Sudfa
Petit média participatif franco-soudanais
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juil. 2020

Le sit-in de Nertiti

On propose, avec un peu de retard, une traduction des revendications et des slogans du sit-in de la ville de Nertiti au Darfour (28 juin - 15 juillet), ainsi que la traduction d'un communiqué, et des liens vers des vidéos et photos du sit-in.

Sudfa
Petit média participatif franco-soudanais
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après d’ultimes attaques, enlèvements et assassinats survenus ces dernières semaines au Darfour, les habitants de Nertiti (Centre Darfour), en lien avec les comités de résistance, ont décidé d’entamer un sit-in avec une série de revendications. 

Le sit-in a été décidé et a commencé le 28 juin à l’issue d’une grande manifestation pour protester contre les attaques récentes des milices et les persécutions qui continuent contre la population locale. Nertiti est une ville où réside l’ethnie fur (une des ethnies principalement visées par le génocide mené par le régime d'el-Bachir). La ville est entourée de nombreux camps de réfugiés et une grande partie de la population locale est elle-même déplacée. Cette région repose en grande partie sur l'agriculture, cependant la guerre et les attaques qui durent depuis une vingtaine d'années ont forcé les habitants à quitter les fermes et les campagnes pour rejoindre les camps et les villes, et les trajets pour se rendre aux champs et cultiver sont souvent très dangereux. C'est dans ce contexte que les demandes du sit-in de Nertiti sont axées sur le "droit" à cultiver.

Dans la foulée, de nombreuses villes ont démarré leurs propres sit-in devant les bâtiments des autorités locales, et ce mouvement a été appelé "les sit-in de la paix" (3itisam assalam). Il est toujours en cours. De nombreuses manifestations de soutien se sont tenues également dans la banlieue de Khartoum, ainsi que des marches qui rejoignent un sit-in à l'autre. Des groupes de militants et d'anciens occupants de la place d'Al-Qyada (avril et mai 2019) ont également rejoint le Darfour pour se joindre au sit-in.

Une délégation du gouvernement s'est rendue sur place le 6 juillet pour rencontrer les manifestants et ils ont promis la mise en place d'un ensemble des mesures pour répondre à chaque revendication dans un délai de deux mois. Le sit-in s'est dispersé volontairement le 15 juillet après ces annonces et la mise en place de premières mesures concrètes, en prévenant qu'ils reviendraient si les autres n'étaient pas tenues. Le 20 juillet le gouvernement a annoncé la démission des gouverneurs actuels de la région et a nommé des gouverneurs civils. Des grosses zones d'ombre persistent sur le silence du gouvernement quant à la responsabilité et la culpabilité de leurs propres milices (janjawids) dans l'insécurité dénoncée par les habitants, ainsi que la dispersion violente de plusieurs sit-in, notamment à Fata Burno. 

Nous préparons actuellement un article plus conséquent sur le mouvement et en particulier le sit-in de Nertiti, son organisation et son impact sur la politique soudanaise. En attendant, on vous laisse avec le bref communiqué rédigé à Lyon, des liens et des documents pour découvrir ce mouvement. 

Banderole au sit-in. Réseaux sociaux.

Communiqué de l'initiative des Soudanais de Lyon en soutien au sit-in de Nertiti : 

Texte émanant des Soudanais de Lyon et de la banlieue de Lyon, qui saluent le peuple soudanais pour la constance de sa lutte. 

Vous n’êtes pas sans savoir ce qu’il s’est passé ces derniers jours à Nertiti (Darfour-Centre), qui ont pris les choses en main pour accomplir les objectifs de la révolution tels qu’ils avaient été présentés : liberté, paix et justice. Le peuple de Nertiti a donc entamé un sit-in devant les bâtiments des autorités locales, en appelant à une liste de revendications, ci-dessous. Nous appelons nos camarades en France à venir en aide au sit-in, en montrant leur soutien sur les réseaux sociaux et en transmettant un soutien financier aux personnes-relais suivantes [liste nominative non-traduite ici].  

Revendications (version complète) :

- Démission du chef de la ville, du chef de la police, et des commandants locaux de l’armée, des services de sécurité et des forces paramilitaires Forces de Support Rapide

- Désarmement de toutes personnes n’occupant pas de fonctions reconnues les autorisant à porter des armes

- Protection et sécurité de la zone

- Protection des fermiers et de leurs terres afin de protéger les récoltes à venir

- Restitution du bétail volé par des miliciens durant les deux derniers mois

- Mise en place et sécurisation de routes de pâturage spécifiques afin d’empêcher des conflits entre fermiers et pasteurs

- Arrestation des personnes contre qui des plaintes ont été formées, et réparations immédiates exigées

- Interdiction de toutes les motos et mobylettes sur l’étendue de la ville [souvent utilisées par les assaillants].

Liste des revendications de Nertiti, en version complète. Réseaux sociaux.

Traduction des slogans, liens, images et carte : 

Reportages live dans les manifestations lors du sit-in, cinq jours après le début du sit-in : 

https://www.facebook.com/watch/live/?v=705135923612691&external_log_id=21e557e9-d1e7-4f87-a5f7-009361eaeb8c

« Nous ne renterons pas chez nous parce qu’on a des revendications »

« Ce soir nous ne reviendrons pas, tant que nos droits eux ne reviendrons pas »

« Révolutionnaires et libres, on ira jusqu’au bout »

« Hemeti qu'est-ce qu'il a ? Il est sale.. Burhan qu'est-ce qu'il a ? Il est sale.. El-Bachir qu'est-ce qu'il a ? Il est sale... »

« Des militaires [au pouvoir] ? Non non non. Des civils [au pouvoir] ? Oui oui oui »

Carte des sit-ins initiés début juillet dans le pays, éditée par le Mouvement du Rhinocéros Blanc (voir leurs réseaux sociaux).

Lien d'une compilation de discours, chants et slogans sur la scène du sit-in de Nertiti, et manifestations à Niertiti et Zalingei : 

https://www.facebook.com/watch/live/?v=874847726337934&ref=watch_permalink

« Devant les militaires et les lâches, la rue c'est tout ! Pour récupérer nos droits, la rue c'est tout ! Devant ceux qui nous ont tués, la rue c'est tout ! Aux hommes de Burhan, aux hommes de Kabashi, la rue c'est tout ! [...]

La liberté, la paix et la justice, c'est le choix du peuple ! et la sécurité c'est le choix du peuple ! [...]

Le chef de la province, dégage ! Le chef des forces rapides, dégage ! [...]

Il faut que notre voix arrive jusqu'à Khartoum. Le Soudan c'est aussi le Darfour. Nous voulons donner la vraie image de ce qui se passe ici, ce que les médias ne montrent pas, jusqu'à qu'on écoute nos revendications [...]

On ne rentrera pas, jusqu'à ce que l'injustice disparaisse ! [...] »

"Là où il y a la liberté, il y a une nation", à Kabkabia le 14 juillet. Twitter @MohanadElbalal

Entretien avec une militante venue de Khartoum : 

https://www.facebook.com/watch/live/?v=209866650350380&ref=watch_permalink

"Je suis membre d'une association à Khartoum et je suis venue ici participer au sit-in de Nertiti. C'est un sit-in magnifique, une occupation formidable et forte, qui a pour but de défendre réellement les droits de gens. Il y a une ambiance ici, comment vous dire, si belle, ça encourage vraiment à rester, à ne penser ni à ce qu'on va manger ou boire. C'est un esprit incroyable. Nous demandons nos droits, et lorsque tu demandes tes droits, tu te rapproches d'un endroit qui ressemble à un paradis et un refuge. Le Darfour, c'est un paradis. On espère que le régime nous entendra et garantira les droits de tous, pas seulement les habitants de Nertiti mais les habitants de toute la région. On demande le respect, que chacun soit accepté et chacun soit transparent et que l'on soit unis. Les gens ici ne peuvent pas cultiver les choses et ne peuvent pas vivre dignement, ils ne peuvent pas pratiquer l'agriculture, parce qu'il n'y a aucune sécurité. Pourtant ça devrait être la chose la plus primordiale ! Je peux moi-même en témoigner, il y a trois jours quand on était ici avec l'association on s'est retrouvés sous les balles ! La paix et l'agriculture, ce sont les demandes."

Discours de la Ministre du Travail Lina Asheikh, membre de la délégation gouvernementale en visite au sit-in : 

https://www.facebook.com/watch/?v=273178790604833

"Je vais vous dire la vérité, c'est un honneur pour moi de prendre la parole devant vous et après les collègues qui m'ont précédés [membres du sit-in]. Le changement dont nous parlons, celui que nous voulons, c'est celui-là. Ce que je vois ici, et ce sit-in, montre que ce mouvement est noble et qu'il faut en être fier. Après 30 ans d'injustice, d'ombre et de souffrance, le pouvoir a chuté pour que l'on puisse voir des scènes comme celle d'aujourd'hui. [...] Ce sit-in nous rappelle celui d'Al-Qyada. La révolution est le choix du peuple et ce sit-in est aussi le choix du peuple, et il nous dit quelque chose de très fort : nous voulons le changement, et c'est par la voie pacifique qu'on demande le changement. Je voudrais m'excuser du fait que nous ne sommes pas à la hauteur de vos attentes, mais j'espère que nous sorterons d'ici responsables, responsables de réaliser une par une vos demande. Je voudrais parler aussi aux femmes de Darfour et de Nertiti, et de leur dire que la souffrance qu'elles ont vécu, et ce que nous avons vécu en tant que femmes, tout cela sera bientôt du passé. Le changement que nous voulons c'est celui de la justice et de l'égalité pour chaque personne. Le changement ne se fera pas si la paix et la sécurité ne sont pas instaurés". 

A noter cependant que d'autres sit-ins ont été récemment dispersés par la force et la violence, dans des circonstances peu claires, et surtout parce qu'ils étaient moins médiatisés que celui de Nertiti. De plus, les autorités réfléchissent à instaurer un décret interdisant d'"insulter" les militaires et les membres de la police. Nous y reviendrons dans un prochain article. 

Portraits et photos à voir sur Twitter :

https://twitter.com/mazinalrasheed/status/1282973899081146369

https://twitter.com/Eimanonly/status/1282252691700436993

Traductions et liens : Léa Senna. 

--

Sudfa est un petit blog participatif franco-soudanais, créé par un groupe d'amis et militants français et soudanais. On se donne pour objectif de partager ou traduire des articles écrits par des personnes soudanaises, ou co-écrits par personnes soudanaises et françaises, sur l'actualité et l'histoire politiques, sociales et culturelles du Soudan et la communauté soudanaise en France. Si vous souhaitez nous contacter, vous pouvez nous écrire à sudfamedia@gmail.com, ou via notre page facebook. Pour plus d’infos, voir notre premier billet « qui sommes-nous ». 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel