Le piège ossète, l'éternel retour de la question nationale en Europe

http://www.mouvements.info/spip.php

Cet article de Bernard DREANO, coprésident du réseau international Helsinki Citizens’ Assembly, paru sur le site de l'excellente revue Mouvements, est sans doute le meilleurs que j'ai pu lire sur la question de cette nouvelle guerre estivale dans le Caucase. C'est en tous les cas un artile qui met le conflit dans une perspectavie historique longue et qui évite le pièges symétriques d'un renvoi dos à dos des "belligérants" et du manichéisme.

 

Il vaut la peine d'en faire ici deux citations, que je juge représentatives de "l'esprit" avec lequel Bernard DREANO aborde le conflit :

 

"Si la légitimité des revendications nationales est souvent niée par les groupes majoritaires ou dominants, elle est reconnue en droit international et participe de l’égalité des êtres humains. La Constitution d’un État indépendant, séparé, peut, si l’État régnant empêche l’exercice de ces droits, être le moyen d’y accéder. Mais en termes de droits des gens, l’indépendance n’est qu’un moyen, pas le but sacré et mythique. D’ailleurs, en ces temps de mondialisation, l’indépendance nationale est devenue fort relative… Surtout, l’indépendance comme moyen d’exercer les droits des uns ne doit pas se retourner au détriment du droit des autres, dans la série infernale des héros devenant vilains. "

 

"nous devons contribuer à l’instauration, sur le terrain, des mesures immédiates qui sont la condition de quelque processus de paix que ce soit, c’est-à-dire le retrait des forces russes sur la frontière de la fédération de Russie, le retrait des forces géorgiennes en deçà des frontières d’Ossétie et d’Abkhazie, l’installation d’une vraie force d’interposition multinationale dans ces territoires, puis le développement des conditions permettant le retour des réfugiés dans leurs foyers. Mais nous devons aussi agir contre un alignement sur une politique atlantiste et belliqueuse, facteur direct de crise dans le Caucase."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.