sylvie nony

militante associative, chercheuse en histoire et philosophie des sciences

Bordeaux - France

Son blog
46 abonnés Entre Nil et Garonne
Voir tous
  • Ruffin chez les pharaons

    Par
    affiche-page-1
  • ça se passe en bas de chez toi

    Par
    J’avais lu sur Facebook que différents mouvements dont les "jeunes du 6 avril" préparaient un gros coup pour le 25, jour de la "fête de la police". La journée était fériée, le soleil radieux ; j’ai pris mon appareil photo et je suis descendue "en bas de chez moi".
  • Plus personne n'habite là-bas

    Par
    "Félicitations à tous ! Nous en avons fini avec les Frères ! Félicitations " C'est ainsi que débute le papier de Bassem Youssef paru le 16 juillet dernier dans le quotidien al-Shourouk. Cet ex-chirurgien cardiaque, devenu non seulement humoriste mais aussi pédagogue hors pair pour des millions d'égyptiens (voir ce papier de YGQ) y prend la plume pour exprimer sa lecture au vitriol de la situation en Egypte.
  • Où sont les felouls ?

    Par
    Les commentateurs qui, en janvier 2011, ne voyaient dans les événements d'Egypte que le spectre de l'islamisme, ceux-là même qui, au lendemain de l'élection de Morsy ne se privaient pas de "on vous l'avait bien dit", ceux qui ont fait recette en vendant des essais plus ou moins fouillés discutant doctement du label de révolution (minoré si on lui ajoute arabe), tous ces commentateurs-là aujourd'hui saluent la deuxième révolution d'Egypte et la destitution de Morsy (sans d'ailleurs se confondre en excuses pour avoir annoncé, il y a deux ans, un long hiver islamiste).
  • Coup de force au Caire

    Par
    Coup de force ou coup d'Etat ? La frontière est ténue mais le bruit de bottes est de plus en plus menaçant. Dans le café où je suis attablée, la discussion va bon train. "Tu serais égyptienne, tu voterais pour qui, Morsy ou Chafiq ?" me demande le patron. La question est difficile, je l'avoue, et cela fait trois semaines que les discussions tournent en rond, ici comme ailleurs. "Je ne veux ni l'un, ni l'autre", ajoute-t-il, en soupirant de désarroi. Je tente de le consoler en lui disant qu'il n'est pas le seul. Bon nombre des égyptiens qui, comme lui, ont soutenu la révolution, sont dans le même dilemme.