sylvie nony
militante associative, chercheuse en histoire et philosophie des sciences
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 juil. 2013

sylvie nony
militante associative, chercheuse en histoire et philosophie des sciences
Abonné·e de Mediapart

Où sont les felouls ?

Les commentateurs qui, en janvier 2011, ne voyaient dans les événements d'Egypte que le spectre de l'islamisme, ceux-là même qui, au lendemain de l'élection de Morsy ne se privaient pas de "on vous l'avait bien dit", ceux qui ont fait recette en vendant des essais plus ou moins fouillés discutant doctement du label de révolution (minoré si on lui ajoute arabe), tous ces commentateurs-là aujourd'hui saluent la deuxième révolution d'Egypte et la destitution de Morsy (sans d'ailleurs se confondre en excuses pour avoir annoncé, il y a deux ans, un long hiver islamiste).

sylvie nony
militante associative, chercheuse en histoire et philosophie des sciences
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les commentateurs qui, en janvier 2011, ne voyaient dans les événements d'Egypte que le spectre de l'islamisme, ceux-là même qui, au lendemain de l'élection de Morsy ne se privaient pas de "on vous l'avait bien dit", ceux qui ont fait recette en vendant des essais plus ou moins fouillés discutant doctement du label de révolution (minoré si on lui ajoute arabe), tous ces commentateurs-là aujourd'hui saluent la deuxième révolution d'Egypte et la destitution de Morsy (sans d'ailleurs se confondre en excuses pour avoir annoncé, il y a deux ans, un long hiver islamiste).

Certes la joie des égyptiens de s'être débarrassés de ce régime est immense. Elle explose sur toutes les videos et dans tous les reportages. Les messages de mes amis sont enthousiastes. Mais tout de même, de ce côté de la Méditerranée, ceux qui sont toujours prompts à donner des leçons de démocratie, comment peuvent-ils nous expliquer qu'il y a de bons coups d'Etat ?

Alors que 1500 jeunes en 2011 ont perdu la vie pour arracher un début de démocratie aux griffes d'un pouvoir militaire en place depuis 60 ans, alors que l'armée en a torturé des milliers (souvenez-vous des caves du Musée, des tests de virginité), qu'elle a essayé d'étouffer dans l'oeuf  les organisations telle "Asker kazaboun" (militaires menteurs) qui dénonçaient leurs pratiques, il a fallu une mobilisation sans faille et des centaines de manifestations pour faire accepter le processus démocratique des élections présidentielles et législatives.

Souvenez-vous de la femme au soutien-gorge bleu, des massacres de la rue Mohamed Mahmoud, souvenez-vous du massacre des coptes devant Maspero et des autres épisodes racontés sur ce blog.

L'autre avancée a été de permettre à l'Egypte de faire l'expérience d'un gouvernement par les Frères. Ces derniers, auréolés par plus d'un demi-siècle de résistance, durant lequel bon nombre d'entre eux ont connu la torture et la prison, étaient la seule force organisée. Leur participation à l'avenir du pays était incontournable. Pour faire tomber le masque de leur discours religieux il n'y avait rien de mieux que l'épreuve de la conduite du pays. Et ils ont été d'une incompétence au-delà de toute espérance (peut-être l'armée, propriétaire d'une bonne part de la distribution des carburants a-t-elle légèrement savonné la planche). Le pays a rapidement plongé dans une crise économique terrible, et, cerise sur le gâteau, les Frères ont renoué avec la politique autoritaire dont ils avaient souffert, mettant de plus en plus en cause les libertés individuelles, enfermant des journalistes, poursuivant la pratique de la torture (qui n'a jamais vraiment cessé) et menaçant gravement la liberté d'expression. Des coupures d'eau et d'électricité ont achevé de détériorer la vie des égyptiens qui passaient déjà de longues heures à chercher du diesel pour leur voiture... enfin ceux qui avaient encore un travail et une voiture.

C'est alors que s'est lancé le mouvement "tamarod" (rebellion) au printemps dernier. Qui participe à ce mouvement ? Des jeunes, des milliers de jeunes de toute évidence, ceux qui étaient dans les premiers réseaux de la révolution, ceux du "6 avril", ceux de "al-Ikhouan kazanoun" (les Frères menteurs) et de tas d'autres mouvements généreux et dynamiques. Du Nord au Sud la pétition demandant le départ de Morsy a circulé comme une traînée de poudre, tant la colère était grande.

Mais qui a fait imprimer la pétition ? Qui a fait le choix que la revendication-phare ne soit plus celle d'élections législatives anticipées, ou d'une autre "constituante"  ? On ne mobilise pas 22 millions de personnes sans qu'il y ait débat sur la stratégie, au moins au niveau des responsables politiques existants. D'ailleurs où sont-t-ils ces responsables et comment se fait-il que, dans une situation économique et sociale aussi désastreuse, ils n'aient aucun programme alternatif à faire entendre ?

Tout se passe comme si on avait soigneusement guidé la colère égyptienne vers cette seule revendication, totalement contradictoire avec la conquête d'un processus démocratique et qui va, au bout du compte, redonner aux Frères de quoi lustrer leur couronne de martyrs alors qu'elle allait tomber aux oubliettes de l'histoire (la chasse aux sorcières a déjà commencé).

Une autre information est absente des analyses éclairées d'aujourd'hui. Des centaines de journées de grève ont eu lieu depuis l'hiver dernier, dans l'industrie textile, dans le delta, dans les faubourgs du Caire pour exiger un salaire minimum, et une loi sur la liberté syndicale qui n'existe toujours pas. L'OIT a classé en juin 2013 l'Egypte sur la liste noire des pays où le droit du travail est bafoué. Jamais l'Egypte n'avaient connu tant de conflits sociaux, et les Frères ont tout fait pour faire taire ce mouvement qui clame toujours le slogan du 25 janvier : "pain, liberté, justice sociale !". Mais sont-ils les seuls à vouloir faire taire un mouvement ouvrier qui porte des revendications précises posant de véritables questions politiques ?

Au fait, ils sont où les felouls ? Dans les manifestations anti-Morsy bien sûr.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier