SylvainPö
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 déc. 2021

SylvainPö
Abonné·e de Mediapart

Quelqu’un Avec Qui Pleurer

Il m'a annoncé son décès par un matin lumineux au début du mois d'août.

SylvainPö
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une pièce au décor suranné, des lambris colorés, les fenêtres ouvertes pour accueillir la fraîcheur de huit heures, les tonalités de la rue, deux couples d'amis avec qui nous prenions le petit-déjeuner, du café fort, des confitures maisons, des histoires à se raconter. Une journée estivale en devenir qui serait ponctuée par les rires, par une baignade aux Saintes-Marie-de-la-Mer, par une soirée longue et insouciante.

Mon fils est apparu sur la pointe des pieds et m'a montré discrètement une notification du Monde sur son téléphone: "Le philosophe Bernard Stiegler est mort à l'âge de 68 ans, a annoncé jeudi 6 août le Collège international de philosophie. Condamné en 1978 pour plusieurs braquages de banques, il avait étudié la philosophie en prison. Penseur engagé à gauche, il prenait position contre les dérives libérales de la société".

J'ai eu un blanc et hagard j'ai déclaré: "Bernard Stiegler est mort" interrompant brutalement la conversation.

Mes amis – Qui ça?

Mon épouse – Non?

Moi – Si.

Je me suis levé, ai tournée une ou deux fois autour de la tablée, la conversation a repris aussi vive qu'avant. Mais on m'observait, on guettait ma réaction. Je suis allé dans la pièce d'à côté mettre un disque de jazz, une matinée aux partitions incertaines. Je suis revenu à table, me suis resservi du café et je me suis réinséré dans les échanges.

Mon fils debout son portable à la main, hébété, attendait que j'éclate en sanglots comme quand on apprend le décès d'une célèbre chanteuse qui a bercé votre adolescence. Il n'en fût rien. Il faut être au moins deux, dans une forme de philia, pour que les larmes surgissent. Elles n'apparaissent que lorsqu'un autre être humain fait écho à votre tristesse. Un signal à la fois d'empathie et de compréhension. Je suis avec toi, je comprends ce que tu ressens, je t'autorise à laisser couler tes larmes.

Lorsque Notre-Dame est partie en flammes, j'ai couru l'annoncer à ma femme, mon fils nous a rejoint, nous nous sommes interrogés – ce n'est pas possible, et l'instant d'après nous pleurâmes les mains dans les mains.

Mais ce matin d'été, les larmes ne sont pas venues. Non pas que mon fils et ma femme n'aient pas saisi ma peine, ils savaient à quel point le maître penseur avait compté, mais je n'étais jamais parvenu à leur expliquer en profondeur ce qui chez ce philosophe atypique avait marqué mon individuation.

Parfois, l'âme pleur se fait attendre.

En 1998, lorsque la France a gagné la coupe du monde, il a fallu une semaine pour que les larmes de joie montent. Un déjeuner avec mon grand-père et l'écho mystérieux s'est fait entendre. Ce grand-père qui m'avait emmené voir France-Bulgarie en 1977. A dix ans j'assistais depuis les tribunes du Parc des Princes à l'allégresse de l'équipe de France, Michel Hidalgo en larmes, porté par ses joueurs au soir de cette victoire fondatrice. Ce grand-père avec qui je n'avais en aucun cas manqué un match. Tant de soirs à communier. Alors quand nous nous sommes retrouvés une semaine après ce fameux 12 juillet, et que la télé a ressassé une fois de plus la victoire des bleus, nous nous sommes arrêtés de parler, je l'ai regardé – tu te rends compte ? Et les larmes nous sont venues.

Depuis que Bernard Stiegler nous a quitté en 2020, les larmes restent cachées, à l'affût, prêts à faire le deuil d'une époque. Une ami m'a conseillé – il faut que tu décrives comment les travaux de cet intellectuel t'ont influencé. Plus facile à dire qu'à faire. Par où commencer, comment expliquer, comment remonter à l'origine tel le saumon. Tant de livres, d'entretiens, d'heures à écouter les cours de Pharmakon.fr retransmis depuis Epineuil-le-Fleuriel. Comment expliquer ce qu'une théorie, un concept vous a apporté ? Est-ce possible d'ailleurs ?  Il y a tant de choses, de personnes, d'événements qui vous construisent ou vous déconstruisent. On prend tout cela pour argent comptant. Il faudrait procéder à une sorte d'analyse de régression, mettre de côté le singulier pour élucider ce qui dans le travail de Bernard Stiegler a influencé, façonné, éduqué ma noèse. Ma technèse aurait reprit le philosophe pour qui "on pourrait, sans trop déformer sa pensée, affirmer que l'homme et la techniques étaient deux mots pour désigner une même réalité "¹.   

Eclairer les tenants et les aboutissants, analyser les strates, mettre au clair, coucher sur le papier, écrire, répéter ce trajet encore et encore pour mieux continuer le voyage. Wishful thinking ? Non, qu'y-aurait-il de mieux à faire pour occuper cet otium que Bernard Stiegler conseillait de cultiver pour penser et panser les maux de notre époque ?

Et qui sait peut-être que chemin faisant je rencontrerai quelqu'un avec qui pleurer.

Académie de Philosophie d'Epineuil-le-Fleuriel © Le Berry Républicain

1: Bernard Stiegler ou Le Poisson Volant, Didier Heulot, Edition Apogée, 2016

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Une Iranienne fuit la répression, elle est menacée d’expulsion
Début novembre, une exilée iranienne s’est vu notifier une obligation de quitter le territoire français et a été placée en rétention à Toulouse, alors qu’elle avait fui la répression. Le préfet de l’Aude assume sa décision. Le ministère de l’intérieur le contredit.
par Nejma Brahim
Journal
Iran : un pays en révolte
Le décès de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée le 13 septembre 2022 à Téhéran au motif qu’elle ne respectait pas le code vestimentaire en vigueur, a embrasé tout le pays, où 80 villes ont été saisies par la révolte. Sous la férule du président Ebrahim Raïssi, à la tête de la République islamique depuis juin 2021, la répression est impitoyable.
par La rédaction de Mediapart
Journal
La COP biodiversité tentée par la marchandisation des écosystèmes
À la COP15 de la biodiversité de Montréal, qui s’ouvre le 7 décembre, les Nations unies pourraient promouvoir un mécanisme global de compensation des atteintes à la biodiversité par leur marchandisation. Un mécanisme illusoire et dangereux.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar