Jaune Printemps

Lorsque je suis rentré chez mon fleuriste ces roses couleur jaune bouton d'or sont apparues comme une évidence.

 © A.Ho © A.Ho

Je leur ai offert un bouquet de fleurs et du whisky Chivas Regal douze ans d'âge, le dix-huit était trop cher. Lorsque je suis rentré chez mon fleuriste ces roses couleur jaune bouton d'or sont apparues comme une évidence. D'habitude j'hésite entre les pivoines, les orchidées, les hortensias, les pois de senteur, les anémones, les dahlias, les lilas, les renoncules et à la fin je prends toujours soit un bouquet de tulipes rouges soit de majestueux lys blancs. Cette fois-ci mon inconscient a fait remonter des profondeurs insondables cette teinte hypnotisante. Mon fils a vérifié sur son smartphone que le jaune était politically correct. À l'époque victorienne, la rose jaune symbolisait la jalousie. De nos jours, elle représente l'amitié, la joie et la bienveillance. Ce sera parfait pour la maîtresse de maison déclamais-je tel un parfait bourgeois.

 

Jean-Pierre qui tient la boutique décocha un sourire approbateur. Faut dire qu'il les avait mis bien en évidence ces roses solaires. Belle couleur m'a-t-il dit. C'est du jaune citron. A la mode rajouta-t-il avec un sourire narquois. 

«Adoptez le blanc avec le jaune fluo pour une prise zéro risque. C'est le grand gagnant de cette saison. Le blanc resplendit dans tous les intérieurs qui l'accueillent. Réflecteur de lumière, il rayonne auprès du fluo. Murs, meubles, objets, textiles blancs sont ouverts au jaune fluo mais à une condition : utilisez-le avec parcimonie dans votre déco ! » (Jeanne Anglument le 21 juil. 2013, www.deco.fr 

Prix 2019 de la récupération politique. Prix 2019 de la récupération politique.

Je n'ai pas osé le reprendre pour lui dire que le jaune fluo qui déboule sur les ronds-points depuis six mois n'avait rien a voir avec ce jaune que j'aurais dis, dans un second temps, de cobalt.

Depuis que des individus ont commencé à se réunir sur ses places rondes surmontées d'édicules aux goûts plus que douteux, JP est devenu plus sarcastique et même un peu hargneux envers sa clientèle de bobos comme il les appelle. Disons que ce mouvement lui a donné du baume au cœur, il a trouvé le courage d'être un peu plus dans l'invective. Il n'aime pas les bobos de la place Gambetta. Il ne le dit pas mais ça suinte. Je l'écoute à chaque fois me dire ses vérités indiscutables sur la vie, le travail, ceux qui bossent, qui se lèvent à cinq heur du mat, ceux qui en chient, qui paient des charges. Il a la haine pour ces trentenaires qui s'offre du mètre carré pour dix mille boules tout en bossant comme des cons derrière un ordi.

Je l'entends évidemment mais en même temps JP ne voit pas plus loin que le bout de son nez et tape beaucoup sur certaines catégories de gens. C'est la définition du populisme: des vérités simples, des boucs émissaires et beaucoup de rodomontades, galéjades et exagérations. Je ne réponds jamais. Pas par manque d'arguments mais parce qu'il mettrait plus de temps à m'emballer les fleurs. D'ailleurs je prends toujours pour la maison, pas pour offrir. Ca va plus vite. Et puis quand je rentre chez mon fleuriste, j'ai envie de bienveillance, de joie, de positivisme. Ca aussi c'est à la mode. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.