sylkfeaar
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

3 Éditions

Billet de blog 31 mars 2020

La diplomatie du masque

Parlons en, du masque… Celui de l’hypocrisie… Celle qui nous étouffe… Pas celle des chinois. N’avons-nous rien de mieux à faire qu’à dénoncer le gouvernement chinois, au moment même où nous recevons des masques de Chine ? Est-ce que Médiapart doit participer à la manœuvre nationaliste ou occidentaliste actuelle ?

sylkfeaar
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je ne défends pas le gouvernement chinois.

Moi, ce qui m’intéresse, c’est de regarder la POUTRE qui est dans notre œil, pas celle qui est dans l’œil du voisin.

Comment, les chinois et les russes seraient capables de mener une guerre idéologique avec les mêmes armes que les libéraux ont prises pour faire tomber les régimes de l’Est, dans les années 1950-1960-1970-1980 ? Ils seraient aussi intelligents que nous ???

Je le répète, pour que cela soit bien clair : je ne défends pas les régimes de l’Est.

Il se trouve que j’ai visité un étrange musée, le "musée de l’Allemagne de l’Est", à Berlin. D’anciens allemands de l’Est, qui ne l’avaient jamais visité eux-mêmes et qui n’étaient pas nostalgiques du régime qu’ils avaient subi, s’étaient décidés à y aller avec moi. Ce musée est un exemple extraordinaire de la propagande de l’Ouest. Sa simplicité même est effarante. J’ai retrouvé les personnes qui m’avaient amenée là, effondrées, et je n’ai moi-même pas terminé la visite… Mais ce n’est pas de cela dont je veux parler, aujourd'hui. C’est juste qu’hier, je me suis rappelé d’une des stations de ce musée : « il y avait quinze journaux différents, mais ils disaient tous la même chose ». Et là, je me suis exclamée : « mais c’est pareil chez nous !!! » (C’est sans doute une des raisons qui m’a fait m’abonner à Médiapart…).

Hier, c’était pareil chez nous ! Un chœur s’est élevé pour nous expliquer que les chinois avaient menti (sur l’épidémie et le nombre de morts) et qu’ils utilisaient la « diplomatie du masque », pour nous montrer qu’ils étaient « essentiels à la vie mondiale »… et pour peut-être nous faire croire que leur régime dictatorial était meilleur que le nôtre…

Hier, sur toutes les chaines, même sur Arte et même sur Médiapart, il était urgent de taper sur les chinois (le gouvernement chinois). Il était urgent de renforcer le nationalisme ambiant. Il était urgent de défendre le libéralisme, qui prend l’eau de toute part. Il était urgent de nous renforcer un peu, nous les occidentaux qui nous croyions les rois du monde, jusqu’en 2020… Il était urgent de s’occuper de nos ennemis (ou de les désigner), plutôt que de repérer l’ensemble de nos disfonctionnements, pour reconstruire un monde meilleur… On sait pourtant où ce type de tentation nous mène… Il y a suffisamment d'historiens qui nous l'ont expliqué !

C’est que notre orgueil collectif en a pris un sacré coup. Comment, nous, les européens et les américains, nous aurions besoin des chinois ? Passons sous silence leur « politique de l’enfant unique », un crime, véritablement, vécu douloureusement par des millions de personnes… mais une aubaine, pour nous autres occidentaux… une mesure salvatrice pour la planète et l’humanité..., mais également pour la continuation du capitalisme, pour encore quelques années, quelques générations de profiteurs supplémentaires… Mais n’en parlons pas (j’attends de lire un article scientifique sur ce sujet. Où en serions-nous si les chinois avaient continué à faire comme nous, ne serait-ce que deux ou trois enfants par couple ? Où en serions-nous en matière d’alimentation mondiale, si cette population là mangeaient autant d’œufs et de viande par personne que les occidentaux ?).

Et, oui, c’est comme cela : les créateurs d’HSBC n’ont pas réussi à endormir les chinois en leur vendant de l’opium… Il a fallu continuer à compter avec eux… On a essayé de les avoir par d’autres méthodes, et on a finalement assez bien réussi, grâce à leurs régimes dictatoriaux…

Cependant, la fête est finie. Les occidentaux n’ont pas réussi à faire taire les autres peuples du monde, dont ils ont pris les terres et les richesses, en leur donnant en échange de l’alcool… De quelle « diplomatie » s’agissait-il alors, je ne me rappelle plus… Comment pourrions-nous la qualifier ? « la diplomatie de l’alcool et de la drogue » ?... Il faut maintenant compter avec eux, parce que la doctrine des « droits de l’homme » est parvenue jusqu’à eux, malgré les conditions de vie épouvantables qu’on leur a fait subir, malgré leurs millions de morts. Le « grand remplacement », c’est nous, les européens, qui l’avons organisé en Amérique du Nord et du Sud… Ne l’oublions jamais.

Nous sommes dans un triste état ! La France tombe de son piédestal ! Le système de santé français n’est pas capable de gérer une pandémie. Objectivement, ce n’est peut-être pas possible. Mais manquer de tout, comme actuellement (masques, blouses, médicaments, appareils, lits, personnel de santé, etc) révèle la violence sourde qui s’appliquait déjà précédemment sur les personnels de santé et de soin, en France. Ce n’est pas faute de l’avoir dénoncé, d’avoir alerté les pouvoirs publics, d’avoir prévenu calmement que le système de santé et le système des maisons de retraite était en danger, en dégradation constante.

Nous n’avons pas été écouté. La politique de santé se fait, depuis au moins trente ans, avec les firmes pharmaceutiques internationales comme seuls interlocuteurs. Elles sont partout, et se présentent comme incontournables. La politique agricole française se construit avec elles, également, car ce sont les mêmes groupes industriels biochimiques, qui fabriquent les pesticides et qui soignent les cancers. L’avons-nous oublié ? Peut-être faut-il le voir pour le croire, et s’en souvenir comme une marque au fer rouge… Nicolas Hulot a démissionné parce qu’un représentant de la chasse était présent à une réunion où il n’avait rien à faire ? Il aurait dû démissionner à un autre moment… Au moment où un représentant des firmes chimiques est invité à une réunion interministérielle sur l’éducation à l’environnement, par exemple.

C’est ainsi que fonctionne le néo-libéralisme, qui est dirigé internationalement par des oligopoles puissants, ayant leurs entrées partout, leurs espions partout, et d’abord, et en premier lieu, dans les ministères et les cercles du pouvoir de chaque Etat, partout dans le monde. Qu’est-ce qu’on vient nous raconter, actuellement ? Les chinois feraient « la diplomatie du masque ?… Est-ce que ce sont les chinois qui ont décidé tous seuls de fabriquer tous les masques nécessaires à la santé des européens ? Mais de qui se moque-t-on ? Tout le monde sait bien que ce sont des firmes privées qui ont décidé de fabriquer en Chine les médicaments et les masques, parce qu’elles pourraient faire de plus gros profits, parce que cela couterait moins cher… parce qu’il était plus facile d’exploiter les travailleurs et travailleuses chinoises que les européens… Et si maintenant, le gouvernement chinois frime un peu, pour montrer qu’il compte, lui aussi, sur la scène internationale, il n’y a rien de plus urgent que de le renvoyer dans les cordes, de le charger de tous les maux… Comme c’est habile !!! Détournons l’attention sur de faux responsables… Détournons l’attention sur les étrangers…

Je lis actuellement, allez savoir pourquoi…, « Les français de la débâcle », de Maurice Rajsfus (Le cherche midi Editeur, 1997), un livre que mes parents m’avaient offert et que je n’avais jamais lu… J’y apprends comment, dès 1938, des députés radicaux socialistes ont voté des lois contre les étrangers (qui étaient, entre autres, à l'époque, des républicains espagnols, des antifascistes allemands et des juifs, tous réfugiés en France pour des raisons politiques et humanitaires). J'y apprends comment de nombreux intellectuels et des socialistes se sont exprimés dans les années 1930, avant la débâcle, pour dénoncer la trop grande proportion d’étrangers, ou leurs pseudos comportements de non-assimilation… Cette focalisation contre les étrangers, présents dans notre propre pays, n’est pas complétement différente de la focalisation contre les Etats étrangers… Elle a à voir avec le même chauvinisme, le même nationalisme, et le même comportement idéologique, qui fait choisir les Etats qu’on soutient (ou que l'on n'attaque pas) et les Etats qu’on désigne à la vindicte populaire…

C’est que les capitalistes néo-libéraux ne laisseront pas leur place si facilement… Les animaux blessés peuvent devenir très méchants…

Est-ce que les pressions deviennent plus fortes, chez les journalistes indépendants ??? Est-ce que des espions se glissent dans les rédactions et orientent certains articles, en usant de formes de mimétismes subtils ? Est-ce que nous avons affaire à une « cinquième colonne », nous aussi, qui use de diverses casquettes, en infiltrant les associations, les syndicats, les partis politiques dits « de gauche », en plus des ministères et des médias ??? Ou est-ce que notre propre idéologie nous aveugle ??? Je sais bien qu’il ne faut pas devenir paranoïaque, mais c’est la guerre, la vraie… celle qui n’a jamais cessé d’exister entre les riches et les pauvres. Et tous les coups sont permis, hélas...

En tout cas, j’ai appris, grâce à Médiapart et à sa publication des noms des participants au « diner du Siècle » du 26 février 2020, que plusieurs responsables de la chaine Arte participaient à ces diners. Cela m’explique mieux certains dérapages étranges des choix effectués sur cette chaine de télévision, de temps à autres. Hier donc, une violente attaque contre la Chine, sans aucune voix pour contrebalancer le propos. Avant-hier, l’interrogatoire surréaliste d’une agricultrice, qui omet de nous expliquer « pourquoi » « elle n’a plus de main d’œuvre » et « pourquoi » « celle qui se propose actuellement ne lui convient pas »… Bref, on n’y comprend rien, mais ce n’est pas grave, car l’objectif, on l’a bien compris, c’est de lutter contre  « l’agribasching », cette tendance qu’ont les écologistes à remettre en cause le modèle agricole dominant… Le fait qu’elle utilise habituellement des étrangers sans doute plus dociles ne sera pas mentionné, mais le fait qu’elle n’a aucun moyen de lutte contre des ennemis des cultures sur les fraises sera, lui, bien compris… Cependant, en termes de propagande douce, le plus impressionnant pour moi reste cette soirée d’Arte consacrée… à la propagande elle-même ! Un premier film sur les méthodes anciennes, à 20h30, très intéressant. Un deuxième film de propagande contre le régime iranien, qui traite de la propagande mise en place par le régime iranien (un modèle du genre !!!). Un troisième film, à une heure fatigante (après les deux premiers, débutant à 23 h et se terminant au-delà de minuit), expliquant les méthodes récentes de la « propagande glauque » (pour reprendre le terme de JL Beauvois, dans les  « Illusions libérales » Presses Universitaires de Grenoble 2005)… Cette propagande qui utilise la répétition des évaluations, positives ou négatives, ou bien la manipulation des émotions, des images, la beauté par exemple… etc. C’est celle que le néolibéralisme utilise massivement, désormais… et celle que le film précédent vient d’utiliser subtilement, sans peut-être s’en apercevoir. Je n’incrimine pas les auteurs du film, que je crois absolument sincères… Après tout, ils œuvraient pour la bonne cause libérale, et leur film est magnifique, poignant de vérité humaine. Par contre, que ce serait-il passé si on avait inversé l’ordre de passage des films ? Qui a choisi la place du deuxième, dans ce moment historique particulier où il fallait taper encore un peu sur l’Iran… Qui a choisi la place du troisième, à une heure où tout le monde se couche ? Ce troisième qui nous explique les diverses méthodes de manipulation que nous subissons actuellement chaque jour ?

La critique est aisée, l’art est difficile… Comment s’en sortir ?

Faut-il désormais se méfier de son ombre ?

Il est urgent de reconstruire l’internationalisme, qui seul nous sauvera de la guerre mondiale de tous contre tous. Désignons clairement nos « ennemis », les capitalistes, sans pour autant les exterminer physiquement !... Il s’agit de les remettre à leur place, à égalité avec tous les autres humains sur la Terre… Ce ne sont pas les chinois, ni même le gouvernement chinois !… Nos ennemis sont chez nous, mais ce ne sont pas les migrants !... Ils sont dans les cercles fermés des pouvoirs internationaux et dans chaque ministère. Ils possèdent la plupart des médias. Certains, qui sont leurs larbins, apparaissent devant nous, de temps à autres, pour nous dire quoi penser, ou pour se justifier, tant bien que mal. Mais les autres investissent en permanence nos esprits, par de multiples canaux qui nous paraissent innocents. Et ils contraignent violemment nos corps et nos cœurs, tout en nous racontant que nous sommes libres… Ce sont eux qu’il faut dénoncer sans relâche, jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus prospérer sur notre dos et celui des autres peuples.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses