La bataille de l’avortement: un documentaire sur les coulisses du Manifeste des 343

Le 5 avril 1971, 343 femmes déclarent dans Le Nouvel Observateur avoir bravé l’interdiction de l’avortement. Parmi les signataires de cet appel à sa légalisation, des intellectuelles et des actrices célèbres. Par qui est comment ce coup d’éclat médiatique fut-il orchestré ? Le documentaire « Je suis l’une d’elles » donne la parole à ses protagonistes. Interview d’Adeline Laffitte, sa scénariste.

Comment mieux fêter le cinquantenaire du Manifeste des 343 qu’en lui consacrant un documentaire ? Pour donner à cette très bonne et très féministe idée le développement le plus ample et le plus riche, la scénariste Adeline Laffitte et la réalisatrice Valérie Jourdan ont besoin de nous. Elles ont lancé sur la plateforme Ulule un appel à financement participatif – à crowdfunding, comme on dit en bon français.

Il s'agit du projet Je suis l'une d'elles . N'hésitez pas à cliquer sur le lien.

Adeline Laffitte exlique pourquoi Je suis l'une d'elles est un documentaire nécessaire. © Femmes & cinéma

Je suis l’une d’elles, le documentaire d'Adeline Laffitte et Valérie Jourdan sera diffusé en avril 2021, sur Histoire TV, en partenariat avec L’Obs, et il est co-produit par l’association Femmes & cinéma, qui s’emploie depuis 2014 à élargir la place des femmes dans le cinéma. Il verra le jour. Pas de doute à ce sujet. Le ministère de l’Éducation nationale, celui de l’Égalité entre les femmes et les hommes, le CNC… y pourvoient.

Mais les archives coûtent cher, très cher même, et ce serait tellement mieux si Je suis l’une d’elles nous permettait de découvrir, de revivre ou de revoir beaucoup de ces moments haut en couleurs des années MLF ! Plus il y aura de contributions financières, plus leur documentaire sera riche en images d’hier. Et peut-être même pourra-t-il être diffusé dans les collèges et lycées, voire à l’étranger. Dans ces pays, bien plus nombreux qu’on ne le pense, à l’abri de notre relatif confort législatif (qui pourrait d’ailleurs nous être retiré demain manu religiosorum), où des femmes se font avorter clandestinement, dans des « conditions dangereuses », celles que dénonçaient précisément les rédactrices du manifeste « Je me suis fait avorter ».

Car ce manifeste publié par Le Nouvel observateur le 5 avril 1971 ne s’appelle le Manifeste des 343 (on laissera le fréquent additif "salopes" de côté, si vous voulez bien) que parce que, le 12 avril 1971, Charlie hebdo eut l’excellente idée de se demander en une « qui a engrossé les 343 salopes du manifeste sur l’avortement ? ».

Sylvia Duverger

Publication le 3 de la suite : un entretien avec Adeline Laffitte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.