Temps de travail. Macron rate encore la transition

Le débat sur le temps de travail revient sur le devant de la scène. Éditorialistes et journalistes de premier plan ont préparé le terrain depuis plus d'une semaine, déroulant le tapis rouge à Emmanuel Macron lors de la Conférence de Presse de ce jeudi. Comme libérales et libéraux qu'ils sont, la question est évidemment de savoir comment l'augmenter. Une énième mesure anti-écologique ?

Le débat sur le temps de travail revient sur le devant de la scène. Éditorialistes et journalistes de premier plan ont préparé le terrain depuis plus d'une semaine, déroulant le tapis rouge à Emmanuel Macron lors de la Conférence de Presse de ce jeudi. Comme libérales et libéraux qu'ils sont, la question est évidemment de savoir comment l'augmenter. Et si c’était là l’énième mesure anti-écologique du mandat Macron?

Basé sur la Une de Alternatives Economiques n°357 - 05/2016 Basé sur la Une de Alternatives Economiques n°357 - 05/2016

 

Grands débats: QCM et graphiques

Fleurit dans l'ensemble de l'espace médiatique orthodoxe, un questionnaire que ne renieraient pas les concepteurs et conceptrices du Grand Débat. Fin des 35 heures, allongement des annuités pour le départ à la retraite, suppression d'un jour férié. Faites votre choix citoyens et citoyennes!

 

Parallèlement, un peu partout la bataille des chiffres se déploie. A coup de graphiques les uns les plus parlant que les autres les partisan·nes et les opposant·es à l’augmentation du temps de travail s'écharpent pour savoir qui travaillent le moins entre français·es, allemand·es et britanniques. Chacun et chacune devrait apprendre à lire et à analyser un graphique pour voir au-delà des chiffres et montrer les modèles de société qu'ils dessinent. Comptons sur Alternatives Économiques pour y voir plus clair. Pour la faire courte, en prenant en compte toutes les formes de travail (temps complet et temps partiel), la moyenne de temps de travail est supérieure en France à celle calculée en Allemagne. En cause notamment, le haut niveau de temps partiel en Allemagne, en particulier chez les femmes. Doit-on présenter une société où les disparités hommes-femmes sont importantes comme un modèle ?

 

Contre intuitif et anti-écologique

Alors que la mouvement des gilets jaunes a révélé le caractère (en même temps) anti-écologique et anti-social de pouvoir macroniste (voir mon précèdent article Quand la transition carbure aux injustices à ce sujet, avant le début du mouvement social), les réponses apportées par son serviteur lors de la Conférence de Presse de ce jeudi ne semblent ni répondre à l'urgence sociale, ni à l'urgence environnementale. Benoit Granier dans La réduction du temps de travail : une réponse à la crise écologique ? (2013, 200 pp.) se demande : et si, pour faire face à la crise sociale et préserver leur environnement, nous ne devions pas tout simplement travailler moins ?

 

5 603 400, c'est le nombre de personnes inscrites à Pôle Emploi (catégories A, B et C) au premier trimestre 2019. Dans ces conditions, l'augmentation du temps de travail devrait apparaître contre-intuitive. Pis, on relance ici et là le débat sur l'évaluation du passage aux 35 heures. Chacun et chacune tire la couverture à soi. Je me passerai d'arbitrer le match et m’abstiens de demander à Cahuc et Zylberberg qui sont les négationnistes économiques (je sous-traite modestement là-encore ça à Alternatives Économiques et à Denis Clerc, ou encore à votre bon sens). Le débat est toujours vif, bien que nombre d'études aient montré que la réduction du temps de travail revient à mieux partager le temps de travail et donc à infléchir le niveau de chômage. Je ne m'y attarde pas plus.

 

Sur le plan écologique, quel lien entre temps de travail et environnement ? Aurore Lalucq l'affirme (lire ici), citant des travaux étasuniens, "il existe une corrélation forte entre le temps de travail et la dégradation de l’environnement". Une des questions centrales, la mobilité. Penser la baisse du temps de travail, c'est repenser nos modes de déplacement. Sortir de l'urgence de l'horloge pour affronter l'urgence environnementale. Répondre à l'urgence impose de repenser notre rapport au temps. Ralentir, c'est se donner le temps de choisir entre l'avion et le train, entre la voiture et le vélo, entre la trottinette électrique (je ferai un jour un billet sur ma détestation raisonnée de ce nouveau symbole du capitalisme vert, en attendant une réflexion intéressante ici) et la marche à pied.

 

En signe de soutien et pour t'aider à trouver la voie de la transition, Manu, j'ai mis ton QCM à jour : réduire le temps de travail hebdomadaire, la semaine de 4 jours, une sixième semaine de congés payés, un nouveau jour férié, autre : précisez...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.