pour plus d’infos, voir notre premier billet « qui sommes-nous ». D'autres articles (actualité politique, interviews, portraits) arrivent très bientôt !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.