Jour 7

La connexion internet semble fonctionner à nouveau, au moins dans certains café-net.Ce lundi matin 31 janvier, au Caire, les habitants du quartier semblent refaire surface. On balaye, on nettoie les dégâts de la nuit.
Taharir matin 31 © snony
Taharir matin 31 © snony

La connexion internet semble fonctionner à nouveau, au moins dans certains café-net.

queue painCe lundi matin 31 janvier, au Caire, les habitants du quartier semblent refaire surface. On balaye, on nettoie les dégâts de la nuit. On discute des derniers événements, des combats de la nuit. Mais j'ai encore beaucoup de mal à savoir qui a combattu qui. L'implicite de toues les discussions, c'est la conviction du bien fondé des actions menées par les insurgés. C'est d'ailleurs la manchette du Masry al-Youm "Le peuple au service de la nation" au dessus de la photo d'une femme tenant une pancarte "Nous sommes ceux qui protégeons le pays !".

Un élément du paysage qui a peu changé est la cabane gouvernementale de vente de pain subventionné. L'agelco a été déplacé par les militaires dans la rue Abd el Hameed Said. Mais la queue s'est reformée, encore plus longue que la semaine dernière.

flic rueLa nouveauté aujourd'hui est le retour de la police à certains carrefours au moins, à la demande du Ministre de l'Intérieur. Plutôt discrète et cherchant l'appui des militaires quand ils sont là. Il ne fait pas bon porter l'uniforme noir en Egypte de nos jours, même si c'est pour régler la circulation. Le divorce entre le peuple égyptien et sa police nationale semble définitivement consommé.

La manifestation place Taharir a repris de plus belle et entreprend cette fois de défiler pour rassembler davantage de monde. UN gros rassemblement est en prépation pour demain. Les hélicoptères eux aussi ont repris depuis 7h30 ce matin leurs rondes dans le ciel du centre ville. Je suis sans nouvelle de plusieurs amis égyptiens et je sais que la nuit a encore été terrible dans certains quartiers.

Des compléments en soirée, si la connexion est encore possible.

 

 

Compléments :

Le rassemblement du 31 a été marqué par une diversification des catégories ingenierssociales présentes sur la place et par une augmentation considérable du nombre de participants. Dès le milieu de matinée on sentait que le mouvement était en train de gagner en ampleur et la place vers 11h était déjà bien remplie.

Des gens de classe moyenne voire aisée se sont aventurés, au moins dans le temps précédant le couvre-feu, pour venir apporter leur soutien au mouvement.Des corporations sont aussi venues rejoindre les insurgés comme celle des ingénieurs qui arborait ici une fière banderole : "Les ingénieurs d'Egypte se félicitent de l'intifada du peuple et lui demandent de poursuivre jusqu'à la chute du régime".

cheikh

Une autre diversification de cette journée fut l'apparition de plusieurs cheikhs d'al-Azhar, l'Université islamique de du Caire, qui est aussi celle de tout le monde musulman. Le fait est d'autant plus remarquable que la direction de cette institution est liée au régime en général et au PND en particulier. C'est le gouvernement qui nomme son recteur, comme ce fut le cas l'an dernier lorsqu'après le décès de Tantawi, Ahmed al-Tayyeb a pris ce poste.

La soirée a été marquée par de nouveaux slogans, dont l'un fut une véritable "standing ovation" à la chaîne Al-Jazeera et au travail remarquable qu'elle fait pour couvrir de façon professionnelle les événements, malgré toutes les difficultés qu'elle a pu rencontrer. Ses journalistes ont été plusieurs fois arrêtés, ses locaux fermés, ainsi que ses canaux de transmission. Malgré tout elle a réussi à maintenir pratiquement sans discontinuer des images des rassemblements dans les grandes villes, empêchant sans doute par sa simple présence, bien des exactions. En tout cas, les égyptiens en sont convaincus.le sang n'est pas à vendre

D'autres manifestations symboliques ont eu lieu sur cette place en soirée, comme ce jeune qui dédie son geste aux "martyrs" qui sont tombés depuis le début des événements. La pancarte dit quelque chose comme "Ô Mubarak, ô l'ignoble, le sang des égyptiens n'est pas à vendre", faisant allusion à l'appétit financier du président en exercice.

Mais sans contestation possible, le slogan qui fait le plus recette ces dernières heures, est toujours "Ya Hosni, irhal !" (Hosni, dégage !), comme on l'entend sur cette video (un peu noire je m'en excuse) prise vers 22h ce soir là, soit 8h après le couvre-feu qui était aujourd'hui avancé à 14h...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.