Sudfa
Petit média participatif franco-soudanais
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 oct. 2021

Lettre de la communauté soudanaise en France

Hier soir, 25 octobre 2021, le soir du coup d'état, des militant.e.s soudanais.e.s de Paris organisaient un rassemblement et une veillée devant l'Ambassade du Soudan à Paris. Dans la foulée, ils et elles écrivent cette lettre commune, que nous relayons.

Sudfa
Petit média participatif franco-soudanais
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mesdames et Messieurs,

En ce moment difficile de l'histoire du Soudan et de son inspirante révolution, nous, membres de la communauté soudanaise en France, unis avec notre peuple dans les villages et les villes du Soudan, condamnons le coup d'État militaire qui a eu lieu dans la matinée du 25 octobre, dirigé par Abdel-Fattah Al-Burhan, le commandant suprême de l'armée.

Le 25 octobre, après que les ministres civils du gouvernement de transition aient été violemment arrêtés et détenus par les forces armées, des milliers de Soudanais et Soudanaises sont descendus dans la rue pour protester, affrontant pacifiquement l'armée qui a tiré sur eux à balles réelles, faisant des morts et de nombreux blessés. Nous pleurons nos morts qui sont tombés aujourd'hui en défendant la révolution qui a embrasé notre pays depuis décembre 2018, et nous souhaitons un prompt rétablissement aux blessés.

Mesdames et Messieurs,

Les militaires ont déclaré que leur coup d'État vient aujourd'hui pour corriger le cours de la révolution, alors qu'il s'agit de la continuité du coup d'état mené par le Comité de sécurité du Congrès national du régime et ses milices qui a débuté le 11 avril 2019 dans le but de bloquer la route à la révolution de décembre et d'avorter le processus révolutionnaire démocratique. Les massacres qui ont été commis contre le peuple soudanais à la place d'Al Qyada [grande place devant le Quartier Général du Ministère des Armées], le 3 juin 2019, ont été un épisode morbide de cette contre-révolution militaire. Ils n'ont pas compris que la Révolution de décembre était enracinée dans la conscience et la volonté des Soudanais, et que ses gardiens sont les masses populaires, qui sortiront victorieuse de l'aventure d'aujourd'hui, car leurs luttes ne s'arrêteront pas tant que le pouvoir ne sera pas totalement transféré aux autorités civiles.

Mesdames et messieurs,

Comme vous en avez été témoins, notre peuple révolutionnaire a présenté au monde entier une merveilleuse leçon de résistance pacifique, malgré les tentatives répétées des militaires et de leurs partisans d'entraîner notre révolution dans l'arène de la violence pour obtenir ce qu'ils souhaitaient faire au peuple soudanais : les massacres, l'oppression, les déplacements de masse, c'est-à-dire la poursuite de la politique initiée par le dictateur Al-Bashir. Cependant, l'expérience historique de notre peuple dans la mise en oeuvre de révolutions démocratiques nous a empêché de basculer dans la violence, car nous sommes attachés au caractère pacifique de notre révolution et ont offert les plus belles leçons de résistance civile pacifique. Aujourd'hui, au nom de la communauté soudanaise en France, qui est constamment active depuis le début de la révolution en décembre 2018 jusqu'à aujourd'hui, participant à tous les événements et se rangeant du côté du peuple soudanais et appelant à un changement de pouvoir pacifique, nous annonçons notre ferme rejet et condamnation de ce coup d'État militaire soutenu par les mouvements armés et la milice de Janjweed.

Nous appelons toutes les forces éprises de paix et de liberté dans le monde à se joindre à nous dans le plus grand front mondial de solidarité pour vaincre ce coup d'État et le forcer à remettre le pouvoir au peuple soudanais volontairement et pacifiquement, et de réaliser enfin les mots d'ordre de la révolution de décembre en appelant à un état civil complet dans lequel règnent la liberté, la paix et la justice.

Nous exigeons ce qui suit :

1. L'arrêt des opérations de répression, de terreur et d'abus de notre peuple

2. L'abolition de l'état d'urgence dans le pays et la passation immédiate du pouvoir aux civils.

3. La libération de tous les détenus politiques sans condition.

4. La poursuite en justice de tous ceux qui ont commis des crimes contre le peuple soudanais dans un procès équitable

Notre courageux peuple soudanais ne permettra pas que la roue de l'histoire tourne en arrière et ne permettra pas que le régime criminel d'Omar el-Béchir soit recyclé et ramené à la vie. Notre peuple conservera les acquis de sa révolution dans son intégralité, non diminués, jusqu'à ce que la victoire, et la victoire soit proche. Nous resterons tous les jours manifester dans les rues des villes et villages du Soudan, et dans les villes où nos diaspora sont présentes à l'étranger, et nous ne lâcherons rien avant d'avoir fait plier les forces antidémocratique et génocidaires qui refusent de quitter le pouvoir. Nous appelons la communauté internationale et tous les peuples du monde à nous manifester leur soutien et à rejoindre notre lutte.

 - "al-Reda al-Mustahila" - Le retour en arrière, hors de question !

Collectif des soudanais en France Paris, le 26 octobre 2021

Contact : collectif.soudanais@protonmail.com

Une petite vidéo du rassemblement et veillée organisés hier soir devant l'Ambassade du Soudan en France : https://www.facebook.com/100001072126399/videos/1599190407088664/

Image prise hier, 25 octobre, dans les rues de Khartoum. Cette image circule sur les réseaux sociaux. Nous n'en connaissons pas l'auteur.e, nous n'en avons pas les droits.

-

Comment soutenir la révolution si vous êtes en Europe :

Si vous êtes Soudanais.e ou si vous comprenez l'arabe, vous pouvez : traduire les articles et publications venant du Soudan dans la langue du pays dans lequel vous résidez ; partager des vidéos et photos en n'oubliant pas d'écrire le lieu et la date des faits, et ajouter une phrase dans la langue du pays dans lequel vous résidez ; rédiger une publication quotidienne dans laquelle vous expliquez l'évolution des événements au Soudan ; entrer en contact avec les associations et collectifs locaux pour leur parler de la question du Soudan ; communiquer avec les autorités et les institutions officielles, avec les élus, pour les exhorter à faire un message public de soutien des révolutionnaires ; organiser et participer à des rassemblements et veillées en invitant des ami.e.s du pays dans lequel vous résidez et si possible des médias ; partager les cagnottes et liens pour faire des dons pour permettre aux manifestants au Soudan de tenir ; si vous êtes étudiant.e, essayer d'organiser des discussions ou conférences dans votre université pour faire parler de la question du Soudan.

Si vous n'êtes pas Soudanais.e, restez en contact étroit avec des ami.e.s soudanais.e.s pour suivre l'évolution de la situation, suivre l'actualité via notre blog ou d'autres réseaux, vous rendre aux événements ou rassemblements organisés dans votre pays, et soutenir financièrement les manifestants.

--

Sudfa est un petit blog participatif franco-soudanais, créé par un groupe d'amis et militants français et soudanais. Nous nous donnons pour objectif de partager ou traduire des articles écrits par des personnes soudanaises, ou co-écrits par personnes soudanaises et françaises, sur l'actualité et l'histoire politiques, sociales et culturelles du Soudan et la communauté soudanaise en France. Si vous souhaitez nous contacter, vous pouvez nous écrire à sudfamedia@gmail.com, ou via notre page facebook. Pour plus d’infos, voir notre premier billet « qui sommes-nous ». Vous pouvez aussi retrouver tous nos contenus, articles, chroniques et reportages, sur notre nouveau site : sudfa-media.com. A bientôt.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau