Sylvain Bourmeau
journaliste, producteur de La Suite dans les Idées (France Culture), et professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Journaliste à Mediapart

44 Billets

11 Éditions

Billet de blog 14 mars 2009

Sylvain Bourmeau
journaliste, producteur de La Suite dans les Idées (France Culture), et professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Journaliste à Mediapart

Occis, mort, Bashung

Sylvain Bourmeau
journaliste, producteur de La Suite dans les Idées (France Culture), et professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Journaliste à Mediapart

Quinze jours exactement après le malaise de Victoires de la musique qui prirent la forme d'un enterrement vivant, Bashung est mort vraiment. Il faudra du temps pour le réaliser, après une année passée Bleu pétrole en boucle.

Ce qui s'avère donc son ultime album restera aussi le plus fort, avec Fantaisie Militaire, disque au titre « occis mort » comme l'a suggéré alors JD Beauvallet – face de chanteur dans la glauque mare de la « chanson française ».

Longtemps, pour beaucoup, Bashung aura été le seul nom possible de la chanson française, cette horreur. C'était il y a un siècle, avant Noir Désir, Dominique A., Katerine puis d'autres, enfin. Avec Gainsbourg, tout seul dans la voie tracée par celui-ci (hors-compète), Bashung était l'unique preuve qu'on pouvait, à condition d'avoir le talent, chanter en français après Dylan. Combien d'années sera-t-il ainsi resté l'isolé des playlists, la surprise française de la compile C90 ferrochrome ?

Tout était affaire de phrasé comme on dit pour les musiciens de jazz. En l'occurrence, la virtuosité à mettre les mots de cette langue-là dans cette musique-là - i. e. le français dans le rock. Pari quasi impossible, épreuve redoutable qui parfois provoque l'hilarité mais plus souvent l'agacement et la censure du son. Bashung, lui, faisait des miracles.

Osons une hypothèse hasardeuse : et si ce phrasé caractéristique, inédit, avait été paradoxalement possible du fait du renoncement au statut sempiternel d'auteur-compositeur, maître ès ritournelles ? Bashung a chanté les notes et les mots des autres mais seul il en faisait autre chose - de la musique. Comme si les mélodies ou la poésie n'accédaient à leur statut qu'à travers lui. Il devait être sacrément magique d'écrire pour Bashung ou, plus exactement, d'entendre le rendu de sa copie, littéralement annotée.

De Bashung il restera des chansons bien sûr, des albums aussi, avant que ce format disparaisse totalement de nos usages dématérialisés, mais surtout des bribes nombreuses, samples mentaux dont la mémorisation sera toujours facilitée par le pli inouï chez lui de l'allitération - grand art qui frôle celui d'Elvis Costello, génie absolu du genre.

Sans doute pourrait-on d'ailleurs envisager de tracer la trajectoire de toute son œuvre en décidant de ne traquer que les mots en couple, ceux alités qui s'enlacent comme ceux scotchés qui s'entrechoquent pour finir occis - morts.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES